Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump accuse la Chine de tenter d'influencer les élections par ses sanctions commerciales

Le président Donald Trump à la Maison Blanche, à Washington, le 17 septembre 2018.

Donald Trump a accusé la Chine de "tenter d'influencer" les élections américaines par ses sanctions commerciales, après l'annonce, par Pékin, de "représailles" aux nouveaux tarifs douaniers annoncés lundi par Washington, une nouvelle escalade dans la guerre commerciale.

"La Chine a ouvertement indiqué qu'ils tentaient activement d'influencer et de changer notre élection en attaquant nos agriculteurs, nos éleveurs et nos ouvriers de l'industrie parce qu'ils sont loyaux à mon égard", a tweeté le locataire de la Maison Blanche, qui avait la veille mis à exécution sa menace de taxer 200 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires.

Cette accusation intervient moins d'une semaine après la signature d'un décret par le président américain autorisant des sanctions à l'encontre de ressortissants étrangers tentant d'influencer les élections américaines.

A moins de deux mois avant les élections législatives de mi-mandat, des responsables américains ont indiqué avoir observé des tentatives d'ingérence, de la part de la Russie mais aussi de la Chine et d'autres pays.

Lundi, Donald Trump avait précisé, dans un communiqué transmis par la Maison Blanche, le calendrier de mise en place des nouvelles taxes à l'encontre de la Chine.

"Les tarifs douaniers prendront effet le 24 septembre et s'élèveront à hauteur de 10% jusqu'à la fin de l'année. Le 1er janvier, les taxes douanières seront portées à 25%".

Des droits punitifs adoptés en juillet et août ciblaient déjà des biens chinois représentant 50 milliards de dollars d'importations annuelles aux Etats-Unis.

La réponse de la Chine n'a pas tardé, Pékin ayant promis mardi des "représailles" à ces nouveaux tarifs et ayant jugé "incertaine" une reprise des négociations avec Washington.

"La Chine a profité des Etats-Unis sur le terrain commerciale pendant de nombreuses années. Ils savent aussi que je suis celui qui sait comment arrêter ça", a lancé dans un second tweet mardi matin le dirigeant américain.

Avec AFP

Toutes les actualités

"Impeachment": Nancy Pelosi accuse Donald Trump de corruption

La Présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Capitol Hill à Washington, aux États-Unis, le 31 octobre 2019. REUTERS / Joshua Roberts

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a affirmé jeudi que Donald Trump avait déjà reconnu des actes de corruption dans l'affaire ukrainienne, au coeur de l'enquête pour destitution ("impeachment") visant le président républicain.

"La corruption consiste à accorder ou suspendre une aide militaire en échange d'une déclaration publique concernant une fausse enquête sur les élections", a déclaré Nancy Pelosi lors d'une conférence de presse au lendemain du début des auditions publiques au Congrès américain dans le cadre de l'enquête préalable à une éventuelle procédure de destitution.

Selon elle, les faits reprochés au président républicain Richard Nixon, visé par une enquête pour destitution en 1974, apparaissent "presque petits" à côté des agissements de Trump.

Les démocrates à la Chambre cherchent à déterminer si Donald Trump a demandé une contrepartie à Kiev pour les 391 millions de dollars d'aide destinés à faire face aux séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine - une aide provisoirement suspendue par le président républicain malgré son approbation au Congrès.

Donald Trump réfute ces accusations. William Taylor, ancien ambassadeur en Ukraine qui est désormais chargé d'affaires à Kiev, et George Kent, secrétaire d'Etat adjoint chargé des affaires européennes et eurasiennes, ont été entendus mercredi.

Une autre figure centrale de cette affaire, Marie Yovanovitch, qui a été limogée en mai dernier de son poste d'ambassadrice en Ukraine, sera entendue vendredi. L'enquête des démocrates menace la présidence de Trump alors qu'il est candidat à sa réélection en novembre 2020.

Si l'impeachment franchit l'obstacle de la Chambre - la majorité simple suffit pour cela -, un procès de déroulera alors au Sénat, où les républicains sont majoritaires et où la majorité qualifiée des deux tiers est nécessaire.

Les déclarations de Pelosi offrent un aperçu des articles de la procédure d'impeachment que les démocrates pourraient mettre en avant. Lors de sa conférence de presse, la présidente de la Chambre a déclaré que l'administration Trump avait fait "obstruction au Congrès" en bloquant les témoignages de responsables qui avaient été assignés à comparaître par la Chambre.

Selon la Constitution, la "trahison, la corruption ou d'autres crimes et délits graves" peuvent mener à une destitution. Les démocrates ont commencé à utiliser les mots corruption ou tentative de corruption pour qualifier les actes de Trump.

Avec Reuters

Erdogan à la Maison Blanche

Erdogan à la Maison Blanche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Deuxième jour des auditions au Congrès

Deuxième jour des auditions au Congrès
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Enfant noir, famille blanche | Episode 5: En quête de son origine

Enfant noir, famille blanche | Episode 5: En quête de son origine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:11 0:00

Enfant noir, famille blanche | Episode 4: Une vie "altéré de façon permanente"

Enfant noir, famille blanche | Episode 4: Une vie "altéré de façon permanente"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:20 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG