Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Une délégation de la Cédéao en route vers Bamako pour demander le rétablissement d'IBK

Les présidents des pays membres de la CEDEAO lors du lancement de la monnaie ECO à Abuja, au Nigeria, le 21 décembre 2019. (WhatsApp/Presidence ya Côte d’Ivoiree)

Une conférence virtuelle extraordinaire s’est ouverte ce matin rassemblant les chefs d’Etat de la Cédéao pour discuter de la situation au Mali.

Dans son discours d’ouverture, le chef de l’état nigérien Mahamadou Issoufou, président en exercice de la Cédéao, a affirmé que la situation était “grave” et montre le chemin à parcourir pour la mise en place d’institutions démocratiques fortes dans notre espace”.

Les présidents ivoiriens et sénégalais se sont exprimés sur Twitter : pour Macky Sall, ce coup de force est une violation du protocole de la #CEDEAO; pour Alassane Ouattara, il faut agir avec détermination.

Selon une source bien placée, il y a eu “de vives discussions” entre les chefs d’Etat qui n’arrivent pas à se mettre d’accord. Ces sanction concernent “notamment le blocus du Mali à l’exception de l’électricité, le carburant et les denrées de première nécessité.”

Une mission urgente avec l’ancien president Nigerian Goodluck Jonathan devrait se rendre dès demain au Mali pour négocier la libération du président IBK et des autres officiels arrêtés.

La CEDEAO devrait insister donc sur le maintient du président Keita au pouvoir et sur l’application de sanctions par d’autres partenaires comme l’Union africaine afin que ces sanctions soient également appliquées par des pays hors de la CEDEAO comme la Mauritanie et l’Algérie.

Toutes les actualités

Les musulmans maliens exigent des excuses d'Emmanuel Macron

Les musulmans maliens exigent des excuses d'Emmanuel Macron
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:51 0:00

L'attentat de la Terrasse à Bamako en 2015 est une "vengeance" pour les caricatures, selon l'accusé

Charlie Hebdo à Berlin, le 1er décembre 2016.

Le jihadiste mauritanien Fawaz Ould Ahmed, dit "Ibrahim 10", a reconnu mercredi être l'auteur de l'attentat du bar-restaurant La Terrasse à Bamako qui avait fait cinq morts en mars 2015, se disant "fier" d'avoir agi "par vengeance" après la publication de caricatures du prophète Mahomet par Charlie Hebdo.

"C'est nous qui l'avons fait, (le groupe jihadiste) Al-Mourabitoune. On n'a pas honte, on est fiers. Par vengeance du prophète, après ce qu'ils ont fait à Charlie Hebdo. C'est les photos, les caricatures", a-t-il déclaré devant la Cour d'assises de Bamako, qui l'interrogeait au deuxième jour de son procès.

Procès des attaques contre le Radisson Blu Hotel: compte-rendu de la première audience

Procès des attaques contre le Radisson Blu Hotel: compte-rendu de la première audience
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Ouverture du procès des attentats de Bamako en 2015

Ouverture du procès des attentats de Bamako en 2015.

Le procès des auteurs présumés des attentats de l'hôtel Radisson Blu et du restaurant La Terrasse en 2015 à Bamako s'est ouvert mardi dans la capitale malienne, en présence du principal accusé mais en l'absence des représentants des victimes occidentales.

Principal accusé, le Mauritanien Fawaz Ould Ahmed (ou Ahmeida), alias "Ibrahim 10", lieutenant du chef jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, dont la présence était incertaine jusqu'à la dernière minute, a été amené sur le banc des accusés par des hommes cagoulés.

L'homme, né dans les années 1970 à Nouakchott, est accusé d'avoir tué avec un fusil d'assaut un Français, un Belge et trois Maliens le 6 avril 2015 dans le restaurant La Terrasse, une action pour "venger le prophète" perpétrée dans la foulée des attentats contre l'hebdomadaire français Charlie Hebdo, selon l'enquête.

Il est également soupçonné d'avoir "planifié et fait exécuter" l'attaque, le 20 novembre de la même année, contre l'hôtel de luxe Radisson Blu. Deux hommes avaient alors "tiré sur tout ce qui bouge", tuant 20 personnes, dont 14 étrangers, avant d'être abattus.

De nombreuses parties civiles maliennes étaient présentes à l'ouverture du procès, mais nul proche de victimes occidentales, selon le journaliste de l'AFP.

Une retransmission par visioconférence a toutefois été mise en place.

"Il s'agit d'une retransmission en direct pour que les parties civiles françaises puissent suivre, mais en aucun cas d'un enregistrement. Seulement du direct", a expliqué le président de la Cour.

Le procès, dont la durée n'a pas été précisée, se déroule dans les locaux de la Cour d'appel, dans le sud de Bamako. Des soldats d'élite étaient placés dans et autour du bâtiment.

Fawas Ould Ahmed est apparu vêtu d'un long boubou gris. Ses cheveux crépus et une barbe fournie cachaient sa fine balafre sur le visage.

A la question, "Avez-vous un avocat?", il a répondu qu'il "ne le connaissait pas". Au Mali, dans les affaires de terrorisme, de nombreux accusés se voient commettre un avocat d'office, souvent le matin même du procès.

"Ibrahim 10" a déclaré préférer s'exprimer en arabe. "Un traducteur traduira", a répondu la cour.

Sa présence était entourée d'incertitudes, après des rumeurs ayant indiqué qu'il faisait partie des quelques 200 détenus libérés début octobre en échange de quatre otages, dont la Française Sophie Pétronin et l'homme politique malien Soumaïla Cissé.

Seul un de ses deux co-accusé était également présent à l'ouverture du procès.

Jean-Yves Le Drian en visite à Bamako

Jean-Yves Le Drian en visite à Bamako
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:29 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG