Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Trump retrouve May après avoir taclé sa gestion du Brexit

Le Président des États-Unis, Donald Trump, la Première Dame, Melania Trump et la Reine Elizabeth, lors du banquet organisé au Palais de Buckingham, à Londres, le 3 juin 2019. Alastair Grant / Pool via REUTERS

Donald Trump retrouve mardi à Londres Theresa May après avoir descendu en flammes sa gestion du Brexit, au deuxième jour d'une visite d'Etat qui suscite de vives tensions au Royaume Uni.

C'est une Première ministre fragilisée qui s'entretiendra avec le président américain: la dirigeante conservatrice démissionnera vendredi, après avoir échoué à mettre en oeuvre la sortie de l'Union européenne.

Elle assurera toutefois la transition jusqu'à ce qu'un nouveau chef de gouvernement soit choisi, d'ici le 20 juillet. Fidèle à son style, le tempétueux président n'a pas hésité à donner son avis sur le sujet.

Quelques jours avant sa venue à Londres, il a jugé que Boris Johnson, ancien ministre des Affaires étrangères, ferait un "excellent" Premier ministre, et recommandé au Royaume-Uni de quitter l'UE sans accord, un scénario auquel s'est toujours opposée Mme May.

"Un grand accord commercial est possible une fois que le Royaume-Uni se sera débarrassé de ses chaînes", a tweeté lundi soir le président américain, qui doit s'entretenir en fin de matinée avec la cheffe du gouvernement avant une conférence de presse commune qui pourrait être animée.

- Accord de libre-échange ? -

La relation commerciale entre les deux pays sera en effet cruciale pour le Royaume-Uni post-Brexit, le pays devant quitter l'Union européenne le 31 octobre au plus tard.

"Nous avons le potentiel d'être un partenaire commercial incroyable pour le Royaume-Uni", a assuré M. Trump dimanche.

L'ambassadeur américain au Royaume-Uni Woody Johnson a lui affirmé que Washington préparait déjà un accord et qu'il serait "plus rapide qu'aucun autre accord que nous ayons jamais eu".

Il a dit s'attendre à voir Londres ouvrir ses portes aux produits agricoles américains et affirmé que "tout ce qui est commercialisable sera sur la table" des négociations, en réponse à une question sur les vues des entreprises américaines sur le système de santé public britannique (NHS).

Mais, preuve que les négociations s'annoncent ardues, un porte-parole du gouvernement britannique précisé que la NHS ne serait en aucun cas à l'agenda.

L'actuelle relation entre les deux pays se fonde "sur un excellent partenariat mais je pense que nous pouvons encore faire mieux" avec "un accord de libre-échange bilatéral", doit déclarer, selon Downing Street, Theresa May lors d'une table-ronde avec des chefs d'entreprise et Donald Trump. La Première ministre veut encourager une "coopération économique plus large" avec des "marchés libres, équitables et ouverts".

Mais pour le mouvement "A people's vote", en faveur du maintien dans l'UE, Donald Trump veut une sortie sans accord du bloc européen pour "affaiblir" le Royaume-Uni et "dicter" ses conditions au prochain Premier ministre.

D'autres dossiers brûlants devraient être abordés: l'Iran, avec la volonté affichée du Royaume-Uni de défendre l'accord nucléaire que Donald Trump a remis en cause; ou encore l'environnement, les Etats-Unis ayant décidé, seuls, de se retirer de l'accord de Paris.

Washington fait aussi pression sur Londres pour exclure Huawei de son réseau 5G. Dimanche, dans le Sunday Times, Donald Trump a demandé au gouvernement britannique de se montrer "très prudent" quant à la place qu'il compte donner au géant chinois des télécoms.

- Bébé Trump -

Après s'être vu déroulé le tapis rouge à Buckingham Palace lundi, au premier jour de sa visite, et avoir échangé des cadeaux avec la reine, Trump sera confronté mardi à des manifestations contre sa politique.

C'est "l'occasion de faire preuve de solidarité avec ceux qu'il (Donald Trump, ndlr) a attaqués aux Etats-Unis, dans le monde entier et dans notre propre pays, y compris ce matin-même", a tweeté le chef de l'opposition travailliste britannique Jeremy Corbyn, dans une allusion à Sadiq Khan, le maire de Londres.

Ce dernier a été qualifié de "loser total" par le président américain dans un tweet quelques minutes avant son atterrissage dans la capitale britannique.

Comme d'autres personnalités politiques, le maire de Londres a boycotté le banquet organisé en son honneur lundi soir. Il a aussi autorisé les manifestants anti-Trump à faire voler dans le ciel londonien mardi un ballon caricaturant Donald Trump en bébé joufflu et colérique.

Ce ballon est devenu un symbole de la contestation britannique contre le président américain, jugé "misogyne" et "xénophobe", lors de manifestations ayant rassemblé des dizaines de milliers de personnes contre sa première visite en juillet 2018.

A l'autre bord de l'échiquier politique, l'europhobe Nigel Farage, dont le Parti du Brexit a raflé la mise aux européennes, s'est lui réjoui lundi de la présence de Donald Trump, "un vrai ami du Royaume-Uni".

Avec AFP

Toutes les actualités

Trump ira en Corée du Sud après le G20

Le président Donald Trump s’adresse aux journalistes à la Maison-Blanche à Washington, le 22 juin 2019, avant d’embarquer dans Marine One pour le voyage à Camp David, dans le Maryland.

Le président américain Donald Trump se rendra ce week-end en Corée du Sud, après le sommet du G20, pour s'entretenir avec son homologue sud-coréen Moon Jae-in des négociations sur le nucléaire avec Pyongyang, actuellement dans l'impasse, a annoncé le bureau présidentiel à Séoul.

M. Trump s'envolera pour la Corée du Sud samedi à l'issue du G20 au Japon, ont précisé des responsables sud-coréens.

Cette visite intervient après un échange de lettres entre le président américain et le leader nord-coréen Kim Jong Un, ce dernier ayant qualifié d'"excellent" le contenu de la missive de Donald Trump, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Le 11 juin, Donald Trump avait indiqué avoir reçu une lettre "magnifique" et "très chaleureuse" de Kim Jong Un, ajoutant qu'il continuait à faire confiance au Nord-Coréen malgré l'absence de progrès tangibles sur la dénucléarisation.

Un responsable sud-coréen a déclaré aux journalistes que M. Trump "envisageait" une visite dans la Zone démilitarisée (DMZ) mais qu'il n'y avait aucun projet de sommet trilatéral entre MM. Trump, Moon et Kim.

La péninsule coréenne a connu en 2018 une remarquable détente après des années de tensions relatives aux programmes balistique et nucléaire de Pyongyang. Cet apaisement a été marqué par une série de rencontres diplomatiques, dont deux sommets entre MM. Kim et Trump.

Mais le deuxième sommet entre les deux hommes, en février à Hanoï, s'est soldé par un fiasco retentissant et les négociations entre Américains et Nord-Coréens sont depuis dans l'impasse.

Kim Jong Un a reçu la semaine dernière en visite d'Etat Xi Jinping, premier président chinois à se rendre à Pyongyang en 14 ans.

Des experts ont vu dans cette visite de M. Xi, avant sa rencontre avec M. Trump en marge du G20, le signe de la volonté du président chinois de montrer l'influence dont Pékin continue à jouir en Corée du Nord.

Les protestations anti-extradition continuent à Hong
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:49 0:00

Ko Min-jung, porte-parole de la présidence sud-coréenne, a déclaré que MM. Trump et Moon auraient des "discussions en profondeur sur les moyens d'établir un régime de paix permanente au travers de la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne".

Les responsables américains parlent généralement spécifiquement de la "dénucléarisation de la Corée du Nord".

Ce sera la huitième rencontre entre M. Moon et M. Trump qui s'est pour la dernière fois rendu en Corée du Sud en novembre 2017, quand il n'avait pas pu se rendre sur la DMZ en raison d'un épais brouillard.

"M. Trump se rendra certainement sur la DMZ si le temps le permet parce que c'est le lieu où l'on peut observer directement la baisse des tensions militaires entre les deux Corées", a déclaré à l'AFP Koh Yu-hwan, professeur d'études nord-coréennes à l'Université Dongguk University de Séoul.

"Se rendre sur la DMZ pourrait être une façon de réaffirmer l'importance du processus de dénucléarisation".

Mais il serait "stupéfiant" que M. Trump y rencontre M. Kim, a-t-il dit, en raison de "l'impasse dans les discussions sur le nucléaire".

Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition

Ekrem Imamoglu, candidat à la mairie du Parti populaire républicain (CHP), principal parti de l'opposition, accueille ses partisans lors d'un rassemblement dans le district de Beylikduzu, à Istanbul, en Turquie, le 23 juin 2019.

Les mines étaient fatiguées mais joyeuses lundi à Istanbul, après une nuit de célébration pour fêter la victoire écrasante de l'opposition face au candidat du président Recep Tayyip Erdogan aux élections municipales.

Dans les bastions de l'opposition, comme Besiktas sur la rive européenne ou Kadiköy sur la rive asiatique de la ville, les Stambouliotes ont fait la fête jusqu'à tard dans la nuit, agitant des drapeaux, dansant au milieu des voitures et buvant des bières "à la santé de Tayyip".

Quasiment inconnu il y a quelques mois, Ekrem Imamoglu a fait une entrée fracassante sur la scène politique nationale en rééditant dimanche sa victoire annulée trois mois plus tôt contre un poids lourd du parti au pouvoir, l'ex-Premier ministre Binali Yildirim.

Mieux: alors que seulement 13.000 voix séparaient les deux candidats lors du premier scrutin en mars, invalidé à la suite de recours du parti au pouvoir AKP, M. Imamoglu a devancé M. Yildirim de près de 800.000 voix dimanche, jour où s'est rejouée l'élection.

"Ce n'était pas bien de recommencer cette élection, mais le fait qu'il y a eu un tel écart au final, c'est une bonne chose pour Istanbul", estime Servan Soydan, un Stambouliote qui soutient l'opposition, en promenant son chien lundi matin.

L'enthousiasme était moins marqué dans les médias, pour la plupart contrôlés par le pouvoir. "Istanbul a voté", titraient sobrement plusieurs journaux. Le quotidien progouvernemental Sabah se démarquait en estimant que "la démocratie (avait) gagné".

Nombre d'analystes estiment qu'en demandant la répétition de l'élection à Istanbul, M. Erdogan et son parti ont commis une erreur de calcul, faisant de M. Imamoglu une victime et une figure désormais de premier plan.

La "victoire massive" de M. Imamoglu "est une leçon de démocratie: les gens tiennent à ce que leurs droits soient respectés", souligne dans un tweet Marc Pierini, analyste à Carnegie Europe et ancien ambassadeur de l'Union européenne à Ankara.

Devant le résultat sans appel -- 54% des voix pour M. Imamoglu--, le président Erdogan a félicité le candidat de l'opposition dimanche soir.

Son parti, l'AKP, reste le plus populaire à l'échelle nationale. Mais il pâtit des difficultés économiques que connaît actuellement la Turquie, avec une inflation à 20%, un affaissement de la livre turque et un chômage élevé.

De nouvelles sanctions américaines "majeures" attendues lundi contre l'Iran

De nouvelles mesures de rétorsion contre l'Iran ont été annoncées par Donald Trump samedi.

Les Etats-Unis s'apprêtent à annoncer lundi de nouvelles sanctions "majeures" contre l'Iran alors que la tension croissante entre les deux pays, nourrie d'incidents et d'invectives guerrières, fait craindre un embrasement.

Téhéran et Washington ont beau répéter ne pas chercher la guerre, les déclarations belliqueuses et les incidents se multiplient, dont des attaques d'origine inconnue contre des pétroliers et la destruction d'un drone américain par l'Iran dans la région du Golfe.

Dimanche, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a fait état pour la première fois d'un incident impliquant un drone américain le 26 mai qui, selon une carte qu'il a publiée sur Twitter, serait resté au moins 20 minutes dans l'espace iranien et aurait reçu trois "avertissements".

Avant de s'envoler pour l'Arabie saoudite, rival régional de l'Iran, et les Emirats arabes unis, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a jugé "enfantine" la carte publiée par M. Zarif.

L'annonce iranienne est intervenue après qu'un missile iranien eut abattu un drone de l'US Navy jeudi. Téhéran affirme que cet appareil a violé son espace aérien. Washington assure qu'il a été détruit dans l'espace aérien international.

Après la destruction du drone, M. Trump a parlé d'une "énorme erreur" de l'Iran mais a annulé in extremis des frappes contre des cibles iraniennes.

En visite à Jérusalem, le conseiller à la Sécurité nationale du président américain Donald Trump, John Bolton, a averti l'Iran qu'il "ne devrait confondre prudence et retenue avec de la faiblesse", après le renoncement de M. Trump à frapper.

Le président américain a en revanche autorisé secrètement, selon le Washington Post et Yahoo! News, des représailles sous forme de cyberattaques contre les systèmes de défense iraniens. Le Pentagone s'est refusé à tout commentaire.

- "Sanctions supplémentaires majeures" -

Les tensions ne cessent de monter depuis le retrait américain en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l'Iran, privant ce pays des bénéfices économiques qu'il escomptait de ce pacte.

Elles se sont intensifiées avec des attaques contre des pétroliers dans la région du Golfe en mai et en juin, imputées par Washington à Téhéran qui a démenti.

De nouvelles mesures de rétorsion contre l'Iran ont été annoncées par Donald Trump samedi. "Nous mettons en place des sanctions supplémentaires majeures contre l'Iran lundi", avait-il tweeté. "L'Iran ne peut pas avoir d'armes nucléaires!".

L'Iran a toujours nié vouloir se doter de l'arme atomique, mais M. Trump l'accuse de chercher secrètement à en fabriquer et de "déstabiliser" la région.

Selon des sources diplomatiques, Washington a demandé la tenue le même jour d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU.

Téhéran n'a pas encore réagi aux informations sur les cyberattaques qui, selon le Washington Post, avaient été initialement proposées par l'état-major comme riposte aux attaques ayant ciblé le 13 juin deux pétroliers près du détroit d'Ormuz, un point de passage stratégique pour le commerce mondial de pétrole et au coeur des tensions régionales depuis des décennies.

Washington a accusé l'Iran qui a nié toute implication dans ces attaques et dans le sabotage de quatre navires le 12 mai à l'entrée du Golfe.

- "Coalition mondiale" -

Depuis mai, les Etats-Unis ont renforcé leur dispositif militaire au Moyen-Orient, en arguant de "menaces iraniennes" contre des cibles américaines.

Alors que les Etats-Unis alternent déclarations martiales et appels au dialogue, l'émissaire américain pour l'Iran, Brian Hook, a exhorté "tous les pays à convaincre l'Iran de désamorcer la tension". Et de répéter: "les Etats-Unis n'ont aucun intérêt à une confrontation militaire avec l'Iran".

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo s'est envolé dimanche pour l'Arabie saoudite et les Emirats, deux "grands alliés" des Etats-Unis. Il a dit qu'il allait y "parler de la manière de nous assurer que nous sommes tous sur la même ligne ainsi que de la manière de mettre en place une coalition mondiale" sur l'Iran.

Dimanche soir, les rebelles yéménites houthis, soutenus par l'Iran, ont à nouveau frappé l'Arabie saoudite, qui intervient militairement au Yémen depuis 2015 à la tête d'une coalition de plusieurs pays. Une attaque contre un l'aéroport d'Abha, dans le sud du royaume saoudien, a fait un mort et sept blessés.

Dans ce contexte de vives tensions, un ancien conseiller militaire américain, Mike Mullen, a averti que "les choses deviennent incontrôlables". "La dernière chose au monde dont nous ayons besoin, c'est d'une guerre avec l'Iran".

Avec AFP

La solidarité congolaise jusqu'au Texas

La solidarité congolaise jusqu'au Texas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Fraude alimentaire : 672 arrestations dans le monde par Interpol

Fraude alimentaire : 672 arrestations dans le monde par Interpol
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG