Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un festival pour humaniser les prisons burkinabè


Le podium du festival "Un vent de liberté", Ouagadougou, 21 octobre 2019. (VOA/Lamine Traoré)

"Un vent de liberté" est un festival qui se tient depuis 10 ans dans les prisons au Burkina Faso. L’objectif est d’apporter une certaine humanisation dans les établissements pénitentiaires et de formuler des plaidoyers en faveur des prisonniers qui sont dans des conditions de détention précaires.

Des milliers de détenus se trouvent dans le plus grand établissement pénitentiaire du pays, la MACO, la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou.

'Un vent de liberté' festival dans les prisons burkinabè
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:24 0:00

Des musiciens se succèdent sur un podium dressé à l’occasion du festival "Un vent de liberté". Parmi les artistes, Jonathan Sigué dit Jonny, un ex-prisonnier aujourd’hui musicien, explique qu'il parle de sa mère dans ses chansons.​

"Je l’ai fait souffrir avec la prison, avec mes actes. Je parle d’amour aussi. Faire la pagaille et se retrouver ici avec quelques années de retard, ça ne sert pas. Il vaut mieux travailler et gagner pour soi", témoigne-t-il.

Ce festival se tient dans les prisons du Burkina Faso depuis dix ans. L’administration pénitentiaire n'est pas seulement chargée de la détention et de la garde des prisonniers mais également de leur réinsertion sociale.

"Toute activité qui peut amener le détenu à être utile à lui-même et à la société est la bienvenue. Cette activité nous aide à cheminer dans le processus de réinsertion sociale des détenus", explique Claude Ouédraogo, régisseur de la MACO.

A travers "Un vent de liberté", les organisateurs veulent aussi interpeller les autorités à se pencher sur les dures conditions de détention des prisonniers.

Freeman Tapily, le promoteur du festival, Ouagadougou le 21 octobre 2019. (VOA/Lamine Traoré)
Freeman Tapily, le promoteur du festival, Ouagadougou le 21 octobre 2019. (VOA/Lamine Traoré)

"En 10 ans, nous avons entendu beaucoup de témoignages. Nous pensons qu’il faut doter toutes les maisons d’arrêt et de correction en serviettes hygiéniques pour les femmes. Nous interpellons les ministères de la Femme, des Droits humains, de la Justice, la Présidence du Faso, l’Assemblée. Il faut une loi claire pour doter les prisons de ces serviettes. C’est la dignité féminine qui est bafouée. Il faut aussi traiter le cas des enfants, des bébés incarcérés", a déclaré Freeman Tapily, le promoteur du festival.

Dix prisons seront sillonnées pour les 10 ans du festival "Un vent de liberté" avec au programme des spectacles et des repas au profit des prisonniers.

XS
SM
MD
LG