Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Sept Casques bleus tués et dix blessés en RDC

Des Casques bleus patrouillent près des églises catholiques, le 21 janvier 2018 à Kinshasa.

Sept Casques bleus ont été tués et 10 autres blessés lors d'une opération militaire conjointe avec les troupes de la République démocratique du Congo contre des rebelles dans l'est du pays, a annoncé jeudi l'ONU.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a condamné, dans un communiqué, "l'assassinat de six Casques bleus malawites et un Casque bleu tanzanien de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO)".

"Les informations initiales indiquent que 10 Casques bleus supplémentaires ont été blessés et un autre est porté disparu", a rapporté Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU, ajoutant que plusieurs militaires congolais avaient également été tués ou touchés pendant les opérations.

"Les forces de défense du Malawi ont le regret d'annoncer la mort de quatre soldats qui ont été tués le 14 novembre 2018 alors qu'ils servaient en RDC", avait indiqué l'armée malawite plus tôt dans un communiqué.

Les forces de sécurité du Malawi "ont perdu des soldats courageux, travailleurs et disciplinés qui étaient toujours prêts à servir pour s'assurer que la paix prévale dans leur pays et à l'étranger", selon la même source.

L'armée du Malawi n'a pas donné de précision sur le lieu du drame, mais les Casques bleus mènent depuis mardi, conjointement avec les militaires congolais, une opération contre des rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF), qui sèment la terreur près de Beni.

Plus tôt jeudi, le numéro 2 de la force de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco), le général Bernard Commins, avait annoncé que plusieurs militaires congolais et des Casques bleus avaient été blessés pendant cette offensive.

Il s'était refusé à préciser s'il y avait des morts.

Les ADF sont historiquement un groupe de rebelles musulmans de l'Ouganda voisin qui s'est replié à la fin des années 90 dans l'est de la RDC pour poursuivre son combat contre le président Yoweri Museveni.

Depuis fin 2014, ces rebelles sont tenus responsables du massacres de plusieurs centaines de civils et de 15 Casques bleus tanzaniens en décembre dernier dans la région de Beni.

Sans rien revendiquer, les ADF repliés dans la jungle ont resserré depuis septembre l'étau sur Beni avec plusieurs tueries dans les faubourgs de la ville. Ceci risque de perturber le déroulement les élections générales du 23 décembre.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le Conseil d'État annule la réélection d'Albert Yuma à la tête du patronat

Le Conseil d'État annule la réélection d'Albert Yuma à la tête du patronat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

La RDC s'est préparée pour minimiser l'impact du coronavirus sur les séropositifs, selon le Dr Bossiky

La RDC s'est préparée pour minimiser l'impact du coronavirus sur les séropositifs, selon le Dr Bossiky
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

La lutte contre le Sida demeure une préoccupation

La lutte contre le Sida demeure une préoccupation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:58 0:00

Insécurité à l'Est : l'ONG MSF se retire du territoire congolais de Fizi

Un enfant est vacciné contre la rougeole lors d'une campagne d'urgence menée par Médecins sans frontières (MSF) à Likasa, province de Mongala, dans le nord de la République démocratique du Congo.

"MSF a pris la difficile décision de mettre fin à l’essentiel de son soutien à la fourniture de soins de santé à Kimbi et Baraka, dans le territoire de Fizi", indique l'ONG dans un communiqué.

Cette décision intervient "à la suite de plusieurs incidents violents contre l'organisation en 2020", ajoute-t-on. Une expatriée avait été enlevée plusieurs jours fin juin-début juillet.

"L'activité sans cesse croissante des groupes criminels et armés dans tout l'est de la RDC conduit à des violences et des attaques continues contre les populations civiles à une échelle choquante, y compris des assassinats ciblés et des actes odieux, notamment de violences sexuelles", déplore MSF.

MSF va transférer ses activités au ministère de la Santé dans ces zones de Kimbi et Baraka, où l'ONG affirme intervenir respectivement depuis 9 et 17 ans.

MSF affirme être présente dans 21 des 26 provinces de la RDC, son plus grand pays d'intervention au monde avec le Soudan du Sud.

Dans la province voisine du Maniema, MSF avait dénoncé le 19 novembre "un nombre choquant de cas de violences sexuelles perpétrés par des groupes armés à Salamabila".

Dans cette zone minière, MSF affirme avoir soigné "1.000 survivants de violences sexuelles depuis début 2020". A Salamabila, des groupes armés se battent pour le contrôle des mines d'or.

Le chef de la Garde républicaine appelle ses troupes à la vigilance

Le chef de la Garde républicaine appelle ses troupes à la vigilance
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG