Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Violences au Bénin: arrestation d'un des leaders de la fronde


L'ancien président du Bénin Boni Yayi lors de la remise d’un prix au 44ème sommet ordinaire des chefs d'État de la CEDEAO, au centre de la Fondation Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire , le 28 mars 2014.

Un des principaux leaders du mouvement qui a récemment conduit à des affrontements entre forces de l'ordre et membres de l'opposition ayant fait deux morts parmi les civils à Savè, dans le centre du Bénin, a été arrêté, a annoncé la police vendredi.

"Cette vermine a été débusquée de sa cachette le jeudi 23 janvier dans un centre d'hébergement à Parakou", a déclaré Soumaïla Yaya, directeur général de la police républicaine béninoise lors d'un point presse.

Faleti Biaou Ayodélé Prudence, surnommé "Général civil Faleti" était "en cavale et activement recherché", depuis la diffusion de vidéos largement partagées sur les réseaux sociaux. Dans ces vidéos, il appelait la population à se soulever et exigeait le départ des militaires de Savè, bastion de l'ancien président Boni Yayi.

Le jeune homme de 30 ans est accusé d'avoir "proféré des menaces ouvertes à l'encontre des autorités et diverses personnalités", d'avoir défié les forces de défense et de sécurité et fait "usage d'armes automatiques", a déclaré le chef de la police, ajoutant qu'il serait prochainement conduit devant un procureur.

Selon la police, il a été arrêté en possession d'importantes sommes d'argent -7 à 8 millions de Francs CFA - et de gris-gris de protection.

Le "Général civil Faleti" se disait invincible dans plusieurs de ses vidéos, dans lesquelles il affirmait qu'il "est temps pour le peuple de se soulever contre l'armée."

"La bataille sera bientôt lancée", lancait-il dans une vidéo, appelant à des affrontements entre des populations dans plusieurs régions du pays, secoué par une grave crise politique depuis les élections législatives du 30 avril, auxquelles l'opposition n'a pas pu présenter de candidats.

La semaine dernière, deux personnes ont été tuées par balles par les forces de l'ordre dans les violences qui ont éclaté à Savè (300 kilomètres de Cotonou), bastion du parti des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) de Boni Yayi, ex-président et opposant au chef de l'Etat avec Patrice Talon.

Les forces de l'ordre ont assuré avoir agi en légitime défense et maintiennent que des individus armés, mêlés à la population, faisaient usage d'armes à feu.

Depuis les dernières violences, le gouvernement a dépêché une mission de médiation dont le rapport a été remis au président Patrice Talon lundi dernier.

La localité de Savé avait déjà été le théâtre de violents affrontements après les législatives d'avril 2019.

Voir les commentaires (1)

Ce forum a été clos.
XS
SM
MD
LG