Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Synode/divorcés remariés : le gardien du dogme entrouvre une porte

Le pape François aidé à se changer lors d'une cérémonie de canonisation à la place St Pierre, Vatican, 18 octobre 2015. (AP Photo/Alessandra Tarantino)

Le gardien du dogme catholique, le cardinal allemand Gerhard Ludwig Müller, a plaidé pour une possibilité d'accès aux sacrements pour les divorcés remariés en examinant des "cas particuliers",

Le cardinal Müller a fait sa plaidoire dans une interview en marge du synode sur la famille publiée dans la revue allemande Focus.

Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) évoque cette possibilité d'accorder la communion aux divorcés remariés "en examinant les situations et les cas particuliers". Il suggère une possibilité d'accès aux sacrements "selon leur conscience".

Le théologien allemand conservateur, citant Jean Paul II (1981), souligne la nécessité de "discerner les situations", par exemple "entre ceux qui se sont efforcés avec sincérité de sauver un premier mariage et ont été injustement abandonnés". Il y a aussi le cas de ceux qui par "une faute grave ont détruit un mariage canoniquement valide", ou encore "ceux qui ont contracté une seconde union en vue de l'éducation de leurs enfants, et qui ont parfois, en conscience, la certitude subjective que le mariage précédent (...) n'avait jamais été valide".

En s'appuyant ainsi sur un texte de Jean Paul II, le cardinal Müller coupe l'herbe sous le pied de quiconque l'accuserait de trahir la doctrine.

Selon les rapporteurs des travaux, seule une minorité d'évêques ont demandé ouvertement la communion pour les divorcés remariés.

Afin de renforcer leurs dires, des évêques favorables à l'ouverture ont cité des histoires vécues, comme celle d'un enfant qui, après avoir reçu l'hostie des mains du prêtre, l'a brisée et en a donné un morceau à son père divorcé remarié.

D'autres prélats ont déploré la discrétion du synode sur certains sujets sensibles.

Mgr Peter Doyle, évêque de Northampton (Angleterre), interrogé par Radio Vatican, a ainsi regretté le peu de place accordée aux homosexuels dans les débats. Le synode a plutôt écarté la question, faute de "savoir quoi répondre pour le moment", a-t-il dit, estimant qu'elle mériterait à elle seule un synode.

Le secrétaire à l'Economie, le cardinal australien George Pell, du camp des conservateurs, a de son côté fermement défendu le concept d'Eglise universelle au moment où certains préconisent des solutions tenant compte des différences culturelles et géographiques, sur la question notamment des divorcés remariés.

"Catholique, cela veut dire universel, pas continental", a-t-il martelé à l'agence CNA.

Le pape François a appelé samedi, dans un discours clé, à une décentralisation et à un renforcement de la collégialité. Plusieurs évêques ont souhaité que les cas particuliers de divorcés remariés ainsi puissent être traités au niveau du diocèse.

Avec AFP

Toutes les actualités

Minute Eco: La production pétrolière en hausse de 3% au Gabon

Minute Eco: La production pétrolière en hausse de 3% au Gabon
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Le Sahel recevra environ 152 millions d'aide américaine pour gérer sa crise humanitaire

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Une ville californienne va interdire chips et bonbons aux caisses des supermarchés

Des enfants portant des masques d'Halloween reçoivent des bonbons pendant la tradition «Trick or Treat» à Makati à Manille le 31 octobre 2008. Les parents doivent surveiller la consommation de sucre de leurs enfants selon le Dr Mary Hayes, dentiste pédiatre à Chicago. AP/Marquez

La ville de Berkeley, bastion progressiste du nord de la Californie, va interdire la vente des produits trop sucrés ou salés sur les présentoirs situés aux caisses des supermarchés afin de promouvoir une alimentation plus saine, une première aux Etats-Unis selon des médias locaux.

Le conseil municipal de Berkeley, ville universitaire de 120.000 habitants près de San Francisco, a adopté cette semaine à l'unanimité une ordonnance qui bannira des caisses les produits contenant plus de 5 grammes de sucres ajoutés ou plus de 250 mg de sodium par portion. L'interdiction vise également toutes les boissons contenant des sucres ajoutés ou des édulcorants artificiels.

L'ordonnance relève que "des aliments bon marché et riches en sel, graisses saturées et sucres ajoutés sont prédominants dans les présentoirs des caisses". Les clients y sont "plus enclins à effectuer des achats impulsifs et les parents se battent avec leurs enfants qui réclament des confiserie à la fin des courses".

L'interdiction, qui doit s'appliquer à 25 supermarchés de la ville, entrera en vigueur en mars prochain et les premières visites des inspecteurs sanitaires sont prévues en janvier 2022.

"Ce qui est bon pour les clients à Berkeley est aussi bon pour nos commerces", a lancé Kate Harrison, l'une des élues à l'origine de cette mesure.

En 2014, Berkeley avait déjà été la première à imposer une taxe sur les sodas, une initiative reprise ensuite par plusieurs autres grandes villes américaines.

Selon une étude publiée début 2019, les habitants de Berkeley avaient diminué leur consommation de boissons sucrées de 21% dans l'année qui avait suivi la mise en place de cette "taxe sodas". La chute atteignait 52% en 2017.

Quatrième journée de l'Assemblée générale des Nations Unies: Biya absent

Quatrième journée de l'Assemblée générale des Nations Unies: Biya absent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:11 0:00

L'ONU en format virtuel: craintes de piratage informatique

L'ONU en format virtuel: craintes de piratage informatique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:55 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG