Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Syrie: la coalition dirigée par Washington affirme que son retrait militaire a commencé

Un véhicule blindé des forces américaines, à Manbij, au nord de la Syrie, mercredi 4, 2018. (Photo AP / Hussein Malla)

La coalition internationale antijihadiste dirigée par les Etats-Unis a annoncé vendredi un début de retrait de ses troupes de Syrie, sans plus de précisions.

La coalition "a commencé le processus de retrait (...) de Syrie", a indiqué à l'AFP le colonel Sean Ryan, porte parole de la coalition.

"Par souci de sécurité opérationnelle, nous ne discuterons pas des échéances, des lieux ou des mouvements de troupes", a souligné ce porte-parole.

Cette annonce intervient moins d'un mois après l'annonce par le président américain Donald Trump du retrait de quelques 2.000 soldats américains de la Syrie.

La coalition internationale antijihadiste a été créée en 2014, après la montée fulgurante du groupe Etat islamique (EI) en Syrie et sa conquête de larges pans des territoires syrien et irakien.

Plusieurs pays y participent, dont la France et la Grande-Bretagne. Mais il n'était pas clair dans l'immédiat si le retrait inclut également les troupes françaises et britanniques déployées sur le sol.

"Le président Trump a pris la décision de retirer nos troupes, nous allons le faire", a indiqué jeudi le chef de la diplomatie Mike Pompeo, se gardant toutefois de mentionner un calendrier.

Selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, "des forces américaines se sont retirées jeudi soir de la base militaire de Rmeilan dans la province de Hasaké", dans l'est du pays.

L'Observatoire a fait état du retrait d'"une dizaine de véhicules blindés et d'équipements lourds".

Après avoir autoproclamé en 2014 un "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, l'EI a subi une série de revers militaires.

Le groupe conserve encore quelques poches et cellules dormantes dans la "badiya" (désert), notamment dans l'est de la Syrie, où la coalition poursuit le combat avec l'appui au sol des Forces démocratiques syriennes (FDS) dominées par des combattants kurdes.

La guerre en Syrie a éclaté en 2011 après la répression par le régime de manifestations prodémocratie. Elle s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de groupes jihadistes et de puissances étrangères. Elle a fait plus de 360.000 morts.

Avec AFP

Toutes les actualités

Donald Trump affirme que les attaques contre deux pétroliers portent la marque de l'Iran

Donald Trump affirme que les attaques contre deux pétroliers portent la marque de l'Iran
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Frappes israéliennes sur Gaza après un tir de roquette palestinien

Frappes israéliennes sur Gaza après un tir de roquette palestinien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:32 0:00

Le chef de l'ONU «condamne» les attaques contre des navires civils dans le Golfe

Le chef de l'ONU «condamne» les attaques contre des navires civils dans le Golfe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Yémen: soutien saoudien à l'émissaire onusien, assure l'ONU

L'émissaire de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths, à Genève, en Suisse, le 05 septembre 2018.

Le chef de la diplomatie saoudienne Ibrahim al-Assaf a affirmé lundi son soutien à l'émissaire onusien pour le Yémen, le Britannique Martin Griffiths, critiqué récemment par le gouvernement yéménite, a assuré à New York une porte-parole de l'ONU.

Le ministre saoudien, et Abdel Aziz Hamad Aluwaisheg, un haut responsable du Conseil de coopération du Golfe (CCG), "ont tous deux exprimé leur soutien au travail réalisé par les Nations unies au Yémen et aux efforts de l'émissaire" pour mettre un terme au conflit, a déclaré cette porte-parole, Eri Kaneko, lors du point-presse quotidien de l'ONU.

Ce soutien a été exprimé à Ryad à la secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, au premier jour d'une visite de deux jours dans la région. La responsable de l'ONU avait été envoyée en Arabie saoudite après des accusations de partialité proférées en mai par le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi à l'égard de Martin Griffiths.

Le président yéménite avait accusé le médiateur de prendre le parti des rebelles Houthis, contre lequel le gouvernement yéménite est en guerre, avec le soutien depuis 2015 d'une coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite. L'ONU avait démenti tout parti pris.

Dans un communiqué lundi soir à New York, les Nations unies indiquent que Rosemary DiCarlo a ensuite rencontré à Ryad le président Hadi. Les discussions ont été "productives", indique le communiqué sans autre détail. Le Yémen doit être à nouveau discuté par le Conseil de sécurité de l'ONU le 17 juin.

Le Yémen a accusé en mai M. Griffiths de permettre aux rebelles de rester dans la ville de Hodeida (ouest) et dans son port, contrairement à ce que prévoit un accord conclu en décembre en Suède sous l'égide de l'ONU.

Les Nations unies avaient fait état le 14 mai du retrait des Houthis du port de Hodeida et de deux autres ports proches, mais des responsables gouvernementaux avaient dénoncé une "manipulation", accusant les rebelles d'en remettre le contrôle à des garde-côtes qui leur sont favorables.

Martin Griffiths est en fonction depuis février 2018. Il avait succédé au Mauritanien Ismail Ould Cheikh Ahmed, avec qui les Houthis avaient rompu les contacts. Le prédécesseur de ce dernier, le Marocain Jamal Benomar, avait démissionné en 2015 après l'entrée en guerre de l'Arabie saoudite.

Le conflit au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires. Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d'assistance, selon l'ONU.

Avec AFP

Un « acteur étatique » mis en cause dans le sabotage de quatre navires dans le golfe

Un « acteur étatique » mis en cause dans le sabotage de quatre navires dans le golfe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG