Liens d'accessibilité

Le syndicat tunisien UGTT annule la grève générale prévue le 8 décembre


Les avocats manifestent devant la Cour de Justice dans les rues de Tunis, le 6 decembre 2016.

La puissante centrale syndicale tunisienne a décidé d'annuler la grève générale dans la fonction publique prévue vendredi, suite à la conclusion d'un accord avec le gouvernement sur les salaires.

"La grève générale est annulée. Nous sommes arrivés à un accord avec le gouvernement sur l'augmentation des salaires dans la fonction publique", a indiqué à l'AFP Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint du syndicat.

Selon cet accord, le gouvernement versera de janvier à novembre 2017 la moitié de l'augmentation des salaires prévue, puis la totalité à partir de décembre 2017, a-t-il ajouté.

"Nous sommes restés sur nos positions tout en restant ouverts à un dialogue avec le gouvernement et, finalement, les négociations ont abouti à un accord", a déclaré à l'AFP Sami Tahri, un autre responsable de l'UGTT.

Le gouvernement de Youssef Chahed, entré en fonctions fin août, a approuvé début octobre un projet de loi de finance pour 2017, actuellement en examen par le Parlement, qui tablait sur un gel des salaires d'au moins un an dans la fonction publique.

Cette disposition avait été vivement contestée par la centrale syndicale qui avait menacé d'observer une grève générale le 8 décembre dans la fonction publique si le gouvernement persistait dans son projet.

Malgré le succès de sa transition démocratique, la Tunisie ne parvient toujours pas à faire redémarrer son économie, six ans après la chute de la dictature de Zine El Abidine Ben Ali.

La Tunisie a obtenu en mai un nouveau plan d'aide du FMI, d'un montant de 2,6 milliards d'euros sur quatre ans, en échange de réformes socio-économiques.

En raison de la détérioration des finances publiques, l'agence de notation Moody's a prévenu le mois dernier que la note accordée à la dette souveraine du pays ("Ba3") pourrait être abaissée à moyen terme.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG