Liens d'accessibilité

Visite historique de Shinzo Abe à Pearl Harbor


Shinzo Abe, premier ministre japonais

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe est attendu mardi matin à Pearl Harbor, sur l'archipel d'Hawaï, théâtre il y a 75 ans d'une attaque qui secoua l'Amérique, pour démontrer "la force immense de la réconciliation".

Au moment où Donald Trump multiplie les déclarations imprévisibles voire contradictoires sur ses futures orientations diplomatiques, M. Abe et Barack Obama (qui cèdera sa place le 20 janvier) devraient profiter de l'occasion pour mettre en relief la singularité de l'alliance Washington-Tokyo.

Préparée pendant des mois dans le plus grand secret, l'attaque éclair de Pearl Harbor - elle dura à peine deux heures - fit plus de 2.400 morts et précipita l'entrée des Etats-Unis dans la Seconde guerre mondiale.

C'est la première fois qu'un Premier ministre japonais se rend sur le mémorial USS Arizona, construit au début des années 1960 pour honorer les 1.177 Américains qui périrent lorsque l'impressionnant cuirassé fut détruit par l'aviation nippone.

MM. Abe et Obama se retrouveront en début de matinée pour leur dernier tête-à-tête avant de rejoindre, par bateau, ce lieu de mémoire aux lignes épurées, ouvert sur la mer et le ciel, construit juste au-dessus de l'épave rouillée.

Une déclaration des deux dirigeants est prévue à 12H05 (22H05 GMT).

- Obama chez lui à Honolulu -

En se retrouvant à Pearl Harbor, au milieu du Pacifique, sept mois après leur rencontre à Hiroshima,- pour commémorer deux événements qui marquèrent le début et la fin de l'affrontement entre les Etats-Unis et le Japon impérial -, les deux hommes veulent rendre hommage aux victimes et afficher leur unité de vue.

Avant M. Abe, trois chefs de gouvernement se sont rendus à Pearl Harbor dans les années 50, dont son grand-père, Nobusuke Kishi, mais aucun d'entre eux n'avait participé à une cérémonie d'hommage aux victimes sur les lieux.

A Honolulu, où la saison touristique bat son plein, les lieux de mémoire sont nombreux mais "le jour d'infamie" dont parla Franklin D. Roosevelt appartient résolument aux livres d'histoire.

"Hawaï a une population multiethnique avec une forte composante japonaise", rappelle Stanley Chang, 34 ans, qui vient de faire son entrée au Sénat de l'Etat de Hawaï.

"Je ne pense pas qu'il existe ici le moindre sentiment d'antipathie vis-à-vis des Japonais, 75 ans après l'attaque", explique-t-il à l'AFP, tout en soulignant que les habitants de l'archipel sont très sensibles au "geste" de M. Abe.

Barack Obama, qui quittera le pouvoir dans moins d'un mois après deux mandats de quatre ans, est actuellement en vacances en famille non de loin de Honolulu, où il est né et a passé la plus grande partie de son enfance.

- 'Souvenez-vous de Pearl Harbor' -

Le 7 décembre 1941 à l'aube, l'attaque, minutieusement préparée par le général Isoroku Yamamoto, fut une surprise totale.

Les Américains n'avaient pas vu approcher les six porte-avions japonais qui se sont arrêtés à environ 400 km de l'île d'Oahu.

Quelque 400 avions décollent en deux vagues successives: 21 bâtiments de guerre, dont huit cuirassés sont coulés ou endommagés, de même que 328 avions de combat.

L'USS Oklahoma, touché par plusieurs torpilles alors qu'il était amarré à quai, bascule sur le flanc, emprisonnant des centaines de marins dans ses entrailles.

Au bruit assourdissant des bombardements succède une épaisse fumée qui envahit toute la base navale, sous le choc.

Au lendemain de l'attaque, le Congrès américain déclare officiellement la guerre au Japon. Trois jours plus tard, l'Allemagne déclare à son tour la guerre aux Etats-Unis. Un conflit sur deux fronts commence pour Washington.

Posters, badges, chansons: "Souvenez-vous de Pearl Harbor" devient immédiatement le cri de ralliement et de mobilisation aux Etats-Unis.

Trois quarts de siècle plus tard, Shinzo Abe espère que cette phrase, "qui fut utilisée pour nourrir l'animosité envers le Japon", puisse devenir, grâce à l'image de cette visite, le symbole du "pouvoir de la réconciliation".

Comme lors de la visite du président américain dans la ville japonaise martyre où des dizaines de milliers d'habitants périrent sous le feu nucléaire, il n'arrive pas avec l'intention de présenter des excuses mais entend se tourner vers l'avenir.

"Nous avons la responsabilité de regarder l'histoire dans les yeux", avait lancé Barack Obama au Japon, appelant, en gardant à l'esprit "la douleur de la guerre", à construire "un monde sans armes nucléaires".

Son successeur, le président élu Donald Trump, a créé la stupeur il y a quelques jours en affirmant, à rebours de décennies de négociations visant à réduire l'arsenal nucléaire, qu'il n'excluait pas relancer "une course aux armements".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG