Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Le cessez-le-feu semble pour le moment globalement respecté en Syrie

Des enfants syriens dans la vieille ville de Homs, le 26 février 2016. (AP Photo/Hassan Ammar)

Les armes se sont tues dans la majorité des principales villes de Syrie samedi. Seul incident notable, la chute d'une dizaine d'obus près de la place des Abbassides à Damas.

Les armes se sont tues dans la majorité des principales villes de Syrie samedi, au premier jour de l'entrée en vigueur d'une trêve d'une ampleur sans précédent depuis le début de la guerre entre régime et rebelles.

Seul incident notable, la chute d'une dizaine d'obus près de la place des Abbassides à Damas, à la lisière du quartier de Jobar où s'affrontent depuis trois ans soldats et insurgés, selon une source militaire qui n'a cependant pas parlé de violation de la trêve.

L'accord de cessation des hostilités appliqué à partir de 00H00 locale (vendredi 22H00 GMT) et initié par Washington et Moscou, deux acteurs majeurs dans le conflit, a reçu le soutien du Conseil de sécurité de l'ONU qui a adopté vendredi à l'unanimité une résolution "l'approuvant pleinement".

Cet accord ne concerne que les zones de combat entre les forces du régime appuyées par l'aviation de l'allié russe et les rebelles syriens, alors que les groupes jihadistes Etat islamique et Front al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda) qui contrôlent plus de 50% du territoire, en sont exclus.

Malgré l'espoir que suscite l'accord, la complexité de la mise en application de la trêve, notamment en raison de l'alliance des rebelles avec le Front Al-Nosra dans plusieurs régions, rend sceptiques les analystes.

Dans un entretien téléphonique, le ministère russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue américain John Kerry ont "salué" l'entrée en vigueur de la trêve, selon Moscou.

C'est "un jour et une nuit exceptionnels pour les Syriens", a souligné de son côté l'envoyé spécial de l'ONU Staffan de Mistura qui a néanmoins affirmé que la journée de samedi sera "critique".

Pour soutenir l'accord et empêcher toute erreur de bombardement, l'armée de l'air russe a annoncé la suspension, pour la journée, de toutes les sorties de son aviation au-dessus de la Syrie où elle bombardait depuis fin septembre zones rebelles et jihadistes.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et des militants, un calme précaire régnait dans les provinces centrales de Homs et Hama, dans celle de Damas et dans la région d'Alep (nord). Aucun raid aérien n'était signalé contre les régions rebelles.

"Alors, la guerre est finie?"

Une journaliste de l'AFP, qui s'est rendue aux abords de la capitale Damas, a constaté une quiétude inhabituelle et n'a vu aucune colonne de fumée s'élever de fiefs rebelles comme Jobar et la Ghouta orientale, contrairement aux jours précédents.

Une source militaire syrienne a indiqué qu'un "petit nombre de terroristes à Douma et Jobar (des secteurs à l'est de Damas) ont tiré des obus contre des quartiers résidentiels de la capitale", sans qualifier toutefois l'incident de violation de la trêve et sans faire état de victimes.

Un habitant interrogé par l'AFP a confirmé la chute d'obus sur le quartier des Abbassides.

Dans la ville d'Alep, qui depuis juillet 2012 est un champ de bataille entre régime et insurgés, deux personnes ont été tuées et quatre blessées dans le quartier kurde de Cheikh Maqsoud, par des obus tirés par le Front al-Nosra, selon l'OSDH.

Mais ces incidents sont extrêmement mineurs par rapport au déluge de feu qui marquait le quotidien des habitants dans l'ensemble du pays avant l'entrée en vigueur de la trêve.

"J'espère que la trêve durera (...) pour goûter à nouveau, même partiellement, à ce que nous avons vécu avant la guerre", confie à l'AFP Abou Nadim, 40 ans, père de 4 enfants, dans le quartier rebelle de Boustan al-Qasr, à Alep.

"Aujourd'hui je suis plus optimiste. Mes amis et moi sommes contents. C'est la première fois que je me réveille sans le son de l'artillerie. Damas est tellement plus belle sans la guerre", dit Ammar al-Rai, un étudiant en médecine de 22 ans et habitant la capitale.

Il confie qu'un de ses amis, exilé en Allemagne l'a appelé et lui a dit: "Alors la guerre est finie? Je peux rentrer?".

Combats en territoire jihadiste

Pour évaluer comment la trêve est respectée, la "task force" formée de représentants internationaux, doit se réunir à 14H00 GMT à Genève.

Si la cessation des hostilités tient et l'aide humanitaire continue d'être acheminée dans les zones assiégées, M. de Mistura compte convoquer de nouveaux pourparlers intersyriens le 7 mars à Genève après l'échec des précédentes discussions.

Pour l'Union européenne, cette "première cessation des hostilités en cinq ans de conflit ne doit pas être gâchée", alors que le conflit dévastateur a fait plus de 270.000 morts, déplacé plus de la moitié de la population et déstabilisé le Moyen-Orient et l'Europe avec son lot de réfugiés.

Mais François Heisbourg, président de l'International Institute for Stategic Studies (IISS, Londres) s'est dit "extrêmement sceptique sur la possibilité pour ce cessez-le-feu de tenir, compte-tenu de l'intrication entre les groupes rebelles considérés comme terroristes par les Russes et ceux qui échappent à ce label".

Contrastant avec l'arrêt des hostilités entre armée et rebelles, les forces kurdes appuyées par l'aviation de la coalition internationale menée par les Etats-Unis ont réussi à chasser l'EI de Tall Abyad (nord) après de violents combats qui ont fait au moins 70 morts côté jihadiste et plus de 20 côté kurde, selon l'OSDH.

AFP

Toutes les actualités

Les États-Unis bientôt de retour dans l'Accord de Paris

Une raffinerie à Port Arthur, Texas, le 2 décembre 2009.

Dès le premier jour de son mandat, Joe Biden veut faire revenir les Etats-Unis au sein de l'Accord de Paris sur le climat. Le président sortant, Donald Trump, était sorti de l'accord en 2019.

Joe Biden avait déjà annoncé qu'il introduirait auprès des Nations Unies la demande du retour des Etats-Unis dans l’Accord de Paris dès le début de son mandat, soit le 20 janvier 2021. Toutefois, conformément au processus, le pays devrait attendre 30 jours avant sa réintégration officielle dans l'accord.

L’accord vise à limiter sous les 2°C l'augmentation de la température moyenne sur Terre, provoquée par l'activité humaine selon le consensus scientifique. Il s’appuie sur des engagements volontaires des Etats de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Toutefois, c’est le premier accord universel et juridiquement contraignant sur le changement climatique. Le texte a été soumis lors de la Conférence de Paris sur le climat (COP21) en décembre 2015. Il a été signé par 197 pays et ratifié par 188 d’entre eux.

Les Etats-Unis, deuxième émetteur mondial, sont le seul pays à être sorti de l’accord.

Pour l'administration Trump, la limite sur le taux d'émissions de carbone imposé par l'accord risquait d'entraver la croissance économique des États-Unis. Washington voyait aussi d'un mauvais oeil les dérogations accordées à certains pays en voie de développement, notamment l'Inde et la Chine.

Le retour des États-Unis dans l'accord fait partie de la première vague d'actions envisagées par Biden dans le but d'annuler les décisions de son prédécesseur jugées extrêmes. D'autres décrets attendus concernent l'immigration, la vaccination anti-coronavirus et la politique étrangère.

Selon le quotidien Politico, un mémo sur les priorités publié samedi par le chef de cabinet de Biden, Ron Klain, ne mentionne pas le retour des États-Unis comme pays membre de l'Organisation mondiale de la santé. L'année dernière, l'administration Trump avait retiré les États-Unis de l'OMS et gelé des millions dollars destinés à cette agence onusienne.

L'opposant russe Navalny attend en cellule de connaître son sort

Le chef de l'opposition russe Alexei Navalny à un point de contrôle des passeports à l'aéroport Sheremetyevo de Moscou, en Russie, le 17 janvier 2021. Les forces de l'ordre s'entretiennent avec lui avant de l'emmener. REUTERS / Reuters TV

Aussitôt atterri, aussitôt interpellé! Le principal opposant russe, Alexeï Navalny, a été arrêté par les services pénitentiaires dimanche dès son arrivée à Moscou depuis l'Allemagne, où il se trouvait en convalescence après un empoisonnement présumé. Il attend toujours pour savoir plus sur son sort.

Charismatique militant anti-corruption et ennemi juré du Kremlin, M. Navalny, 44 ans, est recherché depuis fin décembre par le FSIN, le service en charge des prisons en Russie, qui lui reproche d'avoir violé les conditions d'une peine avec sursis dont il a écopé en 2014.

Alors qu'il s'apprêtait à donner son passeport pour le contrôle à la frontière, aux côtés de sa femme Ioulia, l'opposant a été approché par plusieurs policiers en uniforme qui l'ont emmené. "Il restera en détention jusqu'à la décision du tribunal" sur son cas, a indiqué le FSIN, sans préciser à quelle date elle pourrait avoir lieu.

"Ici, c'est chez moi. Je n'ai pas peur (...) car je sais que j'ai raison et que les affaires criminelles lancées contre moi sont fabriquées de toutes pièces. Je n'ai peur de rien et je vous appelle à n'avoir peur de rien", a déclaré M. Navalny peu avant son arrestation.

Réactions des dirigeants américains et européens

Le président du Conseil européen Charles Michel dénonce comme "inacceptable" l'interpellation de M. Navalny, exigeant sa libération "immédiate". La Lituanie appelle à adopter de nouvelles sanctions contre Moscou et la Pologne à une "réponse rapide et sans équivoque au niveau de l'UE".

Le futur conseiller à la sécurité nationale du président élu américain Joe Biden, Jake Sullivan, a également appelé à la libération de l'opposant et à "tenir responsable" les auteurs de son empoisonnement en août.

Le ministère des Affaires étrangères britannique s'est dit lundi dans un communiqué "profondément préoccupé" par l'arrestation de l'opposant russe Alexei Navalny dimanche à son retour en Russie, plusieurs mois après son empoisonnement présumé.

"C'est effarant qu'Alexey Navalny, victime d'un crime odieux, soit détenu par les autorités russes", a ajouté le ministre des Affaires étrangère Dominic Raab dans un tweet, appelant la Russie à chercher comment "une arme chimique a été utilisée sur (son) sol" plutôt que "de persécuter M. Navalny", dont il appelle à la"libération immédiate".

Alexei Navalny, rétabli après un empoisonnement présumé en août, "a pris la décision consciente de retourner en Russie qu'il considère comme sa patrie personnelle et politique", et le fait qu'il ait été arrêté par les autorités russes dès son arrivée "est totalement incompréhensible", selon M. Maas.

Reconnaissant que la Russie est liée par sa propre constitution et par des obligations internationales à l'égard de l'état de droit et de la protection des droits civils, le ministre social démocrate a ajouté: "bien entendu, ces principes doivent également être appliqués" à Alexei Navalny, qui "devrait être libéré immédiatement".

Alors qu'une "grave attaque empoisonnée" a été commise sur le sol russe à l'égard de M. Navalny, charismatique militant anti-corruption et ennemi juré du Kremlin, l’Allemagne appelle la Russie à "enquêter de manière approfondie sur cette attaque et traduire les auteurs en justice", a encore dit M. Maas.

Alexei Navalny, 44 ans, est recherché depuis fin décembre par le FSIN, le service en charge des prisons en Russie, qui lui reproche d'avoir violé les conditions d'une peine avec sursis dont il a écopé en 2014.

Le chef de file de l'opposition russe était subitement tombé dans le coma en août, alors qu'il revenait d'une tournée électorale en Sibérie. D'abord hospitalisé à Omsk, il avait finalement été évacué vers un hôpital berlinois sous la pression de ses proches.

Trois laboratoires européens ont depuis conclu que l'opposant avait été empoisonné par un agent innervant de type Novitchok, développé à l'époque soviétique à des fins militaires, conclusion confirmée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) malgré les dénégations de Moscou.

Plus de 150 morts en une semaine de combats au Yémen

Les forces yéménites pro-gouvernementales ont tiré une mitrailleuse lourde au sud de l’aéroport d’Hodeida, dans la province d’Hodeida, au Yémen, le 15 juin 2018.

Quelque 150 rebelles Houthis et soldats progouvernementaux ont été tués en une semaine de combats au sud de la ville stratégique de Hodeida au Yémen, selon un bilan recueilli lundi par l'AFP de sources militaires et médicales.

Selon une source militaire progouvernementale, ces combats ont été provoqués par des attaques des rebelles, qui tiennent la ville portuaire de Hodeida (sud-ouest) et cherchent à étendre leur contrôle plus au sud où sont positionnées les forces loyalistes.

Les affrontements sont les plus violents depuis l'entrée en vigueur d'une trêve négociée par l'ONU en décembre 2018, ont rapporté des habitants, indiquant qu'ils n'avaient pas donné lieu à une avancée des rebelles.

"Le bilan des pertes des deux parties a atteint en une semaine environ 150 morts et 260 blessés", a déclaré à l'AFP un responsable des forces loyales au gouvernement.

Ce bilan a été confirmé du côté rebelle par l'un des chefs locaux des insurgés.

Les combats, dont on ignore s'ils ont fait des victimes civiles, ont baissé d'intensité lundi, après des affrontements violents samedi et dimanche.

Les forces progouvernementales "ont contré plusieurs assauts des rebelles, tuant 44 d'entre eux au prix de 27 morts dans leurs propres rangs", ont précisé deux autres sources au sein du pouvoir.

Des médecins et des secouristes ont avancé quant à eux un bilan de 70 morts et de dizaines de blessés des deux côtés pour les seules journées de samedi et dimanche.

Médecins sans frontières a fait état sur Twitter d'un "regain des affrontements sur les lignes de front dans le sud de Hodeida". L'ONG a ajouté qu'elle travaillait à la mise en place d'un plan pour "répondre à l'afflux de blessés" dans les centres de santé.

Début janvier, cinq femmes ont péri dans le tir d'un obus sur une salle de mariages proche de l'aéroport de Hodeida, situé sur la ligne de front.

Avec des dizaines de milliers de morts, des millions de déplacés et une population au bord de la famine, la guerre a ravagé le Yémen. Et les prédictions de l'ONU pour 2021 restent pessimistes, évoquant notamment "16 millions de personnes qui vont souffrir de la faim".

Le conflit qui oppose depuis 2014 les Houthis, soutenus par l'Iran, au gouvernement, appuyé par l'Arabie saoudite, a plongé ce pays pauvre de la péninsule arabique dans la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU.

L'opposant russe Alexeï Navalny arrêté dès son arrivée à Moscou

L'opposant russe Alexeï Navalny arrêté dès son arrivée à Moscou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:22 0:00

La police arrête Navalny à l'aéroport de Moscou

La police arrête Navalny à l'aéroport de Moscou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:41 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG