Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

Le nouveau gouvernement tchadien suscite des interrogations

Idriss Déby Itno à N'Djamena, le 26 juin 2020. (VOA/André Kodmadjingar)

Le Tchad a un nouveau gouvernement avec 19 départs et 15 entrées dont 9 femmes. Les citoyens ont des avis partagés sur cette nouvelle équipe.

La nouvelle équipe passe de 31 à 35 membres dont 29 ministres et 6 secrétaires d’Etat. pour la première fois, 9 femmes entrent dans le gouvernement du Maréchal Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans.

"D’habitude on a que 8, mais maintenant on a 9 femmes, c’est une petite avancée et on demande à ce qu’on fasse encore plus d’effort", a déclaré Banata Tchalé Saw, secrétaire générale du Conseil national des femmes du Tchad.

Même si elle célèbre cette avancée, elle invite les femmes à rester vigilantes pour la suite de la lutte.

Nouveau gouvernement tchadien: 19 départs et 15 entrées dont 9 femmes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00


L’enseignant-chercheur Ahmat Mahamat Hassan estime que les équilibres en ce qui concerne le jeu géopolitique interne sont maintenus. Selon lui, "toutes les provinces sont présentes dans ce gouvernement, ce qui marque la représentativité ethnique, tribale, provinciale et régionale du gouvernement. Les gens se sentent associés à la gestion de la chose publique et donc cela reflète le caractère national du pouvoir en place".

Ce remaniement, compte tenu du dernier chronogramme de la commission électorale, "coïncide avec l’opportunisme électoraliste", ajoute M. Hassan.

Ce que pensent les Tchadiens du gouvernement remanié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Pour le politique Dr Ngarlem Toldé, 19 départs, c’est trop.

"19 ministres défenestrés, cela sous-entend que le gouvernement qui vient d’être remanié a connu un échec", tranche M. Toldé. "Des remaniements aussi incessants sont aussi des signes d’instabilité politique d’un pays. Sinon rien ne se justifie en ce moment un remaniement ministériel", a-t-il déclaré.

Un départ remarqué est celui de Noureddine Delwa Kassiré Coumankoi, considéré comme le père de la 4e République. Le secrétaire-général de la présidence, Kalzeubé Payimi Deubet, fait a maintenant une posture de Premier ministre.

Toutes les actualités

Le Soudan bat le Tchad, 1er match amical en Afrique depuis 10 mois

Stoppila Sunzu de la Zambie regrette après avoir manqué un but lors du match du groupe C contre le Burkina Faso pour la Coupe d'Afrique des nations, au Mbombela Stadium, à Nelspruit, Afrique du Sud, le 29 janvier 2013.

Le Soudan a battu le Tchad 3 à 2 mercredi en match amical, à N'Djamena, lors de la première rencontre internationale de football sur le continent africain depuis novembre 2019, l'épidémie de coronavirus ayant empêché tous les matches prévus par la suite. 

Les Crocodiles du Nil et les Sao se rencontreront de nouveau dans la capitale tchadienne vendredi, pour un autre match amical de préparation pour les qualifications à la Coupe d'Afrique des nations 2021.

Le match a eu lieu à huis clos en raison de la pandémie de coronavirus, et sous 33 degrés à l'ombre.

Le Soudan affrontera le Ghana, leader du groupe C, deux fois le 9 et le 17 novembre lors des éliminatoires pour la Coupe d'Afrique des nations 2021, alors que le Tchad rencontrera la Guinée, actuellement 1er ex-aequo du Groupe A en matches aller-retour.

Les magistrats tchadiens en grève pour exiger plus de sécurité

Les magistrats du Tchad en colère, à N'Djamena, le 19 septembre 2020. (VOA/André Kodmadjingar)

Au Tchad, colère et indignation des citoyens et des autorités judiciaires suite à l’incident qui s’est produit au sein palais de justice de N’Djamena la semaine dernière. Armes à la main, les proches d’un colonel condamné à 5 ans de prison l’ont extirpé de force de la salle d’audience mais il a été appréhendé quelques heures plus tard.

La scène s’est produite au lendemain de l’interpellation du ministre de la Justice par l’Assemblée nationale sur les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire.

Djonga Arafi secrétaire général du SMT en grand boubou banc à gauche, à N'Djamena, le 19 septembre 2020. (VOA/André Kodmadjingar)
Djonga Arafi secrétaire général du SMT en grand boubou banc à gauche, à N'Djamena, le 19 septembre 2020. (VOA/André Kodmadjingar)


Djimet Arabi a balayé, d’un revers de la main, la question d’un député sur la prise en otage de la Justice par certains individus qui se croient au-dessus de la loi.

Cette situation vient confirmer qu’il y a deux catégories de Tchadiens, estime le coordonnateur national du mouvement citoyen "Le Temps", Kemba Djidah Alain.

Pour lui, cette scène ressort de l’impunité qui caractérise le régime au pouvoir depuis 30 ans. Selon lui, le ministre de la Justice et le procureur de la République doivent démissionner.

Le procureur de la République Youssouf Tom met en garde des individus qui pensent être supérieurs à l’Etat.

"Aux autres Tchadiens qui pensent être dans le monde des illusions, qu’ils cessent de rêver à partir d’aujourd’hui parce qu’ils ne peuvent pas défier l’Etat", a averti le procureur.

"Nous sommes dans un Etat de droit, s’il y a réclamation à faire, il y a des voies de recours réservées à cet effet, plutôt que de penser réunir les parents et amis pour défier l’autorité de l’Etat", conseille Youssouf Tom.

"Ça étale à la face du monde notre réputation d’un peuple belliqueux réglant tous nos problèmes par la violence", a déploré le constitutionaliste Ahmat Mahamat Hassan, ancien ministre de la Justice. Parlant des défis à relever pour réconcilier les justiciables à la justice, il a indiqué qu’il faut une grande réforme des textes et régler le problème de la corruption qui gangrène le milieu judiciaire et la question des chefs, de races et d’ethnies qui sont des intermédiaires de nombreuses procédures judiciaires.

Les magistrats qualifient cet acte de "terroriste" et déclenchent une grève d’une semaine à compter depuis lundi 21 septembre sur l’ensemble du territoire. Ils exigent la dotation du service de sécurité en matériels conséquents.

Pour Djonga Arafi, secrétaire général du Syndicat des magistrats du Tchad, le fait que les magistrats aient été aussi outragés constitue un des défis qui sonnent le glas de déliquescence de l’Etat. C’est pourquoi, précise M. Djonga, il faut renforcer le service des éléments de la sécurité en termes du personnel, des munitions et d’armes. Il a relevé qu’aujourd’hui, le dispositif qui accompagne les prévenus n’est pas de nature à garantir leur sécurité.

Les magistrats sollicitent par la même occasion, l’intervention personnelle du président du conseil supérieur de la magistrature afin d’apporter des solutions appropriées aux maux qui minent le bon fonctionnement de l’appareil judiciaire.

Les magistrats tchadiens entament une grève pour réclamer des réformes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:52 0:00


Les magistrats tchadiens entament une grève pour réclamer des réformes

Les magistrats tchadiens entament une grève pour réclamer des réformes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:52 0:00

Le colonel tchadien Ahmat Haroun et ses complices capturés

Le colonel tchadien Ahmat Haroun et ses complices capturés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Un officer tchadien s'évade d'un tribunal avant d'être repris par les autorités

Arrestation de militaire au Tchad (VOA/André Kodmadjingar)

Au Tchad, un colonel de l'armée a été extirpé par des membres de sa famille d'un tribunal de N'Djamena à l'énoncé du verdict le condamnant à 5 ans de prison ferme. Il a été capturé quelques heures plus tard.

L'officier supérieur, Abdoulaye Ahmat Haroun, a été repris avec cinq de ses complices, cachés dans une maison, a annoncé le ministre de la Justice Djimet Arabi. Quelques heures plus tôt, le président du tribunal de première instance l’avait condamne à 5 ans de prison ferme, pour meurtre.

Des membres de sa famille, dont certains avec des armes à feu, ont fait irruption dans la salle d’audience pour le sortir du box des accusés et le conduire vers une destination inconnue.

Le colonel Ahmat Haroun avait tiré à bout portant sur deux jeunes mécaniciens le 14 juillet, tuant l'un d'entre eux. La mort du jeune mécanicien avait suscité l'émoi parmi les Tchadiens.

Le 9 août, le colonel Haroun s'est envolé à destination de l'Egypte. Les autorités tchadiennes ont ordonné que l'appareil d'Egypt Air revienne à N'Djamena et l'officier a été incarcéré dès l'atterrissage de l’avion.

Voir plus

XS
SM
MD
LG