Liens d'accessibilité

L'armée turque annonce à son tour la prise d'Al-Bab en Syrie


Les Iraquiens déplacés fuient leurs foyers à cause des combats entre les forces spéciales irakiennes et les militants de l'Etat islamique, sur la rive ouest de Mossoul, Irak, février 2017.

L'armée turque a annoncé à son tour vendredi la prise d'Al-Bab, bastion du groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie où deux attentats ont fait des dizaines de morts.

"A compter du 24 février 2017, tous les quartiers d'Al-Bab sont passés sous contrôle" des rebelles syriens appuyés par l'armée turque, indique l'état-major dans un communiqué.

Jeudi, trois groupes rebelles avaient déjà affirmé à l'AFP que les jihadistes avaient été chassés de leur dernier bastion de la province d'Alep, mais Ankara avait nuancé ces déclarations.

"Les opérations de nettoyage se poursuivent pour neutraliser les obstacles, les mines et les bombes artisanales qui se trouvent dans les secteurs sous contrôle", a indiqué l'armée turque vendredi dans son communiqué.

Cette annonce survient alors que deux attentats ont frappé vendredi Al-Bab et ses environs, faisant au moins 44 morts (des civils, des rebelles syriens et des soldats turcs).

Un premier attentat à la voiture piégée a fait au moins 42 morts dans la localité de Soussiane, au nord-est d'Al-Bab, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Peu après, deux soldats turcs ont été tués dans un attentat suicide à l'entrée d'Al-Bab, selon le Premier ministre turc Binali Yildirim. L'armée turque a évoqué pour sa part l'explosion d'une bombe artisanale.

Située à 25 kilomètres au sud de la frontière turque, Al-Bab était visée depuis le 10 décembre par une opération menée par les forces turques et leurs alliés rebelles syriens qui y ont essuyé de lourdes pertes.

Au moins 71 militaires turcs ont été tués depuis le lancement d'une offensive dans le nord de la Syrie par Ankara le 24 août.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG