Liens d'accessibilité

Un groupe radical kurde revendique la double attaque d'Istanbul


Des membres de la famille d'une victime lors de la cérémonie à Istanbul, Turquie, le 11 décembre 2016.

Les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), un groupe radical proche du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont revendiqué dimanche le double attentat qui a fait 38 morts au coeur d'Istanbul la veille.

Deux membres des TAK "ont mené avec méticulosité (...) la double attaque simultanée qui s'est produite le 10 décembre 2016 à 22H30 (19H30 GMT) devant le stade Vodafone Arena et (le parc) Maçka", a affirmé le groupe dans un communiqué.

"Nos deux camarades sont héroïquement tombés en martyrs dans cette attaque", ont ajouté les TAK.

Au moins 38 personnes, dont 30 policiers, ont été tuées dans les deux explosions quasi-simultanées, selon les autorités.

L'une a été causée par un véhicule piégé et l'autre par un kamikaze, samedi soir à proximité du stade de l'équipe de football de Besiktas, situé sur les bords du Bosphore dans un quartier très fréquenté.

Les autorités turques avaient rapidement désigné le PKK comme l'auteur de ce double attentat, dernier d'une longue vague qui a frappé la Turquie depuis l'été 2015.

Les TAK ont ajouté qu'ils dévoileraient l'identité des deux membres qui ont perpétré l'attaque "dans les jours qui viennent".

Le groupe radical kurde fait état d'un bilan de "près de 100 policiers tués et des centaines d'autres blessés" dans la double attaque.

Les TAK ont revendiqué plusieurs attentats cette année: un attentat suicide à Ankara en février (28 morts), une attaque dans la capitale le 13 mars (34 morts) et un attentat à la voiture piégée le 7 juin à Istanbul (11 morts).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG