Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Viols commis par des soldats au Niger: "inadmissible"

Des soldats burkinabés lors d'un entraînement avec des instructeurs de l'armée autrichienne, près d'Ouagadougo au Burkina Faso, le 13 avril 2018.

Le Haut représentant de la Coalition pour le Sahel, Djimé Adoum, a jugé mercredi "inadmissibles" les actes de viol commis au Niger par des soldats tchadiens engagés dans la lutte contre les jihadistes au Sahel.

Des soldats tchadiens sont accusés du viol de plusieurs femmes à Tera, ville du sud-ouest du Niger, où est basé un contingent de leur pays dans le cadre de la force multinationale du G5 Sahel.

"Quand vous êtes dans pareille force, vous êtes ambassadeur de votre pays. Alors ce qui s'est passé est inacceptable, inadmissible, et c'est une leçon pour tous les boys présents dans notre espace sahélien", a déclaré Djimé Adoum devant des jounalistes lors d'un déplacement en Mauritanie, l'un des pays du G5 Sahel.

"Déjà, on a beaucoup de problèmes dans notre espace, nous n'avons pas besoin et nous ne pouvons pas tolérer que de tels actes puissent avoir lieu", a renchéri le Haut représentant de cette coalition, une structure de coordination lancée à Pau (sud-ouest de la France) en janvier 2020 par les États membres du G5 Sahel et ses partenaires internationaux pour faire face collectivement aux défis de la sous-région.

Un contingent de 1.200 soldats tchadiens a été déployé récemment dans la zone dite des Trois frontières (Niger, Burkina Faso, Mali) où se trouve Tera.

Toutes les actualités

Mort d'un braconnier présumé piétiné par des éléphants en Afrique du Sud

Un éléphant du désert dans le Kaokoland près de Puros, dans le nord de la Namibie, dans le parc national Kruger, en Afrique du Sud, le 6 août 2013.

Un braconnier présumé est mort pendant le weekend, après avoir été piétiné par un troupeau d'éléphants alors qu'il tentait de fuir des rangers avec deux complices, dans le célèbre parc Kruger en Afrique du Sud, a-t-on appris lundi auprès du département des parcs (SanPark).

Le corps d'un homme "piétiné", a été découvert dimanche, a déclaré à l'AFP le porte-parole de SanPark, Isaac Phaahla.

Samedi, les gardes du parc national ont repéré des hommes suspectés d'être des braconniers lors d'une patrouille et se sont lancés à leur poursuite.

"La personne tuée et ses complices fuyaient les rangers lorsqu'ils ont rencontré un troupeau d'éléphants en période de reproduction", ont expliqué les autorités des parcs dans un communiqué.

Dans leur fuite, ils "ont laissé tomber une hache et un sac contenant des provisions", ajoute SanPark. Selon M. Phaahla, ces hommes chassaient vraisemblablement les rhinocéros dans le parc naturel protégé.

Les rangers ont réussi à arrêter un membre du trio. Le troisième suspect, toujours recherché, aurait été blessé à l'œil. Un fusil a également été retrouvé. La police a ouvert une enquête.

L'Afrique du Sud, qui abrite près de 80% de la population de rhinocéros de la planète, a vu le nombre de spécimens tués diminuer pour la sixième année consécutive.

Mais les braconniers, répondant à la forte demande pour les cornes de rhinocéros en Asie, où elles sont utilisées pour leurs prétendues vertus, en médecine traditionnelle ou comme aphrodisiaques, continuent leurs raids et attaques.

Les enfants camerounais confrontés à de nombreux fléaux

Les enfants camerounais confrontés à de nombreux fléaux
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:01 0:00

Sept ans après Chibok, une centaine d'écolières Nigérianes toujours portées disparues

Sept ans après Chibok, une centaine d'écolières Nigérianes toujours portées disparues
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Une vingtaine de morts samedi dans une attaque au Niger

Une vingtaine de morts samedi dans une attaque au Niger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Nouveau massacre de civils dans la région de Tillabéri au Niger

Des soldats patrouillent à bord de leur camion militaire à l'entrée d'un bureau de vote à la mairie de Niamey lors du second tour de l'élection présidentielle, le 20 mars 2016.

Au moins dix-neuf personnes ont été tuées samedi soir au Niger, au cours d'une attaque contre le village de Gaïgorou, dans la région de Tillabéri (ouest) proche du Mali, a-t-on appris dimanche auprès des autorités locales.

"On a un bilan: pour l'instant on est au dix-neuvième corps (tués) et il y a eu deux blessés lors de cette attaque de Gaïgorou par des hommes armés venus à motos", a déclaré à l'AFP un responsable de la municipalité de Dessa qui administre le village de Gaïgorou.

"Les bandits ont (dans un premier temps) trouvé des gens aux cimetières où ils étaient partis pour un enterrement et ils ont massacré sur place neuf personnes", a expliqué ce responsable. Après, les assaillants, dont l'identité et le nombre ne sont pas déterminés, "sont entrés dans le village et ont tiré sur toute personne qu'ils apercevaient", a-t-il affirmé.

Le corps de la dix-neuvième victime a été découvert et inhumé dimanche matin, a-t-il dit.

La région de Tillabéri est située dans la zone dite "des trois frontières" entre Niger, Mali et Burkina Faso, régulièrement frappée par les groupes jihadistes affiliés à Al-Qaïda ou à l'Etat islamique (EI).

"Ce qui nous préoccupe beaucoup, c'est cette escalade de violences et d'insécurité qui se propagent au niveau de la région. Prélèvement de la zakat (impôt islamique), enlèvements du bétail et aujourd'hui c'est la population civile qui est massacrée", avait dénoncé en mars Tidjani Ibrahim Katiella, le gouverneur de Tillabéri après une attaque sanglante contre des civils.

En mars dernier, treize personnes ont été tuées au cours d'attaques contre trois villages (Zibane-Koira Zéno, Zibane Koira-Tégui et Gadabo) dans l'Anzourou, une commune voisine de Dessa.

Les attaques contre des civils se sont multipliées depuis le début de l'année au Niger: plus de 300 personnes ont été tuées dans trois séries d'attaques contre des villages et des campements de l'ouest du pays, frontalier du Mali. Aucune n'a été revendiquée.

La dernière de ces attaques de grande ampleur a eu lieu le 21 mars dernier dans la région de Tahoua, faisant 141 morts en quelques heures dans trois villages touareg et des campements alentour, selon le ministère nigérien de l'Intérieur.

Une vingtaine de morts samedi dans une attaque au Niger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00


La région de Tahoua, vaste et désertique, se trouve à l'est de celle de Tillabéri, toutes deux proches de la frontière avec le Mali.

Voir plus

XS
SM
MD
LG