Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Syrie: plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest, selon l'ONU

L'ex-ville syrienne rebelle de Douma à la périphérie de Damas, Syrie, 17 avril 2018.

Plus de 38.000 personnes ont été déplacées en cinq jours dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé vendredi l'ONU, en référence à un secteur visé par des raids aériens quasi-quotidiens du régime syrien et son allié russe, selon une ONG.

Ces derniers jours, l'aviation russe et celle du régime ont concentré leurs frappes sur l'ouest de la province d'Alep, où des territoires sont tenus par des djihadistes et des rebelles, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les Nations unies sont "profondément préoccupées" par les déplacements en hausse dans le nord-ouest syrien, "des informations quasi-quotidiennes faisant état de frappes aériennes et de tirs d'artillerie dans le secteur", a indiqué à l'AFP David Swanson, un porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha).

"Entre le 15 et le 19 janvier, plus de 38.000 déplacés sont partis, principalement de l'ouest d'Alep" vers d'autres territoires de la province ou des secteurs d'Idleb, a-t-il précisé dans un communiqué.

La province d'Idleb et certaines zones des régions voisines d'Alep, de Hama et de Lattaquié, sont dominées par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda). Des groupes rebelles y sont aussi présents.

Depuis début décembre, 358.000 personnes ont été déplacées dans le nord-ouest syrien, en grande majorité des femmes et des enfants, selon l'ONU.

- "Grave catastrophe humanitaire" -

"Cette dernière escalade a ouvert un nouveau front dangereux dans le conflit", a déploré le Comité international de Secours (IRC). "Nous sommes déjà en plein dans une grave catastrophe humanitaire", a ajouté l'ONG dans un communiqué.

"Les camps (de déplacés) sont pleins, les services de santé sont débordés, la majorité vit dans des tentes fragiles où s'entassent plusieurs occupants et qui sont régulièrement inondées quand il pleut", selon l'IRC.

Ces derniers jours, des dizaines de civils ont été tués dans l'ouest de la province d'Alep et à Idleb, principalement dans des raids de l'aviation russe, selon l'OSDH.

Moscou a nié toute "mission de combat". L'Observatoire détermine les auteurs des raids à partir du type d'avion utilisé, du lieu de la frappe, des plans de vol et des munitions utilisées.

Vendredi, l'aviation du régime et de son allié russe ont bombardé plusieurs villages d'Alep et d'Idleb selon l'Observatoire, qui n'a pas fait état de victimes dans l'immédiat.

Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, avait estimé que l'escalade pourrait constituer un prélude à une offensive du régime, qui cherche à sécuriser la ville d'Alep, à portée de tirs des roquettes des djihadistes et des insurgés, mais aussi l'autoroute reliant la ville, tenue par le gouvernement, à la capitale Damas.

La région d'Idleb a déjà été le théâtre d'une offensive d'envergure entre avril et août 2019 ayant tué près d'un millier de civils, selon l'OSDH. Le pouvoir syrien, qui contrôle désormais plus de 70% du pays, s'est dit déterminé à reconquérir l'intégralité du secteur.

La Syrie est ravagée depuis 2011 par un conflit qui a fait plus de 380.000 morts et des millions de déplacés.

Toutes les actualités

La princesse Latifa demande une enquête sur l'enlèvement de sa soeur

Sheikha Latifa bint Mohammed Al Maktoum (Campagne #FreeLatifa-Tiina Jauhiainen/David Haigh via AP)

La princesse Latifa, qui dit être retenue en "otage" par son père, le souverain de Dubaï, a appelé la police britannique à enquêter à nouveau sur l'enlèvement de sa soeur aînée en 2000 à Cambridge, la princesse Shamsa, dans une lettre datée de 2018 dévoilée jeudi par la BBC.

"Tout ce que je vous demande, s'il vous plaît, c'est de prêter attention à son affaire parce que cela pourrait lui permettre de retrouver la liberté", écrit la princesse Latifa dans cette lettre manuscrite, transmise mercredi à la police du Cambridgeshire par des amis.

Sa soeur aînée, la princesse Shamsa, avait tenté de fuir son père Mohammed ben Rached al-Maktoum, souverain de Dubaï et Premier ministre des Emirats Arabes Unis, en août 2000 pendant qu'elle était en vacances en Angleterre.

Selon le récit de Latifa, la jeune femme a été retrouvée après deux mois de fuite, "droguée", ramenée à Dubaï et "enfermée". Aujourd'hui âgée de 39 ans, elle n'a pas été revue depuis.

Dans des vidéos tournées en 2019 et diffusées la semaine dernière par des médias britanniques, la princesse Latifa, 35 ans, disait être elle-même retenue en "otage" dans une "villa transformée en prison" et craindre pour sa vie.

Sa lettre à la police britannique, antidatée en février 2018, avant une tentative d’évasion de Dubaï, aurait été écrite en 2019, selon la BBC.

Dans une déclaration, la police du Cambridgeshire a confirmé avoir reçu cette lettre et indiqué qu'elle serait "examinée" dans le cadre d'un "réexamen en cours" de l'enquête sur la disparition de la princesse Shamsa, de même que les vidéos diffusées par la BBC.

"C'est une affaire complexe et grave", dont il serait "inopportun" de dévoiler des "détails", a ajouté un porte-parole.

En mars 2020, la police britannique avait indiqué qu'elle réexaminerait cette enquête, à la suite d'une décision de la justice britannique selon laquelle l'émir de Dubaï avait commandité l'enlèvement de deux de ses filles.

La justice britannique s'était prononcée dans le cadre d'une procédure opposant l'émir de Dubaï à la princesse Haya de Jordanie, sa sixième épouse, qui avait créé la sensation en 2019 en s'enfuyant à Londres avec leurs deux enfants.

En 2018, la princesse Latifa avait tenté de s'évader de la riche cité-Etat du Golfe avant d'y être reconduite manu militari.

Des proches disent ne plus avoir de ses nouvelles depuis plusieurs mois, et Londres comme l'ONU ont demandé des preuves de vie.

L'ambassade des Emirats Arabes Unis à Londres a affirmé que la princesse était "prise en charge chez elle".

Biden déclassifie le rapport sur le meurtre de Jamal Khashoggi

Des gens tiennent des photos du journaliste saoudien Jamal Khashoggi lors d'un rassemblement pour marquer le deuxième anniversaire de son meurtre au consulat saoudien, à Istanbul, en Turquie, le 2 octobre 2020.

L'administration Biden veut déclassifier un rapport des services de renseignement sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, selon Avril Haines, cheffe du renseignement. Ce dossier pourrait impliquer le prince héritier d'Arabie saoudite dans cet assassinat.

Jamal Khashoggi, journaliste du Washington Post et résident américain qui a écrit des articles critiques sur le prince héritier saoudien, aurait été brutalement assassiné par des agents saoudiens dans l'enceinte du consulat saoudien en Turquie en octobre 2018.

Même si les médias avaient déclaré que les renseignements américains avaient déterminé avec assez de certitude que le prince Mohammed ben Salman avait ordonné le meurtre, ces allégations n'ont jamais été officiellement publiées jusqu'ici.

Le prince héritier nie toute implication dans cette affaire.

Les autorités saoudiennes soutiennent que sa mort était le fruit d'une équipe d'agents chargés de ramener le journaliste dans le royaume.

Cinq personnes ont été condamnées à mort pour le meurtre par un tribunal saoudien, mais ces condamnations ont été commuées en 20 ans de prison en septembre dernier, selon divers rapports de presse.

Que sait-on du rapport?

Le rapport des renseignements américains, qui devrait être publié plus tard jeudi, conclut que le prince héritier Mohammed ben Salman a approuvé "et probablement ordonné" le meurtre de Khashoggi, ont déclaré quatre responsables américains à l'agence de presse Reuters.

Ils ont déclaré que la Central Intelligence Agency (CIA) - l'agence d'espionnage américaine à l'étranger - était le principal contributeur au rapport.

Le parquet saoudien et le prince Mohammed insistent sur le fait que ce dernier n'avait aucune connaissance du meurtre.

Les responsables américains pensaient qu'une telle opération aurait nécessité l'approbation du prince.

Le Washington Post, pour lequel Khashoggi travaillait, avait écrit à l'époque que la CIA avait conclu que le prince héritier avait ordonné l'assassinat de Khashoggi, qui critiquait régulièrement le gouvernement saoudien dans ses colonnes.

Le Post avait déclaré que l'évaluation de la CIA était basée en partie sur un appel téléphonique passé par le frère du prince héritier, le prince Khalid ben Salman, alors ambassadeur saoudien aux États-Unis.

Le prince Khalid, qui est maintenant vice-ministre de la Défense, aurait appelé Khashoggi sous la direction de son frère et lui aurait donné l'assurance qu'il serait en sécurité pour se rendre au consulat d'Istanbul. Le prince Khalid a par la suite nié toute communication avec le journaliste.

En 2019, la rapporteure spéciale de l'ONU, Agnès Callamard, a accusé l'État saoudien d '"exécution délibérée et préméditée" de Khashoggi et a rejeté le procès saoudien comme une "antithèse de la justice".

À quoi peut-on s'attendre après la publication du rapport?

La publication du rapport Khashoggi soulèvera une foule de nouvelles questions et pourrait redéfinir les relations entre les États-Unis et l'Arabie saoudite.

Au cours de la campagne électorale de 2020, M. Biden a lancé des attaques cinglantes contre le prince héritier, affirmant que l'Arabie saoudite devait être traitée comme "un paria".

On s'attend à ce que le gouvernement Biden cherche à freiner les ventes d'armes à l'Arabie saoudite, mais elle pourrait également prendre des mesures plus ciblées contre le prince Mohammed, y compris des sanctions financières.

La distribution des vaccins s’intensifie à travers le monde

La distribution des vaccins s’intensifie à travers le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

Nucléaire iranien: Josep Borrell "raisonnablement optimiste"

Nucléaire iranien: Josep Borrell "raisonnablement optimiste"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:22 0:00

Nucléaire iranien : "solution temporaire" pour maintenir une surveillance

Nucléaire iranien : "solution temporaire" pour maintenir une surveillance
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:27 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG