Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Vingt ans après la mort de Diana, l'émotion reste vive

Hommages à la princesse Diana, au palais de Kensington, à Londres, le 31 août 2017.

Fleurs, bougies, mots doux... Les admirateurs de Diana multipliaient les hommages à la "princesse des coeurs" jeudi devant son palais à Londres, vingt ans jour pour jour après son décès dans un accident de voiture à Paris qui avait déclenché une émotion planétaire.

Très tôt ce matin, une foule s'est pressé devant les grilles du palais de Kensington, où Diana résidait, pour regarder les nombreuses photos de la toujours très populaire princesse de Galles. Certains ont déposé des fleurs parmi des dizaines d'autres bouquets où le prénom de la "Princesse des coeurs" apparaissait, écrit en fleurs blanches et roses.

"Elle était unique, tout à fait unique", dit à l'AFP Ian, un réceptionniste de 50 ans du Hertfordshire, au nord de Londres. "Electrique, c'était de la dynamite !" ajoute-t-il.

"C'était une vraie personne", souligne Katie, 30 ans. "Elle n'était pas distante, c'était juste l'une d'entre nous (...) C'est comme ça qu'elle touchait votre coeur" a-t-elle confié à l'AFP.

"Il y a vingt ans ans aujourd'hui, le monde a perdu un ange", a écrit sur son compte Instagram le musicien et chanteur Elton John, un de ses amis, qui s'était comme elle engagé en faveur des victimes du sida, postant une photo de lui avec la princesse.

Un service commémoratif était ainsi prévu jeudi après-midi au Mildmay Mission Hospital, à Londres, une association venant en aide aux malades du sida, où Diana se rendait régulièrement.

L'un des bouquets devant le palais de Kensington avait été déposé la veille par le fils cadet de Diana, le prince Harry, 32 ans, venu avec son frère William, 35 ans, voir les hommages rendus à leur mère.

'Révolutionnaire'

Aucun hommage officiel n'était prévu ce 31 août. Vingt ans auparavant, la berline qui transportait Lady Di s'était encastrée dans un pilier du tunnel de l'Alma à Paris, tuant la princesse de 36 ans et son nouvel amour, le riche héritier égyptien Dodi Al-Fayed.

Quelques personnes ont marqué l'événement dans la nuit de mercredi à jeudi, sous la pluie, sur un site proche du tunnel à Paris, instantanément devenu un lieu de souvenir et d'hommage.

"J'étais une enfant quand elle est morte, mais j'ai étudié sa biographie", a déclaré Marie Hermann, 25 ans, une journaliste allemande. "J'aimais Diana et son engagement pour les causes humanitaires".

"Je me rappelle le jour de son mariage et le jour de sa mort", a dit Linda Bigelbach, 61 ans, qui réside à St Paul, dans le Minnesota (Etats-Unis). Pour elle, Diana "sera toujours la princesse du peuple".

Diana "était révolutionnaire, elle a changé la famille royale pour toujours", a estimé Sian Croston, une Londonienne de 17 ans.

Sur les chaînes qui entourent le petit monument, réplique de la flamme de la Statue de la Liberté de New York, des centaines de cadenas ont été accrochés en signe de souvenir tandis que plusieurs dizaines de bouquets de fleurs et de photographies de la princesse entouraient la flamme.

Perpétuer son engagement

De ses fiançailles avec le prince héritier Charles alors qu'elle n'était qu'une jeune femme timide de tout juste 20 ans à son rôle de mère dévouée et de militante humanitaire jusqu'à son décès tragique, Diana a chamboulé la famille royale britannique et marqué son époque.

Amie des célébrités et figure médiatique, cette aristocrate dont l'image publique cachait une personnalité tourmentée s'était forgé une popularité planétaire en affichant son empathie avec les plus démunis.

Soucieux de perpétuer l'engagement de leur mère, William et Harry avaient rencontré mercredi des représentants d'organisations caritatives qu'elle soutenait. "Nous avons tous perdu quelqu'un", leur a dit le prince cadet, cité par l'agence Press Association.

William et Harry ont aussi commandé une statue à son effigie qui sera érigée ultérieurement dans les jardins de Kensington. C'est cette démarche de mémoire qui les a poussés à briser des années de silence pour parler d'elle pour la première fois à coeur ouvert, dans un documentaire diffusé à la télévision britannique.

"Pour Harry et moi, il est extrêmement important de célébrer sa vie", y disait William.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Trump se réjouit du rapport Mueller, dénonce une "arnaque"

Le président des États-Unis, Donald Trump, s'exprime lors du forum des dirigeants de la NRA-ILA lors de la réunion annuelle et des expositions du NRA au Kay Bailey Hutchison Convention Center à Dallas, Texas, 4 mai 2018.

Le président américain Donald Trump s'est réjoui jeudi des conclusions de l'enquête russe, qui a confirmé l'absence d'entente entre son équipe de campagne électorale et Moscou, mais ne le blanchit pas des soupçons d'entrave à la justice.

"C'est un bon jour pour moi", a lancé Donald Trump à la Maison Blanche au moment de la publication de ce rapport de plus de 400 pages après 22 mois d'enquête qui ont empoisonné ses deux premières années de mandat.

"Il ne faudra jamais que cela arrive à un autre président, cette arnaque", a-t-il ajouté à propos d'une enquête qu'il qualifie de "chasse aux sorcières".

Plus tôt, Donald Tump avait exulté sur Twitter en faisant une référence à la célèbre série "Game of Thrones".

"Pas de collusion, pas d'obstruction. Pour les rageux et les démocrates de la gauche radicale, c'est Game Over", était-il écrit sur une image de lui imitant une affiche de la série, où on le voit de dos sur fond d'un épais brouillard.

Le rapport final du procureur spécial Robert Mueller, chargé d'enquêter sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump en 2016, a été publié jeudi par le ministère américain de la Justice.

Le document de plus de 400 pages est expurgé de ses données confidentielles.

Robert Mueller établit l'absence d'entente entre l'équipe de campagne électorale de Donald Trump et Moscou mais conclut ne pas être "en mesure" d'exonérer le président américain des soupçons d'entrave à la justice.

Trump "n'a pas agi" pour entraver l'enquête russe, selon son ministre de la Justice

Le président Donald Trump lors d'un point de presse au jardin Rose de la Maison Blanche, Washington, 25 janvier 2019.

Le président américain Donald Trump n'a rien fait pour entraver l'enquête russe, a affirmé jeudi son ministre de la Justice Bill Barr peu avant la publication du rapport très attendu du procureur spécial Robert Mueller.

Le "président n'a pas agi pour priver le procureur spécial des documents et témoins nécessaires pour mener à bien son enquête", a affirmé Bill Barr. Les avocats personnels de Donald Trump ont pu lire ce rapport de 400 pages dans sa version expurgée "plus tôt cette semaine". Ils "n'ont pas été autorisés" à faire de coupes supplémentaires et "n'en ont pas exigé", a précisé le ministre.

Par ailleurs, L'enquête russe a prouvé qu'il n'y avait "pas eu de coopération" entre Donald Trump et les Russes qui ont tenté de peser sur la présidentielle de 2016, a déclaré jeudi le ministre américain de la Justice.

"Grâce à l'enquête rigoureuse du procureur spécial, nous savons que les agents russes qui ont mené ces efforts n'ont pas eu la coopération du président Trump ou de membres de son équipe de campagne", a dit Bill Barr lors d'une conférence de presse en amont de la publication du rapport final du procureur Robert Mueller

Kim Jong Un supervise l'essai d'une nouvelle arme dotée d'une "puissante ogive"

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, accompagné de deux responsables militaires16 avril 2019.

Le leader nord-coréen Kim Jong Un a supervisé l'essai d'une nouvelle "arme tactique guidée" avec une "puissance ogive", ont annoncé jeudi les médias d'Etat nord-coréens, alors que les doutes s'accumulent quant au processus de dénucléarisation de Pyongyang.

Cet essai a permis de vérifier le fonctionnement du "système particulier de guidage en vol et le chargement d'une puissante ogive", a affirmé l'agence officielle KCNA sans plus de détails sur la nature de l'arme.

Kim Jong Un a qualifié ce test d'"événement d'une très grande importance pour accroître la puissance de combat de l'Armée populaire" nord-coréenne, selon la même source.

Le leader a lui-même "guidé l'essai de tir" qui a été dirigé sur plusieurs cibles, a ajouté l'agence officielle.

C'est la deuxième fois que la Corée du Nord affirme avoir procédé à un essai d'arme depuis le début, en 2018, de ses négociations avec les Etats-Unis sur ses programmes de missiles balistiques et d'armement nucléaire.

Pyongyang avait déjà annoncé, en novembre, avoir testé "une nouvelle arme tactique de haute technologie" dont elle n'avait pas précisé la nature. On ignore s'il s'agit de la même arme que celle du nouvel essai rendu public jeudi.

La Corée du Sud n'a rien détecté sur ses radars, a indiqué à l'AFP un responsable militaire, jugeant improbable qu'un missile ait été tiré.

"Quand la Corée du Nord lance un missile, nos radars le voient. Mais aucun missile n'a été détecté", a-t-il dit sous couvert de l'anonymat.

La présidence sud-coréenne a dit n'avoir aucun commentaire. Des responsables du Pentagone ont également refusé de s'exprimer sur cette annonce.

"La description de ce qui a été testé fait penser à un missile, mais il peut s'agir de n'importe quoi, depuis un petit missile antichar téléguidé jusqu'à un missile sol-air, en passant par un système de roquettes d'artillerie", a estimé Ankit Panda, analyste spécialisé dans les questions nord-coréennes.

L'utilisation par KCNA du terme "tactique" suggère que ces essais n'ont impliqué aucun missile balistique de longue de portée ni aucun dispositif nucléaire.

"Kim tente de faire savoir au gouvernement de Trump que son potentiel militaire grandit jour après jour", a expliqué l'analyste Jarry Kazianis, du Center for the National Interest.

- Regain d'activité à Yongbyon -

"Son régime commence à se sentir frustré par le manque de souplesse de Washington dans les récentes négociations", a-t-il ajouté.

Le professeur d'études nord-coréennes Koh Yu-hwan, de l'Université Dongguk en Corée du Sud, a estimé lui aussi que ce nouvel essai était un message adressé aux Etats-Unis pour montrer le mécontentement de Pyongyang face à l'enlisement des pourparlers.

Mais le fait qu'il ne s'agisse pas d'un missile stratégique ou d'un essai nucléaire "souligne la volonté de Pyongyang de maintenir vivant le dialogue avec Washington", a-t-il estimé.

Selon lui, le régime nord-coréen "ne peut mener un essai nucléaire ou de missile à longue portée à ce stade, à moins de vouloir faire totalement voler en éclats ce qui reste des pourparlers entre les Etats-Unis et le Nord".

L'annonce du nouvel essai intervient alors que le Centre des études stratégiques et internationales (CSIS), basé à Washington, a fait état mercredi de signes d'activité sur le complexe de Yongbyon, principal site nucléaire nord-coréen, laissant penser que Pyongyang pourrait avoir repris des opérations de retraitement de matières radioactives à des fins militaires depuis le fiasco en février du sommet entre Kim Jong Un et le président américain Donald Trump.

Depuis cet échec, la Corée du Nord a indiqué qu'elle examinait ses options diplomatiques avec les Etats-Unis. Kim Jong Un s'est dit la semaine dernière ouvert à un troisième sommet avec M. Trump si Washington arrivait à la table des négociations avec "la bonne attitude".

La Corée du Nord s'est abstenue de procéder à de nouveaux tests balistiques ou nucléaires depuis le premier sommet entre MM. Trump et Kim en juin 2018 à Singapour.

Cette rencontre historique, survenue contre toute attente après des mois d'escalade militaire et d'échange d'insultes entre les deux dirigeants, avait abouti à un accord sur le désarmement nucléaire de la péninsule coréenne dont les termes étaient restés très vagues.

La deuxième rencontre, en février à Hanoï, s'était terminée de façon abrupte, sans la moindre avancée concrète ni même de déclaration.

Cette déconvenue avait soulevé des questions quant à l'avenir du processus. Au Vietnam, la Corée du Nord avait expliqué vouloir la levée des seules sanctions pesant sur les conditions de vie des Nord-Coréens. Mais les Etats-Unis avaient considéré que Pyongyang exigeait de fait la disparition des principales sanctions sans proposer grand chose de précis en retour.

Néanmoins, les deux camps avaient fait part de leur souhait de poursuivre les discussions.

Avec AFP

La cathédrale Notre-Dame de Paris dévstée

La cathédrale Notre-Dame de Paris dévstée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:16 0:00

L'ONU nomme un émissaire pour le Soudan

L'ONU nomme un émissaire pour le Soudan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG