Liens d'accessibilité

Un ancien fournisseur d'armes de Charles Taylor jugé aux Pays-Bas


Le ministère public néerlandais a requis vendredi vingt ans d'emprisonnement contre un marchand de bois précieux accusé d'avoir vendu des armes à Charles Taylor, ancien chef de guerre et ex-président du Liberia.

Guus K., dont seul le prénom est révélé par les autorités pour respecter la présomption d'innocence, est accusé d'avoir livré illégalement des armes au régime de Charles Taylor entre 2000 et 2003 en violation d'un embargo sur les armes décrété par les Nations Unies, a indiqué le parquet dans un communiqué.

Il lui est également reproché d'"avoir été impliqué dans des crimes de guerre commis par les troupes et/ou milices libériennes de 2000 à 2002 durant les conflits armés en Guinée et au Liberia", a ajouté le ministère public, évoquant les atrocités commises envers hommes, femmes et enfants brûlés vivants ou égorgés dans des villages entiers.

"Le suspect a été un des acteurs des violences, et cela, par pur appât du gain", ont déclaré les représentants du parquet lors du réquisitoire devant la Cour de Bois-le-Duc, au sud du pays.

"Ce qui lui importait, c'était les recettes de l'exploitation forestière et du commerce du bois", ont-ils ajouté, cités dans le communiqué. "Il ne pouvait continuer à opérer avec ses entreprises et gagner de l'argent que si Taylor restait en selle."

L'ex-président libérien Charles Taylor a été condamné par la justice internationale en mai 2012 à cinquante ans de prison pour des crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis durant le conflit en Sierra Leone voisine (1991-2001), sentence confirmée en appel en septembre 2013.

Propriétaire des deux plus grosses compagnies forestières du Liberia, Guus K. était réputé trés proche de Taylor. Il avait été condamné en juin 2006 à huis ans de prison mais avait été acquitté en appel en mars 2008.

En avril 2010, la Cour suprême des Pays-Bas avait annulé son acquittement, affirmant que les juges avaient insuffisamment motivé leur refus d'entendre deux nouveaux témoins anonymes sur requête de l'accusation.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG