Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Culture/Histoire

Un film en préparation sur le massacre de Christchurch

Des fleurs déposées devant la mosquée Al Noor en hommage aux 40 personnes tuées par un suprématiste blanc pendant les prières du vendredi 15 mars à Christchurch en Nouvelle-Zélande le 27 mars 2019.

L'attentat contre la mosquée néo-zélandaise de Christchurch, au cours de laquelle un suprématiste blanc a tué 51 personnes en mars, va faire l'objet d'un film, intitulé "Hello brother", a annoncé mercredi son producteur dans Variety.

Le film, qui racontera l'histoire d'une famille de réfugiés qui a fui l'Afghanistan pour trouver refuge en Nouvelle-Zélande et se retrouve victime du carnage, sera produit par l'Egyptien Moez Masoud, selon le magazine américain.

"A Christchurch, le 15 mars, le monde entier a été témoin d'un crime contre l'Humanité sans nom", a-t-il déclaré à Variety, précisant que des membres de son équipe se trouvaient actuellement en Nouvelle-Zélande pour rencontrer des survivants et des familles de victimes.

"L'histoire que racontera +Hello brother+ n'est qu'une étape du processus de guérison, pour qu'un jour nous soyons tous en mesure de mieux nous comprendre les uns les autres et comprendre les causes profondes de la haine, du racisme, du suprémacisme et du terrorisme", a-t-il dit.

Le titre s'inspire de la formule de bienvenue lancé par un vieil homme afghan lorsqu'il a accueilli le tireur à la porte de la mosquée al-Noor, avant d'être abattu.

L'annonce de cette production a été faite à Cannes deux mois jour pour jour après le massacre.

Réagissant sur Facebook, la Muslim Association of Canterbury, qui représente les associations musulmanes de la région, a déclaré ne pas avoir été approchée à propos d'un projet de film sur le massacre.

"Nous ne pouvons pas arrêter ce type de projets si des cinéastes choisissent de s'y lancer, mais la Muslim Association of Canterbury considère la dignité et la vie privée de notre communauté comme primordiales", avance l'association.

Moez Masoud a co-écrit le script, produit par sa société Academia Pictures. En 2016, il avait produit "Clash" de Mohamed Diab, sur la chute du président égyptien islamiste Mohamed Mosri en 2013, un film alors présenté à Cannes en ouverture d'Un certain regard.

Toutes les actualités

Sting annule un autre concert lundi à Bonn, mais chantera mercredi à Lyon

La star britannique Sting et sa femme Trudie Styler saluent le Pape Francois durant l'audience générale dans la salle Paul VI au Vatican.

La star britannique Sting, souffrant d'une infection virale à la gorge, a annulé son concert prévu ce lundi soir à Bonn, mais sera de retour sur scène aux Nuits de Fourvière mercredi a annoncé à l'AFP son promoteur Live Nation France.

"Sting reprendra sa tournée à Lyon", a indiqué Live Nation France, au lendemain de l'annonce sur le site internet officiel du chanteur de son renoncement à se produire au festival Kunst! Rasen Bonn, dans l'ex-capitale de la RFA.

"Sting est en voie de guérison, mais il souffre toujours d'une infection virale à la gorge et les médecins lui ont recommandé de ne pas chanter lundi soir", communique le site sting.com

Le retour sur scène à Lyon de l'ancien leader de The Police, âgé de 67 ans, devrait donc rassurer ses fans. Au final, Sting aura dû renoncer à se produire six soirs, en raison de cette maladie contractée il y a une semaine.

Il a ainsi dû annuler ses concerts à Gand, Munich, Stuttgart, Slavkov u Brna (République tchèque), Weert (Pays-Bas) et Bonn. Autant de dates qu'il espère "pouvoir reprogrammer dès que cela sera possible", est-il indiqué sur son site internet.

Après ce retour attendu à Fourvière, le Britannique aux 100 millions d'albums vendus enchaînera vendredi par Calella de Palafrugell en Espagne, avant de chanter dimanche à Vila Nova de Gaia, au Portugal.

Plusieurs autres dates en France sonnt prévues cet été (Marciac, Carcassonne, Vitrolles, Colmar) et cet automne: Paris, Orléans, Lille, Bordeaux, Nantes, Lyon, Nice et Grenoble.

Entre ces deux tournées en Europe, il est aussi attendu en Asie début octobre.

Ancien instituteur, il fut la voix du groupe The Police aux tubes planétaires, de "Roxanne" à "Message in a Bottle", avant d'entamer en 1985 une carrière en solo qui l'a également vu enchaîner les succès.

Moi, Olarinde, virtuose du crayon

Moi, Olarinde, virtuose du crayon
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:58 0:00

Une ONG opère gratuitement les becs de lièvre au Malawi

Une ONG opère gratuitement les becs de lièvre au Malawi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Mandla Maseko qui aurait dû devenir le premier noir africain dans l'espace est mort

Mandla Maseko, vêtu de sa combinaison orange de l'Apollo Space Academy, à Pretoria, en Afrique du Sud, le 3 février 2014.

Un Sud-Africain qui aurait dû devenir le premier noir africain dans l'espace est mort dans un accident de moto, a annoncé sa famille dimanche.

Mandla Maseko, disc-jockey à temps partiel, est mort à l'âge de 30 ans samedi soir, selon une déclaration de la famille citée par plusieurs médias locaux.

Surnommé "l'afronaute", il avait gagné en 2013 le droit d'effectuer un vol de 103 kilomètres dans l'espace à bord d'un vaisseau spatial américain Lynx Mark.

Il avait battu un million d'autres candidats venus de 75 pays. Il avait été sélectionné avec 22 autres personnes pour effectuer un voyage d'une heure dans l'espace.

Mandla Maseko avait dû subir de nombreux tests d'aptitude physiques et mentaux dans le cadre du concours organisé par la AXE Apollo Space Academy qui était parrainé par la société anglo-néerlandaise Unilever et une entreprise de tourisme spatial, Space Expedition Corporation (SEC). En guise d'entraînement, il avait dû passer une semaine éprouvante à la Kennedy Space Academy, en Floride: sauts en chute libre, vols à bord d'avions de combat et résistance à l'accélération.

Il aurait dû voler en 2015 après avoir remporté le concours organisé par la AXE Apollo Space Academy, mais cela ne s'était pas matérialisé.

Les Etats-Unis fêtent 243 ans d'indépendance

Les Etats-Unis fêtent 243 ans d'indépendance
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:50 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG