Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Venezuela: Guaido appelle à la grève, Maduro jure de châtier les "traîtres"

Les Vénézuéliens manifestant dans les rues de Caracas, le 1er mai 2019.

L'opposant Juan Guaido a appelé mercredi à une grève générale et à une poursuite des manifestations au Venezuela dans l'espoir de chasser du pouvoir le président Nicolas Maduro, lequel a promis de châtier les "traîtres" responsables du soulèvement militaire raté de mardi.

Une manifestante de 27 ans, Jurubith Rausseo, a été tuée d'une balle dans la tête pendant une manifestation contre M. Maduro mercredi à Caracas, a affirmé l'Observatoire vénézuélien des conflits sociaux, proche de l'opposition.

Les services sanitaires du quartier de Chacao à Caracas, contrôlé par l'opposition, ont par ailleurs fait état de 46 blessés, dont deux par arme à feu, dans de nouvelles échauffourées entre forces de l'ordre et manifestants, en marge d'un défilé des partisans de Juan Guaido dans la capitale. La veille, des affrontements avaient déjà fait au moins un mort et des dizaines de blessés, selon le gouvernement et l'opposition.

Jets de pavés et cocktails Molotov, barricades incendiées: près de la base militaire aérienne de La Carlota, d'où Juan Guaido avait assuré mardi avoir le soutien d'un groupe de soldats, des dizaines de protestataires au visage couvert ont fait face mercredi aux forces de l'ordre, qui ont riposté par des tirs de gaz lacrymogène.

Après plusieurs heures d'affrontements, une trentaine de protestataires ont mis le feu à une camionette et l'ont lancée contre les grilles de la base, selon des journalistes de l'AFP sur place. Un manifestant a tiré en direction des militaires, et ces derniers ont riposté de plusieurs rafales.

"Nous vivons un enfer. Je fais confiance au peuple de la rue pour faire exploser la marmite", déclarait à l'AFP Evelinda Villalobos, une manifestante de 58 ans.

Si les habitants de Caracas sont sortis en masse en soutien à M. Guaido, ce dernier ne semble pas avoir réussi son pari de faire de cette journée du 1er-Mai la "plus grande manifestation de l'histoire du Venezuela".

"Demain, nous allons accompagner la proposition de grève tournante (faite par les travailleurs) pour arriver à la grève générale", a déclaré devant des milliers de partisans l'opposant de 35 ans, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays dont les Etats-Unis.

- "Continuer dans la rue" -

"On va continuer dans la rue jusqu'à obtenir la liberté", a assuré M. Guaido, chemise blanche aux manches retroussées, juché sur un véhicule équipé d'enceintes.

La veille, il avait appelé l'armée à se soulever contre le pouvoir. Mais cette tentative d'insurrection s'est dégonflée au fur et à mesure que les principaux chefs militaires réaffirmaient leur soutien au socialiste Nicolas Maduro.

Devant plusieurs milliers de ses partisans rassemblés pour la Fête du travail devant le palais présidentiel de Miraflores, M. Maduro a averti qu'il n'aurait "aucune hésitation" à "mettre derrière les barreaux les responsables de ce coup d'Etat criminel", orchestré selon lui par John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump.

"Hier (mardi), une poignée de traîtres happés par la droite putschiste a voulu s'imposer (...) Ils ont fui d'ambassade en ambassade, la justice les recherche et bientôt ils iront en prison pour payer leur trahison et leurs délits", a affirmé le chef de l'Etat.

Mardi, après l'échec du soulèvement, un groupe d'insurgés avait demandé l'asile à l'ambassade du Brésil. Une des figures de l'opposition, Leopoldo Lopez, qui était assigné à résidence depuis 2017 et était apparu aux côtés de M. Guaido et des militaires insurgés, s'était pour sa part réfugié dans l'ambassade du Chili, puis dans celle d'Espagne.

A Washington, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a prévenu qu'"une intervention militaire (était) possible. Si c'est nécessaire, c'est ce que feront les Etats-Unis".

Lors d'un entretien téléphonique mercredi avec son homologue russe Serguei Lavrov, Mike Pompeo a accusé Moscou de "déstabiliser" le Venezuela, et de nouveau demandé à la Russie de cesser de soutenir Nicolas Maduro.

M. Lavrov a rétorqué que "l'ingérence de Washington dans les affaires du Venezuela est une violation flagrante du droit international" et que "cette influence destructrice n'a rien à voir avec la démocratie".

- "Politique américaine risquée" -

Depuis le 23 janvier, le Venezuela, confronté à la plus grave crise de son histoire avec une économie au ralenti, une monnaie naufragée et des pénuries, compte de fait deux "présidents".

"Pour les Etats-Unis, la politique (américaine) au Venezuela est très risquée. Il n'y a aucune garantie de succès, à court ou moyen terme. La plupart des décisions semblent guidées par des idées fausses plutôt que par une stratégie", déclare à l'AFP Michael Shifter du centre de réflexion Inter-American Dialogue, basé à Washington, en qualifiant le geste de mardi de Guaido d'"audacieux".

Quelque 2,7 millions de Vénézuéliens ont fui le pays depuis 2015, face aux pénuries de biens de première nécessité et de médicaments, selon les chiffres de l'ONU.

Toutes les actualités

15 personnes condamnées à 24 ans de prison pour une tentative d'"invasion" armée au Venezuela

Photo publiée par le bureau de presse présidentiel vénézuélien le 6 mai 2020 montrant ce que les autorités identifient comme étant les documents d'identité des anciens soldats américains Airan Berry (D) et Luke Denman (G).

Quinze personnes ont été condamnées à 24 ans de prison par la justice vénézuélienne pour avoir tenté une "invasion" armée par la mer destinée à "renverser" Nicolas Maduro en mai dernier, a annoncé le procureur général vendredi.

Le tribunal a reconnu les accusés, parmi lesquels le "leader" de l'opération, le capitaine Antonio Sequea, coupables de "terrorisme, rébellion et conspiration", a indiqué Tarek William Saab dans une déclaration à la presse. Tous les accusés "ont reconnu leur responsabilité" dans cette tentative d'"invasion" ratée du Venezuela début mai, a-t-il affirmé.

La semaine dernière, deux anciens soldats américains, Luke Alexander Denman et Airan Berry, avaient été condamnés pour les mêmes faits à vingt ans de prison. L'affaire avait de nouveau crispé les relations déjà très tendues entre Washington et le gouvernement du président socialiste Nicolas Maduro.

M. Maduro avait accusé son homologue américain Donald Trump d'avoir "dirigé directement" cette "incursion armée" tuée dans l'oeuf le 3 mai dernier. Selon le gouvernement vénézuélien, ce jour-là, l'armée et la police vénézuéliennes étaient parvenues à stopper la "tentative d'invasion par la mer" fomentée par des "mercenaires venant de Colombie" sur le rivage de Macuto, à moins d'une heure de route de Caracas.

Selon Caracas, les "terroristes" comptaient renverser Nicolas Maduro pour "installer" à sa place Juan Guaido, le chef de file de l'opposition vénézuélienne que plusieurs pays reconnaissent comme président par intérim.

Au total, 82 personnes ont été arrêtées pour leur participation présumée à cette entreprise, a souligné Tarek William Saab.

Washington et Bogota ont nié toute participation et le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a affirmé que les Etats-Unis feraient tout pour rapatrier Denman et Berry.

Ottawa va régulariser les demandeurs d'asile mobilisés contre le coronavirus

La Gendarmerie royale du Canada accueillant des migrants à un poste frontalier mobile à Champlain, à la frontière avec l'Etat américain de New York, le 7 août 2017. Un tribunal canadien a invalidé le 22 juillet 2020, l'Accord sur les Tiers Pays Sûrs avec les États-Unis. (AP)

Le Canada va régulariser des demandeurs d'asile qui ont aidé à soigner des malades du coronavirus au plus fort de la pandémie, a annoncé vendredi le ministre de l'Immigration.

La mesure concernera les demandeurs ayant donné directement des soins aux malades dans un établissement de santé, une maison de retraite ou à domicile, comme les infirmiers ou aide-soignants, a expliqué le ministre de l'Immigration Marco Mendicino lors d'une conférence de presse.

Ils pourront demander la résidence permanente pour eux-mêmes et leur famille s'ils ont déposé leur demande avant mars 2020, même si leur demande d'asile a déjà été rejetée.

"Comme ces personnes font face à un avenir incertain au Canada, les circonstances actuelles méritent des mesures exceptionnelles en reconnaissance de leur service exceptionnel pendant la pandémie", a expliqué M. Mendicino.

"Ils se sont mis en danger" en travaillant dans les services de santé en pleine pandémie, a poursuivi M. Mendicino. "Je sais que nous nous souviendrons de leur courage et de leur compassion pendant les années à venir."

En mai dernier, le Premier ministre Justin Trudeau avait promis de réfléchir à un programme de régularisation pour ces personnes qui font un "travail héroique" en pleine pandémie. Le chef du gouvernement québécois François Legault les avait qualifiés d'"anges gardiens".

La plupart de ces demandeurs d'asile travaillent au Québec, province la plus touchée du pays. Le Québec comptabilisait vendredi près de 61.000 cas de coronavirus et 5.715 décès, soit plus de la moitié du total pour l'ensemble du Canada (121.000 cas et 9.050 morts).

Les résidences pour personnes âgées ont compté plus de 80% des décès liés au Covid-19 enregistrés au Canada.

A l'échelle du Canada, cette mesure de régularisation devrait concerner plusieurs centaines de personnes, un millier au maximum, selon un de leurs avocats interviewé vendredi par Radio-Canada.

Forte augmentation des disparitions de femmes et filles pendant le confinement au Pérou

Marche de la Journée internationale des droits de la femme à Lima, Pérou, 7 mars 2020. (REUTERS/Angela Ponce)

Au Pérou, les disparitions de femmes et filles se sont encore aggravées avec le confinement décrété face à la pandémie de Covid-19. Du 16 mars au 30 juin, le pays a enregistré huit disparitions quotidiennes, dont une majorité de mineures.

Il y a un an, Karin Alvarado Lopez, 39 ans, est sortie de chez elle pour acheter des bonbons et n'est jamais reparue. "Karin a quitté la maison le 27 août 2019. Depuis cette date, nous, sa famille, nous ne savons pas où elle se trouve", raconte Edward Alvarado, qui a lancé diverses initiatives avec ses parents pour tenter de retrouver sa soeur.

Le bureau du Défenseur des droits indique qu'en 2019, cinq femmes et filles ont disparu par jour dans le pays. La situation a empiré pendant la période de confinement du 16 mars au 30 juin. Le chiffre a alors grimpé à huit disparitions quotidiennes, soit 915 Péruviennes, dont 70% mineures.

"Je suis vraiment totalement dévasté, frustré de cette situation et envers les institutions de l'Etat qui ne nous apportent aucun soutien", se lamente Edward, 37 ans, qui vit dans le nord-est de Lima.

Pour les familles et les associations féministes, la police et la justice ne prennent pas la peine d'enquêter sur ces disparitions. Le Pérou a pourtant un très haut taux de fémicides et les réseaux de trafic d'êtres humains et de prostitution sont nombreux.

En février, trois semaines avant que le coronavirus ne fasse irruption dans le pays, le cas de Solsiret Rodriguez, 23 ans, disparue en août 2016, a fait grand bruit. Le corps de cette jeune étudiante et militante contre les violences faites aux femmes a été retrouvé mutilé dans une maison de la capitale.

"Une disparition, c'est un fémicide ou un trafic d'être humain, ce n'est pas quelque chose de volontaire, plus maintenant. Aujourd'hui, c'est une façon de tuer une femme", assène la mère de l'étudiante, Rosario Aybar, qui a cherché sa fille pendant trois ans et demi.

-Pas de fichier national des personnes disparues-

En 2019, le pays a comptabilisé 166 féminicides dont un sur dix avait été signalé en premier lieu comme une disparition inquiétante, selon le bureau du Défenseur des droits.

La mère de Solsiret regrette que les autorités ne se soient pas données la peine de savoir ce qu'il était advenu de la jeune femme, jusqu'à ce qu'un nouveau procureur se saisisse du cas. Ses investigations ont permis de découvrir le corps de l'étudiante dans la maison de sa belle-soeur et du mari de cette dernière, où l'étudiante vivait au moment de sa disparition.

Le couple a été emprisonné, mais le processus judiciaire est pour l'instant à l'arrêt en raison de l'épidémie de Covid-19, regrette Rosario Aybar, 60 ans. Marcelino, le père de Karin Alvarado Lopez, se plaint aussi de la lenteur de l'enquête. "Cela fait presque un an et nous n'avons toujours aucun résultat", se désole l'homme de 64 ans.

Les proches de Karin ont organisé des rassemblements, ont fait faire des banderoles, créé des pages sur les réseaux sociaux, rejoint des associations de soutien aux familles de femmes disparues; mais sans résultat pour l'instant.

"Il faut découvrir ce qui est arrivé" à toutes ces femmes, insiste le Défenseur des droits, Walter Gutiérrez. "Il y a une résistance de la police à enquêter sur ces affaires. Nous exigeons que se mette en place un ficher national des personnes disparues", renchérit Eliana Revollar, responsable des droits des femmes au sein du bureau du Défenseur des droits.

La colère monte à New York face à la crainte des expulsions

La colère monte à New York face à la crainte des expulsions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:51 0:00

COVID-19: de nombreux Américains ont du mal à payer leur loyer

COVID-19: de nombreux Américains ont du mal à payer leur loyer
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG