Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Statue d'un esclavagiste déboulonnée: 4 prévenus relaxés par la justice britannique

Des manifestatants devant statue du marchand d'esclaves britannique Edward Colston à Bristol, le 7 juillet 2020. (AP Photo/Matt Dunham)

Quatre prévenus poursuivis pour dégradations après le déboulonnage de la statue du marchand d'esclaves britannique Edward Colston à Bristol (Angleterre) en marge d'une manifestation en juin 2020 ont été relaxés mercredi par la justice britannique.

Ces trois hommes et une femme, âgés de 21 à 36 ans, avaient reconnu leur participation aux faits mais avaient contesté le caractère délictuel de leurs actes et plaidé non coupable dans cette affaire lourde de symboles dans le sillage du mouvement Black Lives Matter.

A la sortie de la salle d'audience, la prévenue Rhian Graham a remercié tous ceux qui ont manifesté à la manifestation de juin 2020 "au nom de l'égalité". "Il y a bien une chose que nous savons, c'est que Colston ne nous représente pas", a-t-elle dit, se déclarant "ravie" après la décision.

Les quatre prévenus sont apparus portant le T-shirt créé par l'artiste de rue Banksy, originaire de Bristol, pour les soutenir.

Le 7 juin 2020, cette statue qui faisait controverse depuis des années à Bristol, dans l'ouest de l'Angleterre, avait été renversée puis jetée dans les eaux de l'Avon, fleuve qui traverse la ville, lors de manifestations provoquées par le décès fin mai de George Floyd, un Américain noir tué par un policier blanc aux États-Unis.

Les dégâts avaient été évalués à 4.000 livres sterling (près de 4.700 euros).

"La vérité est que les prévenus n'auraient jamais dû être poursuivis", a réagi Raj Chada, avocat du prévenu Jake Skuse, "c'est honteux que la municipalité de Bristol n'ait pas retiré la statue de l'esclavagiste Edward Colston qui a tant heurté les habitants de Bristol et tout aussi honteux qu'ils aient ensuite soutenu les poursuites".

Edward Colston s'était enrichi dans le commerce des esclaves. Il aurait vendu 100.000 esclaves d'Afrique de l'Ouest dans les Caraïbes et aux Amériques entre 1672 et 1689, avant d'utiliser sa fortune pour financer le développement de Bristol, ce qui lui a longtemps valu une réputation de philanthrope.

Le mouvement Black Lives Matter a provoqué une introspection au Royaume-Uni autour du passé colonial du pays et de sa représentation dans l'espace public

Plusieurs organisations britanniques de premier plan, comme la Banque d'Angleterre ou la Lloyds, qui assurait les navires esclavagistes, ont présenté leurs excuses et plusieurs autorités locales, comme la Cité de Londres, ont décidé de retirer des statues liées à l'esclavagisme.

A Bristol, deux écoles et une salle de spectacle qui portaient le nom de Colston ont été rebaptisées.

Quant à la statue de Colston, elle avait été repêchée par les autorités locales. Un an après son déboulonnage, elle avait été au centre d'une exposition temporaire à Bristol consacrée à la naissance du mouvement Black Lives Matter au Royaume-Uni.

Toutes les actualités

Présidentielle en France: Christiane Taubira officiellement candidate

L'ancienne ministre française de la Justice Christiane Taubira parle aux journalistes le 3 avril 2017 à Colomiers, France.

L'ancienne ministre de la Justice de la France, Christiane Taubira, a officialisé samedi sa candidature à l'élection présidentielle, s'ajoutant aux nombreux candidats à gauche, affirmant vouloir répondre "aux colères" face aux "injustices sociales".

Âgée de 69 ans, Mme Taubira a été ministre de la justice de 2012 à 2016.

Lors d'un déplacement à Lyon (centre), elle a déclaré vouloir notamment convoquer une "conférence sur les salaires" et défendre un gouvernement "qui sache dialoguer au lieu de moraliser et de caporaliser".

Parmi les autres candidats figurent le président sortant Emmanuel Macron, le candidat d'extrême droite Éric Zemmour, Valérie Pécresse (Les Républicains), la maire de Paris Anne Hidalgo, la conservatrice Marine Le Pen (Rassemblement national), Jean-Luc Mélenchon de La France insoumise.

Le premier tour de l'élection présidentielle française devrait avoir lieu le 10 avril 2022.

Avec AFP.

Le satellite CHEOPS révèle la forme d'une planète ovoïde

Galaxie Messier 63 dans la constellation Canes Venatici.

Un phénomène jamais observé auparavant. Le satellite CHEOPS de l'Agence Spaciale Europréenne a permis de révéler une exoplanète déformée, en forme "d'oeuf" ou de "ballon de rugby", dans la constellation d'Hercule.

WASP-103 b est une exoplanète géante, probablement gazeuse, découverte en 2014, qui orbite autour d'une étoile de type F. Elle fait deux fois la taille de Jupiter - plus grosse planète de notre système solaire - et une fois et demie sa masse, indique la NASA.

Cette exoplanète est cinquante fois plus proche de son étoile que la Terre ne l’est du Soleil, ce qui lui vaut notamment d'avoir une température vingt fois plus chaude que Jupiter.

Une étoile de type F a de 1 à 1,4 fois la masse du Soleil et des températures de surface comprises entre 6 000 et 7 600 °K. Cette plage de température lui donne une teinte blanc-jaune, d'où son appellation de naine jaune-blanche.

Sur la planète WASP-103b, les marées sont extrêmes en raison de sa proximité avec son étoile. Mettant moins d'une journée pour en faire le tour (22 heures), elle est soumise à des forces si intenses qu'elle est déformée jusqu'à prendre l’apparence d’un "ballon de rugby", indique l'Université de Genève en Suisse (UNIGE).

Travail d'équipe de Cheops, Hubble et Spitzer

Selon l'étude - dont les détails ont été publiés par la revue scientifique Astronomy & Astrophysics - mesurer la déformation des marées de la planète permettrait de mieux comprendre sa structure interne.

L'équipe d'astronomes, menée par l'astrophysicienne portugaise Susana Barros, a combiné les courbes de lumière prises par le satellite CHEOPS avec les transits précédemment observés de WASP-103b via les télescopes Hubble et Spitzer de la NASA pour mieux distinguer le signal minute de la déformation planétaire.

C'est la première fois que la déformation des marées est directement détectée à partir de la courbe de lumière de transit (phénomène qui se produit quand la planète atténue légèrement la lumière de l'étoile sur son passage).

"L'effet de la déformation des marées sur une courbe de lumière de transit d'exoplanète est très petite, mais grâce à la très haute précision de Cheops, nous sommes en mesure de le voir pour la première fois", souligne l'astrophysicienne britannique de l'ESA, Kate Isaak, ajoutant que "cette étude est un excellent exemple des questions très diverses que les scientifiques des exoplanètes sont en mesure d'aborder avec Cheops, illustrant l'importance de cette mission de suivi évolutive."

En attendant WEBB, la star des satellites

Les futures observations avec le télescope spatial James Webb, lancé le 25 décembre 2021, pourront mieux contraindre le nombre de Love radial de WASP-103b, notamment à l'aide de l'infrarouge. Ce satellite ne sera pas opérationnel avant fin juin.

Le nombre de Love est un paramètre qui indique comment la masse est répartie au sein de la planète. Autrement dit, il mesure la rigidité d'un corps planétaire et la susceptibilité de sa forme à changer en réponse à un potentiel de marée.

En fonction de l'intensité de la déformation, les astrophysiciens peuvent déterminer quelle proportion est constituée de roche, de gaz ou d’eau, précisent les co-auteurs de l'étude.

Les astronomes sont constamment à la recherche de nouvelles planètes en orbite autour d'étoiles. Chacune d'entre elle fournit des connaissances inestimables sur l'histoire de l'univers.

Selon la NASA, plus de 4.500 exoplanètes ont été officiellement confirmées depuis 1992, et plus de 7.700 autres candidates nécessitent des observations afin de pouvoir être confirmées.

Bien que l’idée d’une Terre sphérique se soit imposée dans le monde dès l'antiquité, de nombreux "platistes" suivent encore au 21ème siècle le mythe de la terre plate... La découverte de planètes ovales semble être un petit clin d'oeil aux savants et astronomes de tous les temps, histoire de rappeler qu'en matière d'exploration, les découvertes ne manquent jamais de nous surprendre, quelle qu'en soit l'époque.

Violation de l'espace aérien malien: la France se dit protégée par des accords existants

Violation de l'espace aérien malien: la France se dit protégée par des accords existants
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

L'Ukraine victime d'une cyberattaque massive, déploiements militaires aux frontières

Un char de combat russe lors des exercices militaires sur le champ de tir de Kadamovsky dans la région de Rostov, en Russie, le 20 décembre 2021.

L'Ukraine a été frappée par une cyberattaque massive et Kiev a averti ses citoyens de "s'attendre au pire", alors que la Russie, qui a massé plus de 100 000 soldats à la frontière de son voisin, a publié vendredi des images télévisées montrant des forces supplémentaires déployées dans le cadre d'un exercice militaire.

Ces développements interviennent alors qu'aucune percée n'a été réalisée lors des réunions entre la Russie et les pays occidentaux, qui craignent que Moscou ne lance une nouvelle attaque contre un pays que la Russie avait déjà envahi en 2014.

"Le tambour de la guerre résonne fort", a déclaré un haut diplomate américain.

Pour sa part, la Russie nie avoir l'intention d'attaquer l'Ukraine, mais affirme qu'elle pourrait mener une action militaire non précisée si ses exigences ne sont pas satisfaites, notamment la promesse que l'Ukraine n'entre jamais dans l'OTAN.

Des images du ministère russe de la Défense diffusées par l'agence de presse RIA montrent de nombreux véhicules blindés et d'autres matériels militaires en train d'être chargés sur des trains dans le district militaire de l'Est.

"Il s'agit probablement d'une couverture pour les unités déplacées vers l'Ukraine", a déclaré Rob Lee, analyste militaire et membre du Foreign Policy Research Institute, basé aux États-Unis.

Ces mouvements semblent indiquer que la Russie n'a pas l'intention d'apaiser les tensions en Ukraine. Pour Moscou, qui perçoit l'expansion de l'OTAN comme une menace, exige des "garanties de sécurité", dont les éléments clés ont été décrits par les États-Unis comme étant sans lendemain.

Les autorités ukrainiennes enquêtent sur une vaste cyberattaque qui a touché des organes gouvernementaux, dont le ministère des affaires étrangères, le cabinet des ministres et le conseil de sécurité et de défense.

"Ukrainiens ! Toutes vos données personnelles ont été téléchargées sur le réseau public. Toutes les données présentes sur l'ordinateur sont détruites, il est impossible de les restaurer", indique un message visible sur les sites gouvernementaux piratés, rédigé en ukrainien, russe et polonais.

"Toutes les informations vous concernant sont devenues publiques, ayez peur et attendez-vous au pire. Ceci est pour votre passé, votre présent et votre futur".

Le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères a déclaré à Reuters qu'il était trop tôt pour dire qui pourrait être à l'origine de l'attaque, mais a déclaré que la Russie avait été à l'origine de frappes similaires dans le passé. La Russie n'a pas fait de commentaire immédiat mais a précédemment nié être à l'origine de cyberattaques contre l'Ukraine.

Le gouvernement ukrainien a déclaré qu'il avait restauré la plupart des sites touchés et qu'aucune donnée personnelle n'avait été volée. Un certain nombre d'autres sites gouvernementaux ont été suspendus pour éviter que l'attaque ne se propage.

Les Etats-Unis et la Russie évoquent la possibilité de limites réciproques aux missiles en Europe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00


Le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, a condamné l'attaque et déclaré que le comité politique et de sécurité et les unités cybernétiques de l'UE se réuniraient pour voir comment aider Kiev : "Je ne peux blâmer personne car je n'ai aucune preuve, mais nous pouvons imaginer."

Le message laissé par la cyberattaque était parsemé de références qui faisaient écho aux allégations de longue date de l'État russe, rejetées par Kiev, selon lesquelles l'Ukraine serait sous l'emprise de groupes nationalistes d'extrême droite. Elle faisait référence à la Volhynie et à la Galicie orientale, le site des massacres perpétrés par des insurgés ukrainiens dans la Pologne occupée par l'Allemagne nazie, un point de discorde entre la Pologne et l'Ukraine.

Les États-Unis ont averti jeudi que la menace d'une invasion militaire russe était élevée. La Russie a toujours nié ce risque.

Moscou a déclaré que le dialogue se poursuivait, mais qu'il était dans une impasse, alors qu'elle tente de persuader l'Occident d'empêcher l'Ukraine d'adhérer à l'OTAN et de revenir sur des décennies d'expansion de l'alliance en Europe.

Les États-Unis et l'OTAN ont rejeté ces demandes mais se sont dits prêts à discuter de la maîtrise des armements, du déploiement des missiles, des mesures de confiance et de la limitation des exercices militaires.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré vendredi que Moscou attendait une réponse écrite point par point à ses propositions.

Agressions sexuelles présumées: l'étau se resserre autour du prince Andrew

Le prince Andrew lors d'une interview, le 11 avril 2021.

Un juge de New York a validé mercredi la plainte d'une femme américaine contre le prince Andrew pour agressions sexuelles en 2001 quand elle avait 17 ans, malgré une demande de rejet du deuxième fils de la reine d'Angleterre.

Dans sa décision, le juge Lewis Kaplan estime que la demande de rejet de cette plainte civile, déposée à l'été 2021 par Virginia Giuffre, l'une des victimes des crimes sexuels du financier américain Jeffrey Epstein, doit être "refusée à tous égards".

Le prince, 61 ans, est embarrassé depuis des années par ses liens avec Jeffrey Epstein, mort en prison en 2019, et son ancienne compagne Ghislaine Maxwell.

La défense soutenait le rejet de cette plainte au motif que Virginia Giuffre avait signé en 2009 un accord avec le financier américain pour ne pas le poursuivre, ainsi que "d'autres accusés potentiels". Un argumentaire refusé par le juge, dans sa décision datée de mardi mais rendue publique mercredi.

Le prince n'est pas poursuivi au pénal dans cette affaire et a toujours vigoureusement rejeté les accusations de Virginia Giuffre.

Si tous les recours d'Andrew échouent, un procès au civil pourrait se tenir "entre septembre et décembre" 2022, avait dit à l'automne 2021 le juge Kaplan.

Voir plus

XS
SM
MD
LG