Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

Un manifestant tué par les forces de sécurité à Khartoum

Des manifestants soudanais participent à un rassemblement pour protester contre le coup d'État militaire de l'année dernière, dans la capitale Khartoum, le 30 janvier 2022.

Un manifestant a été tué dimanche alors que des milliers de Soudanais convergent une nouvelle fois vers le palais présidentiel de Khartoum pour dénoncer le putsch du général Abdel Fattah al-Burhane et réclamer justice et démocratie.

Malgré les soldats en armes bloquant routes et ponts et les blocs de ciment installés devant le QG de l'armée et le palais présidentiel, la mobilisation ne faiblit pas, plus de trois mois après le coup d'Etat mené le 25 octobre par le chef de l'armée et en dépit de la répression.

Depuis le putsch, 79 manifestants ont été tués selon un syndicat de médecins pro-démocratie. Parmi eux, figure un homme de 27 ans qui a été touché à la poitrine dimanche à Khartoum, rapporte ce syndicat affirmant ne pas pouvoir préciser dans l'immédiat la nature de la blessure.

Il peut s'agir d'une balle, comme cela a souvent été le cas par le passé ou d'une grenade lacrymogène l'ayant frappé de plein fouet, comme cela a été le cas pour plusieurs blessés aux abords du palais présidentiel, aussitôt transportés par des camarades, comme l'a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

La contestation continue au Soudan, 3 manifestants tués
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00


"Oeil pour oeil", crie dimanche la foule à Khartoum et "les militaires à la caserne", scandent les manifestants à Gedaref, Kessala et Wad Madani (est), au Darfour (ouest), à Kosti (sud) ou Dongola et Atbara (nord).

Comme à la veille de toute mobilisation contre le pouvoir militaire, les autorités ont de nouveau raflé 45 militants ces trois derniers jours selon les comités de résistance locaux.

Alors que Washington a prévenu que poursuivre la répression pourrait "avoir des conséquences", les autorités ont annoncé avoir "confisqué les armes" de soldats filmés tirant à la kalashnikov sur des manifestants, mais disent sur les médias d'Etat avoir encore besoin des témoignages des manifestants.

Face aux critiques, elles enquêtent aussi sur un autre dossier: les "ambassades qui ne respectent pas les usages diplomatiques", rapporte l'agence de presse officielle.

Quand la police avait annoncé mi-janvier qu'un de ses généraux avait été poignardé par des manifestants, un homme présenté comme l'auteur des coups mortels avait été arrêté en quelques heures.

Une nouvelle fois malgré tout, l'ONU a rappelé que "restreindre la liberté d'expression et de rassemblement mènera à plus de tensions".

"Nous appelons les autorités à laisser les manifestations se dérouler sans violence", plaide encore sa mission à Khartoum.

Camps rivaux

Toujours privé d'aide internationale en rétorsion au putsch, le pays, l'un des plus pauvres au monde, est de plus en plus divisé.

Comme juste avant le coup d'Etat, des cortèges concurrents défilent désormais à Khartoum.

Mercredi, les pro-armée avaient conspué par milliers l'ONU et son initiative de dialogue devant son QG. L'émissaire des Nations unies au Soudan, Volker Perthes, a dénoncé des "amis du NCP", le Parti du Congrès national du dictateur déchu Omar el-Béchir.

S'ils sont rivaux, les deux camps s'accordent sur un point: le rejet du dialogue.

Les pro-armée veulent entériner le statu quo post-putsch alors que les pro-démocratie refusent désormais tout partenariat avec les généraux.

Soudan: lancement de discussions indirectes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00


En 2019, après trente années de dictature militaro-islamiste du général Omar el-Béchir, les civils avaient choisi de partager le pouvoir avec l'armée, quasiment toujours aux commandes au Soudan depuis son indépendance il y a 66 ans.

Mais aujourd'hui, crie la rue, "pas de partenariat, pas de négociation" possibles avec les généraux qui n'en finissent plus de purger les institutions créées en 2019 pour débarrasser le pays des réseaux du NCP.

"Nous ne partirons pas des rues avant la chute du régime des putschistes, l'avènement d'un Etat démocratique et le procès des criminels qui s'en sont pris au peuple", promettent les Forces de la liberté et du changement (FLC), principal bloc pro-civils du pays.

En dépit des appels à se débarrasser du pouvoir militaire, son numéro deux, le chef des très redoutées forces paramilitaires de soutien rapide (FSR), le général Mohammed Hamdane Daglo, dit "Hemedti", a multiplié les apparitions publiques à l'intérieur du pays comme à l'étranger ces derniers jours.

Il est allé en Ethiopie voisine et ne cesse de rencontrer chefs tribaux et représentants des conseils locaux, dignitaires puissants sous Béchir mis à l'écart par la génération de la "révolution" de 2019.

Retour sur une journée mouvementée au Soudan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:03 0:00

Toutes les actualités

Des centaines de Soudanais ont manifesté contre les militaires au pouvoir

Des centaines de Soudanais ont manifesté contre les militaires au pouvoir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Ouverture d'une enquête sur les activités de Castel avec des groupes armés centrafricains

Ouverture d'une enquête sur les activités de Castel avec des groupes armés centrafricains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Plainte à l'ONU de militants sahraouis contre le Maroc pour "détention arbitraire"

Début juin, quatre plaintes ont été déposées contre le Maroc devant le Comité des Nations unies contre la torture, concernant quatre activistes sahraouis.

Dix-huit indépendantistes sahraouis, incarcérés au Maroc pour l'assassinat de membres des forces de l'ordre en 2010 dans l'affaire dite de Gdeim Izik, ont déposé une plainte contre le royaume auprès de l'ONU pour "détention arbitraire", a indiqué vendredi un groupe de soutien.

Cette affaire tient son nom du camp où avaient été tués en novembre 2010 onze policiers et gendarmes marocains près de Laâyoune, la capitale du Sahara occidental administré par Rabat depuis la fin de la colonisation espagnole.

"Les prisonniers de Gdeim Izik déposent une plainte contre le Maroc auprès du Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations unies alléguant des actes de torture et de répression politique", précise un communiqué du groupe de soutien de Genève pour la protection et la promotion des droits humains au Sahara occidental.

Le groupe ajoute que "les Sahraouis qui militent en faveur de l'autodétermination sont soumis à des pratiques discriminatoires et ont été condamnés à de longues peines d'emprisonnement sur la base d'aveux entachés de torture".

Ces activistes indépendantistes font partie d'un groupe de 23 Sahraouis condamnés à des peines allant de deux ans de prison à la perpétuité dans le cadre de l'affaire de Gdeim Izik.

Début juin, quatre plaintes ont été déposées contre le Maroc devant le Comité des Nations unies contre la torture, concernant quatre activistes sahraouis, dont trois condamnés dans l'affaire de Gdeim Izik "gravement torturés", avaient annoncé des ONG.

La coordination des familles des victimes du camp de Gdeim Izik a, elle, dénoncé dans un communiqué "une dangereuse tentative de galvauder les faits, transformant les criminels en victimes".

Le conflit du Sahara occidental -vaste territoire désertique riche en phosphates et aux eaux très poissonneuses- oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par l'Algérie.

Tandis que Rabat prône un statut d'autonomie sous souveraineté marocaine, le Polisario réclame un référendum d'autodétermination, prévu par l'ONU lors de la signature en 1991 d'un cessez-le-feu, mais qui ne s'est jamais concrétisé.

Seun Kuti annule son concert au Maroc à cause du drame de Melilla


Seun Kuti annule son concert au Maroc à cause du drame de Melilla
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc en raison du drame de Melilla

Seun Kuti, fils de la légende de la musique afrobeat Fela Kuti, se produit à "Felabration", un événement annuel rendant hommage à son père, au New Afrika Shrine à Lagos, au Nigeria, aux premières heures du dimanche 20 octobre 2013.

L'artiste nigérian Seun Kuti a annoncé jeudi l'annulation de son concert qui était prévu samedi au festival marocain Jazzablanca, afin de "porter le deuil" des 23 migrants ayant péri en tentant de rallier l'enclave espagnole de Melilla au Maroc.

"C'est avec une grande tristesse que je vous annonce l'annulation de notre voyage au Maroc ce weekend pour Jazzablanca", a indiqué Seun Kuti, fils du légendaire précurseur de l'Afrobeat Fela Kuti, dans une vidéo postée sur son compte Instagram.

"Il m'est impossible en toute bonne conscience de monter sur scène et de passer du bon temps alors que tant d'Africains ont perdu la vie. Nous devons porter leur deuil", a ajouté l'artiste en référence aux 23 migrants qui ont perdu la vie vendredi en tentant de traverser vers l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc.

Il s'agit du bilan le plus meurtrier jamais enregistré lors des nombreuses tentatives de migrants subsahariens de pénétrer à Melilla et dans l'enclave espagnole voisine de Ceuta, qui constituent les seules frontières terrestres de l'UE avec le continent africain.

L'ONU a accusé le Maroc et l'Espagne d'avoir eu recours à "un usage excessif de la force" contre ces migrants.

Les organisateurs du Jazzablanca, prévu du 1er au 3 juillet à Casablanca, ont confirmé l'annulation du concert de M. Kuti à l'AFP.

"C'est une décision personnelle de l'artiste", ont-ils commenté.

Le légendaire Gilberto Gil, Mulatu Astatke, le père de l'éthio-jazz ou Asaf Avidan, figure du folk-rock israélien, sont au programme de la 15e édition de ce festival.

Voir plus

XS
SM
MD
LG