Liens d'accessibilité

Une élection présidentielle sous très haute sécurité en Somalie

  • VOA Afrique

Des soldats somaliens sécurisent la capitale à la veille de l'élection présidentielle à Mogadishu, le 7 février 2017.

Réunis à l'aéroport international de Mogadiscio, endroit le mieux protégé de la capitale, les parlementaires somaliens devaient élire mercredi le président du pays, le reste de la ville étant paralysé par des mesures de sécurité visant à éviter une nouvelle attaque des islamistes radicaux shebab.

Les députés ont débuté leur vote, sous une haute sécurité. "Mohamed Osman Jawari, président du Parlement, lance le premier vote. 328 députés sont présents pour l'élection présidentielle en Somalie", a tweeté l'Amisom.

Bdirahman Beileh, président du Comité de l'élection présidentielle, a réaffirmé l'importance de la transparence au moment du lancement du scrutin selon l'Amisom.

Mardi soir, des tirs de mortier ont touché plusieurs quartiers de la capitale tandis que des combats ont éclaté à l'extérieur de Mogadiscio entre les shebab et des soldats de la mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom), selon la police et des témoins, qui n'ont pas fait état de victimes.

Sécurité oblige, c'est donc dans un hangar de l'aéroport de Mogadiscio que les 275 députés et 54 sénateurs doivent choisir le chef de l'Etat parmi 22 candidats lors d'un scrutin à plusieurs tours qui marquera la fin d'un processus électoral maintes fois retardé et entaché de nombreuses accusations de corruption et manipulation.

Défendu par l'Amisom, l'aéroport de Mogadiscio est considéré comme le lieu le mieux protégé de la capitale. Il abrite notamment des bureaux des Nations unies, des organisations humanitaires et des ambassades.

Dès les premières heures de la journée, des centaines de parlementaires, journalistes et autres observateurs ont formé de longues files devant l'aéroport, pour être fouillés et identifiés avant d'être autorisés à entrer.

En dehors de l'aéroport, la ville était quasiment déserte. Le maire a appelé ses habitants à rester cloîtrés chez eux, les magasins et écoles étaient fermés, des soldats lourdement armés patrouillaient les rues et des buttes de sable bloquaient les principaux axes routiers.

Affiliés à Al-Qaïda, les shebab ont juré la perte du fragile gouvernement somalien, soutenu à bout de bras par la communauté internationale et protégé par l'Amisom, forte de 22.000 hommes.

Ils ont été chassés de Mogadiscio en août 2011, mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, souvent jusque dans la capitale. Le 25 janvier, ils ont mené un double attentat à la voiture piégée contre un hôtel fréquenté par des hommes politiques et situé près du Parlement, faisant au moins 28 morts.

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG