Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Un tueur en série présumé plaide finalement non coupable

Un tueur en série présumé du Nigeria, qui avait plaidé coupable de neuf meurtres sur les 10 dont il avait été accusé, a finalement plaidé non coupable jeudi devant un tribunal de Port-Harcourt (sud).

Gracious David-West, qui apparaissait une nouvelle fois devant la Cour, "a décidé de changer sa défense après avoir reconnu neuf accusations de meurtre" en octobre dernier, a précisé Chidi Ekeh, représentant du parquet de l'Etat de Rivers, à la fin de l'audience.

"Mon client peut plaider non coupable", a assuré à l'AFP Vincent Chukwu, avocat de l'accusé. "Ça ne change rien au niveau de la loi. Ce qui nous importe, ce sont les preuves et nous attendons de voir quelles preuves ils (l'accusation) montreront à la Cour".

Le tueur en série présumé comparaissait aux côtés d'une coaccusée, Nimi Thankgod, qui a été libérée sous caution en attendant le début du procès.

Lundi, le premier jour du procès de David-West avait été ajourné en raison de l'apparition de cette coaccusée dans l'enquête de police dont les résultats ont été communiqués à la justice la semaine dernière.

Le procureur général de Rivers, qui a souhaité prendre un main ce procès très médiatisé et très attendu dans l'Etat de Rivers, a assuré à l'AFP que le procès irait "jusqu'au bout", dans un pays où ils traînent souvent en longueur en raison des manquements des enquêtes policières.

Dix femmes ont été retrouvées mortes, étranglées, dans des hôtels de Port Harcourt, entre juillet et septembre, provoquant une grande inquiétude au sein de la population.

L'Etat de Rivers, où les taux de criminalité sont parmi les plus élevés du Nigeria, est gangrené par des affrontements entre des "groupes cultistes", dont David-West fait partie, selon les déclarations préliminaires de la police.

Ils utilisent la violence et les crimes rituels comme démonstration de force et sèment la terreur au sein de la population.

Des centaines de femmes étaient descendues dans les rues de Port Harcourt en septembre pour demander l'arrestation du meurtrier et protester contre l'insécurité régnant dans les rues de la ville.

La police n'a souhaité faire aucun commentaire à l'AFP.

Lors de son arrestation, la police locale n'avait pas hésité à faire parader celui qu'elle désignait déjà comme "l'assassin" ou le "tueur en série" et a publié une vidéo où Gracious David-West reconnaissait ses crimes sur Twitter.

Le procès de David-West et de sa coaccusée Nimi Thankgod reprendra à partir du 9 décembre prochain.

Toutes les actualités

Le gouvernement fédéral nigérian introduit de nouvelles restrictions face au COVID-19

Le gouvernement fédéral nigérian introduit de nouvelles restrictions face au COVID-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Le gouvernement nigérian introduit de nouvelles restrictions anti-covid

Un responsable de la santé pousse une bouteille d'oxygène sur un chariot pour traiter des patients atteints de COVID-19 souffrant de problèmes respiratoires aigus dans un service du centre d'isolement de l'État de Lagos à Yaba, Lagos, le 22 janvier 2021.

Masques obligatoires, tests payants, et capacité réduite dans les établissements sont autant de mesures adoptées récemment.

Le gouvernement fédéral du Nigeria a réintroduit de nouvelles restrictions sanitaires. Les bars, les centres de loisirs vont fermer et le gouvernement va fixer des limites des rassemblements publics à 50 personnes, un couvre-feu national de minuit à 4h du matin est instauré.

Craignant la situation actuelle dans trois pays notamment l’Inde, la Turquie et le Brésil où il y a un nombre élevé de cas et un taux de mortalité élevé dû à une prévalence généralisée de variantes préoccupantes, les autorités nigérianes ont décidé de nouvelles restrictions pour prévenir et maîtriser efficacement la résurgence d'une phase aiguë de la pandémie de Covid-19 dans le pays le plus peuplé d’Afrique.

Dr Sani Aliyu, coordinateur de la commission sur le Covid-19 au Nigeria, revient sur les mesures annoncées: "Nous allons maintenir les restrictions sur les rassemblements de groupe dans les lieux de travail à un maximum de 50 personnes. Les centres de loisirs, les bars, les clubs doivent rester fermés jusqu'à nouvel ordre. Les restaurants doivent prévoir une capacité d’accueille de 50% et proposer des plats à emporter".

La semaine dernière, le gouvernement avait annoncé l’interdiction d'entrée sur son territoire de passagers non Nigérians qui se sont rendus en Inde, au Brésil et en Turquie au cours des deux dernières semaines en raison des préoccupations concernant la propagation rapide du coronavirus dans ces trois pays.

Autre mesures annoncées par les autorités fédérales: les frais à verser pour les voyageurs pour se faire administrer un test de covid-19. Le président de la Commission nationale sur le covid-19 Boss Mustapha explique que "l’autorité des chefs d’Etat et de gouvernements de la Cédéao a fixé les frais de test de covid-19, que ça soit pour un test PCR ou n’importe quelle autre forme de test à $50 dollars au niveau de tous les points d’entrée à partir du 17 mai prochain".

Le gouvernement fédéral impose aussi des contrôles de température ainsi que le masque facial dans tous les lieux publics et lieux de travail, entreprises et lieux de culte.

Des nouvelles restrictions qui ont suscité des questions au sein du public. Mais pour Alero Roborts, consultante en santé publique, ces mesures sont nécessaires.

"C’est une préoccupation majeure pour nous qui sommes dans le domaine de la santé publique depuis quelques mois. Nous voyons la montée en flèche des cas de contamination en Inde, ce que nous pensons être une inquiétude et une menace. Il n’ y a pas vraiment une grande différence entre l’Inde et le Nigeria sur le plan de la population, sur le plan du profile épidémiologique et considérant notre localisation géographique".

Le Nigeria a connu une deuxième vague de la pandémie de Covid-19, certains ayant vu même une troisième vague en raison de nouvelles variantes plus contagieuses.

Basketball Africa League: 12 équipes africaines s'affrontent à Kigali

Cérémonie de dévoilement du logo BAL à la Kigali Arena, à Kigali, Rwanda, le 19 décembre 2019.

C'est la première initiative de la NBA pour lancer une ligue en dehors de l’Amérique du Nord.

Entre le 16 et le 30 mai 2021, la Basketball Africa League (BAL) va réunir 12 équipes africaines à Kigali, la capitale du Rwanda, un an après l'échéance initiale à cause du coronavirus.

La BAL devait initialement faire ses débuts le 13 mars 2020, à partir de Dakar, au Sénégal, mais a été reportée en raison de la pandémie de coronavirus.

La compétition découle d'un partenariat entre la NBA et la Fédération internationale de basketball.

Seuls des clubs de 12 pays africains y participeront, à savoir: l'Algérie, l'Angola, le Cameroun, l'Égypte, Madagascar, le Mali, le Maroc, le Mozambique, le Nigeria, le Rwanda, le Sénégal et la Tunisie.

Il s’agit de la première initiative de la NBA pour lancer une ligue en dehors de l’Amérique du Nord.

Le groupe A

  1. Les Tunisiens de l'US Monastir avec le joueur star Ater Majok.
  2. Les Nigérians du Rivers Hoopers avec le joueur star Ben Uzoh.
  3. Les Rwandais des Patriots avec le joueur star Aristide Mugabe.
  4. Les Malgaches du GNBC avec le joueur star Cameron Ridley.

Le groupe B

  1. Les Angolais du Petro de Luanda avec le joueur star Aboubakar Gakou.
  2. Les Marocains de l'AS Salé avec le joueur star Eric Kibi.
  3. Les Maliens de l'AS Police avec le joueur star Badra Samake.
  4. Les Camerounais des FAP avec le joueur star Ebaku Akumenzoh.

Le groupe C

  1. Les Egyptiens de Zamalek avec le joueur star Anas Osama Mahmoud.
  2. Les Sénégalais de l'AS Douanes avec le joueur star Chris Cockley.
  3. Les Algériens des GS Pétroliers avec le joueur star Mohamed Seddik Touati.
  4. Les Mozambicains du Ferroviário de Maputo avec le joueur star Alvaro Calvo Masa.

Au moins 30 morts après le chavirage d'un bateau au Nigeria

Un bateau de la compagnie Lagos State Ferry Services quitte la jetée du Five Cowries Terminal à Lagos, au Nigeria, le 10 février 2020.

Trente personnes sont mortes noyées après le chavirage de leur bateau surchargé dans l'Etat du Niger, dans le centre du Nigeria, a déclaré lundi à l'AFP un responsable des urgences.

Le bateau qui transportait une centaine de commerçants locaux s'est brisé en deux après avoir heurté un obstacle pendant une tempête alors qu'ils revenaient d'un marché samedi, a déclaré Ibrahim Audu Hussein, porte-parole du service des urgences dans l'État du Niger.

"Trente corps ont été retrouvés jusqu'à présent et cinq personnes sont toujours portées disparues", a-t-il ajouté, précisant que l'accident avait eu lieu dans le village de Tijana situé dans le district de Munya.

"Soixante-cinq passagers ont été secourus avec l'aide de plongeurs locaux", a déclaré le porte-parole. Les recherches ont éte entravées par des fortes pluies mais les plongeurs ont "bravé" le mauvais temps, a-t-il ajouté.

Les naufrages de bateaux, souvent surchargés et mal entretenus, sont fréquents au Nigeria, particulièrement pendant la saison des pluies.

Les chefs religieux nigérians prêchent la paix et l’amour entre musulmans et chrétiens

Les chefs religieux nigérians prêchent la paix et l’amour entre musulmans et chrétiens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:22 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG