Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Indignation suite aux actes de viols des militaires tchadiens au Niger

Des soldats tchadiens sont vus à bord d'un véhicule blindé léger ERC 90 Sagaie remis au Tchad par la France, à N'Djamena, au Tchad, le 23 janvier 2021.

Au Tchad, les autorités administratives, militaires mais aussi des ONG et mouvement citoyens condamnent les actes de viols et abus sexuels perpétrés sur les Nigériennes par les éléments du 8e bataillon tchadien de la force conjointe du G5 Sahel basé à Téra au Niger.

Selon l’enquête menée par la brigade prévôtale de la Force Conjointe du G5 Sahel à Téra au Niger, trois cas de viols sont avérés et la responsabilité est imputée à certains soldats du 8e bataillon du contingent tchadien basé à Téra au Niger.

Un cas porte sur une fille mineure de 11 ans et deux autres cas sur des femmes mariées en présence de leurs époux sous la menace d’arme à feu, selon la cellule de communication de la Force Conjointe du G5 Sahel. Une situation que déplore le président de la CNDH, la Commission nationale des droits de l’homme du Tchad, Djida Oumar.

Il reconnaît qu’il y a un travail à faire au sein de l’armée tchadienne. Parce que, dit-il, les militaires dont dispose le Tchad, n’ont pas tous la culture des droits de l’homme. Il condamne ces actes qui ternissent l’image de l’armée nationale.

"Nous sommes en contact avec nos collègues de la Commission nationale des droits de l’homme du Niger qui sont en train de travailler sur le rapport et nous attendons une copie de ce rapport pour nous permettre de sensibiliser nos forces de l’ordre sur le respect des droits humains", a déclaré Djida Oumar.

Le ministère tchadien des affaires étrangères confirme les faits et rassure que les auteurs de ces actes sont déjà arrêtés et subiront les sanctions qui s’imposent. Il précise que c’est un cas isolé qui ne doit pas être exploité pour ternir l’image du contingent tchadien et celle de l’armée tchadienne qui a démontré à suffisance sa discipline sur les différents terrains d’opérations.

Le général de brigade Azem Bermandoa Agouna, porte-parole de l’armée nationale tchadienne, informe que l’état-major des armées se désolidarise totalement de ce comportement indigne. Il promet que des sanctions énergiques seront prises lorsque l’identité et la culpabilité des présumés coupables seront établies.

Des arguments qui peinent à convaincre.

"Chaque fois que les militaires vont en intervention ailleurs, c’est pour salir le nom des Tchadiens et pour ce cas, si les autorités tchadiennes disent que c’est un acte isolé, mais c’est elles qui les encouragent", a dénoncé Djimodoum Berthe, leader d’opinion.

Pour Sosthène Mbernodji, coordonnateur du Mouvement citoyen pour la préservation des libertés, cette situation relance le débat sur la moralité des éléments qui composent l’armée nationale tchadienne. "Cette armée doit être restructurée dans son ensemble pour que le Tchad ait une armée digne de ce nom", propose-t-il.

Viols au Niger: des soldats tchadiens du G5 Sahel aux arrêts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:00 0:00

Toutes les actualités

Hausse des meurtres en Afrique du Sud: 70 cas par jour

Les résidents du quartier informel de Nomzamo réagissent à une scène de crime où 14 personnes ont été abattues dans une taverne de Soweto le 10 juillet 2022.

L'Afrique du Sud a enregistré près de 70 meurtres par jour au cours du premier semestre, en hausse de 16,5% par rapport au premier semestre 2021, a déclaré vendredi la police.

Le pays, qui détient un des pires taux de criminalité dans le monde, a enregistré 6.424 meurtres d'avril à juin, a déclaré la police. Ils viennent s'ajouter aux 6.083 déjà enregistrés au premier trimestre 2022. L'an dernier, il y a eu en moyenne 65 meurtres par jour.

"Le nombre de meurtres reste élevé et inquiétant", a admis le ministre en charge de la police Bheki Cele lors d'un point de presse. Les meurtres ont augmenté de 16,5% au premier semestre de 2022, selon les statistiques officielles, par rapport à la même période en 2021.

Le ministre a déclaré que "les disputes et les malentendus" ainsi que "les représailles et la vengeance" constituaient les principaux motifs des meurtres, avec le phénomène d'autodéfense en troisième place.

Le fait de se faire justice soi-même est un phénomène de plus en plus répandu en Afrique du Sud, où la majeure partie de la population ne peut pas payer des sociétés de sécurité privées, qui travaillent pour des personnes ayant des revenus élevés.

De plus, les habitants se plaignent souvent de la lenteur de la réaction de la police et de son incapacité à freiner la criminalité.

Mercredi, deux suspects ont été lapidés à mort et leurs corps brûlés par la foule dans la province de Limpopo après avoir tenté d'enlever une femme, a déclaré la police.

Des foules en colère ont également pourchassé des mineurs et des migrants illégaux ces dernières semaines, après le viol collectif de huit femmes dans l'ouest de Johannesburg en juillet.

Les viols ont diminué d'environ 5% au deuxième trimestre de 2022, mais le total reste encore très élevé, avec 9.516 cas enregistrés, soit plus de 100 par jour.

Les autorités équato-guinéennes arraisonnent un navire pirate

ARCHIVES - Les forces spéciales nigérianes interceptent des pirates lors d'un exercice conjoint entre les personnels de la marine nigériane et marocaine au large de Lagos, le 20 mars 2019.

C'est à Luba, à 45 kilomètres au sud de Malabo, la capitale, que les autorités retiennent le bateau et son équipage.

Les autorités équato-guinéennes ont saisi un navire soupçonné de piraterie et de transport illicite de marchandises de contrebande, a-t-on appris de source officielle.

Selon les autorités, le navire transportait du pétrole brut et naviguait sans autorisation et sans drapeau d'identification dans les eaux équato-guinéennes. Ses 25 membres d'équipage sont retenus dans ce pays côtier qui longe le golfe de Guinée, théâtre d'actes de piraterie et voie de transit du trafic de drogue.

C'est à Luba, à 45 kilomètres au sud de Malabo, la capitale, que les autorités retiennent le bateau et son équipage.

"Le navire est retenu pour avoir navigué dans nos eaux sans une autorisation de navigation et sans drapeau pour identifier son pays", a déclaré mardi à la télévision d'État Anatalio Zang Nguema, le procureur général de la République.

Le transporteur du brut arraisonné par la marine équato-guinéenne le 13 août au large de l'îlot d'Annobon, appartenant à la Guinée équatoriale, situé à 700 km au nord de Malabo, compte parmi son équipage 16 Indiens, un Philippin, 7 Sri Lankais et un Polonais.

Alarme nigériane

Selon les autorités, le navire Heroic Edun a été arraisonné suite à une alarme internationale et quelque temps après sa fuite du Nigeria où il est soupçonné d'être impliqué dans le trafic du pétrole.

Les autorités équato-guinéennes ont indiqué qu'elles pourraient remettre le bateau au Nigeria après les enquêtes.

Les autorités équato-guinéennes se disent profondément préoccupées par la piraterie maritime qui est devenue fréquente dans le golfe de Guinée ces dernières années. En mai, le conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l’unanimité de ses 15 membres une résolution qui condamne les actes de piraterie, les vols en haute mer, les enlèvements et les prises d’otage dans le golfe de Guinée.

L'ONU demande à tous les États de la région d’ériger ces actes en infractions pénales dans leur droit interne et d’ouvrir des enquêtes sur leurs auteurs, de les poursuivre et de les extrader au besoin.

Le rappeur américain A$AP Rocky, inculpé pour une fusillade, plaide non coupable

A$AP Rocky arrive aux British Fashion Awards à Londres, le 2 décembre 2019.

Le musicien de 33 ans, inculpé pour deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, a été laissé libre moyennant une caution de 550.000 dollars et doit comparaître à nouveau devant un tribunal le 2 novembre.

Rakim Mayers, de son vrai nom, est soupçonné d'avoir pointé son arme vers un ancien ami lors d'une dispute en novembre dernier, puis, plus tard, d'avoir tiré sur lui à deux reprises, lui infligeant une "blessure légère" selon la police.

Le rappeur réfute ces accusations.

L'artiste avait été arrêté en avril à l'aéroport de Los Angeles, à sa descente d'un jet privé en provenance de la Barbade, d'où est originaire sa compagne Rihanna et avec qui il a eu un enfant en mai.

Rihanna, immense star à l'origine des tubes "Diamonds" et "Umbrella", est "l'amour de ma vie" et "l'unique", avait confié le chanteur au magazine GQ en mai 2021.

A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm.

Radio Mille Collines: Félicien Kabuga à la CPI

Radio Mille Collines: Félicien Kabuga à la CPI
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Attentat à l'explosif dans une mosquée en Afghanistan : 21 morts

Des proches des victimes de l'attentat attendent devant un hôpital à Kaboul, en Afghanistan, le 18 août 2022. (Reuters/Ali Khara)

Au moins 21 personnes ont été tuées et 33 blessées dans un attentat à l'explosif dans une mosquée de Kaboul, mercredi à l'heure de la prière du soir, selon un bilan de la police donné jeudi.

"Hier (mercredi), une explosion s'est produite dans une mosquée (...) pendant la prière du soir. En conséquence, 21 de nos concitoyens sont morts en martyrs et 33 ont été blessés", a déclaré dans un communiqué Khalid Zadran, porte-parole de la police de Kaboul.

"La déflagration a été causée par des explosifs placés dans la mosquée" sunnite Sediqia, située dans le nord-ouest de la capitale afghane, a-t-il précisé à l'AFP.

Le nombre d'attentats a diminué en Afghanistan depuis que les talibans ont pris le pouvoir il y a un an, mais ils n'ont pas cessé pour autant. La plupart sont revendiqués par le groupe jihadiste État islamique.

Mort d'al-Zawahiri: Biden tente de se racheter du désastreux retrait d'Afghanistan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

L'ONG italienne Emergency, qui opère dans un hôpital de Kaboul, avait indiqué mercredi soir dans un mail avoir reçu de son côté 27 victimes, dont trois étaient décédées.

"La plupart des patients que nous avons reçus (...) souffrent de blessures causées par des éclats de bombe et des brûlures", avait-elle précisé.

Plus tard, dans un tweet, l'ONG a ajouté que cinq enfants figuraient parmi les personnes soignées, dont un âgé de sept ans.

Les hôpitaux locaux contactés par l'AFP ont déclaré qu'ils n'étaient pas autorisés à fournir de détails sur les victimes qu'ils avaient traitées.

La mosquée visée se trouve dans le quartier sunnite Khair Khana et dispose aussi d'une école coranique.

"C'était mon cousin, que Dieu lui pardonne", a déclaré à l'AFP Masiullah, un habitant du quartier, interrogé dans un cimetière proche de la mosquée, où ce membre de sa famille tué dans l'explosion a été enterré jeudi matin.

"Un an s'était écoulé depuis son mariage, il avait 27 ans et s'appelait Fardin... c'était une bonne personne", a-t-il ajouté.

Accès interdit

Jeudi matin, la mosquée, dont les vitres étaient brisées, était sécurisée par de nombreux talibans armés, présents aussi dans les rues alentours dont ils interdisaient l'accès aux journalistes, a constaté l'AFP.

Les responsables talibans assurent régulièrement qu'ils maîtrisent la sécurité dans la pays, et ils nient ou minimisent souvent des incidents rapportés par les médias sociaux.

Annonce de la mort d'Al-Zawahiri
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:43 0:00

Depuis peu, ils ont également pris l'habitude d'empêcher - parfois violemment - les médias locaux et étrangers de s'approcher de lieux frappés par des attentats.

L'attaque de mercredi intervient près d'une semaine après la mort d'un dignitaire religieux taliban et de son frère, tués dans un attentat suicide dans une école coranique à Kaboul, et revendiqué par le groupe État islamique.

Le religieux, Rahimullah Haqqani, était notamment connu pour ses discours enflammés contre l'EI.

Plusieurs attaques meurtrières ont eu lieu en août à Kaboul. Une série d'attentats à la bombe a surtout frappé le pays fin avril, pendant le mois sacré de ramadan, et fin mai, dans lesquels des dizaines de personnes ont trouvé la mort.

La plupart des attaques ont été revendiquées par l'EI, qui vise principalement les minorités religieuses afghanes chiite, soufie et sikh, mais aussi les talibans.

L'attaque de mercredi a eu lieu alors que des hauts responsables talibans participent jeudi à une grande assemblée de quelque 2.000 responsables religieux et d'anciens à Kandahar (sud), berceau et centre de décision du mouvement islamiste.

Les talibans ont fêté lundi à Kaboul le premier anniversaire de leur retour au pouvoir en Afghanistan, une année marquée par une forte régression des droits des femmes et une profonde crise humanitaire et économique.

Aucun pays n'a jusqu'à présent reconnu le nouveau pouvoir à Kaboul.

Voir plus

XS
SM
MD
LG