Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un parti d'opposition dissous va déposer un nouveau recours en Guinée équatoriale


Le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, 3 janvier 2017. (Facebook/ Teodoro Obiang Nguema)

Le principal parti d'opposition en Guinée équatoriale, Citoyens pour l'innovation (CI), dissous en février, a annoncé qu'il introduira un nouveau "recours", cette fois devant la Cour constitutionnelle, après la confirmation lundi de sa dissolution par la Cour suprême.

"Nous allons déposer un autre recours auprès du tribunal constitutionnel dont la loi organique prévoit que si une sentence de la Cour suprême a violé les droits fondamentaux", il est possible de le faire, a expliqué à l'AFP Gabriel Nse Obiang Obono, leader de CI.

Le parti dissous a 90 jours pour introduire ce recours, selon Fabian Nsue Nguema, l'un des avocats de CI pour qui "la loi a été foulée au pied".

Lundi, la Cour suprême avait confirmé la dissolution décrétée le 26 février par le tribunal de Mongomo, ville de la partie continentale de la Guinée équatoriale située près de la frontière avec le Gabon. La Cour avait précisé que la sentence était définitive et que plus aucun recours n'était désormais possible.

>> Lire aussi : La dissolution du principal parti d'opposition confirmée en Guinée équatoriale

Le tribunal de Mongomo avait jugé 147 militants de CI et condamné 21 de ses militants, dont l'unique député élu du parti, à 30 ans de prison pour "sédition, désordre public, atteintes à l'autorité et blessures graves".

Des condamnations intervenues à la suite de violences qui s'étaient produites pendant la campagne pour les législatives de novembre 2017 dans la ville d'Aconibé, fief du leader de CI.

>> Lire aussi : Malabo déplore un "manque de solidarité en Afrique" après la tentative de "coup d'Etat" en Guinée équatoriale

Le deuxième parti de l'opposition équato-guinéenne, Convergence pour la démocratie sociale (CPDS), a condamné la dissolution de CI, "ordonnée par le président Teodoro Obiang Nguema à un système judiciaire que lui-même contrôle".

Le CPDS a appelé le peuple à la "désobéissance civile pacifique" pour en finir avec un régime qui conduit le pays chaque jour à la "ruine".

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG