Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Six enseignants enlevés dans leur école par des djihadistes présumés

Des soldats maliens à Mopti, Mali, le 22 janvier 2013.

Six enseignants ont été enlevés vendredi "parce qu'ils enseignent en français" lors d'une opération de djihadistes présumés dans leur école du centre du Mali, a-t-on appris de sources sécuritaire et locales.

Quelque 920 écoles sont fermées au Mali, dont plus des deux tiers dans le centre de ce vaste pays du Sahel en proie depuis 2012 à des insurrections indépendantistes, salafistes et djihadistes meurtrières et à des violences intercommunautaires.

"Les terroristes (terme employés par les responsables officiels maliens pour désigner les djihadistes, NDLR) ont enlevé six enseignants du groupe scolaire de la localité de Korientzé parce qu'ils enseignent en français", a déclaré une source sécuritaire malienne.

Les assaillants sont "venus nombreux, armés et à motos" jusque dans l'école, a confirmé un membre du conseil municipal de cette localité située à quelque 150 km au nord de la capitale régionale, Mopti.

"Ils ont sorti quelques élèves et manuels scolaires et des cahiers avant de mettre le feu à ce matériel dans la cour de l'école", selon la même source, qui a requis l'anonymat pour des raisons de sécurité.

Un membre du corps professoral a indiqué que les djihadistes avaient menacé de revenir si l'enseignement "selon les préceptes de l'islam" n'était pas dispensé à la place de celui en français.

"Mes enfants ont vu la scène de l'arrivée des djihadistes. Ils ont peur. J'ai peur", a déclaré le père de deux élèves, Sidy Diallo, qui a préféré "quitter Korientzé" avec sa famille.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes, qui l'ont ensuite évincée.

Les djihadistes en ont été en grande partie chassés ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.

Cependant, les violences djihadistes ont non seulement persisté, mais se sont propagées du nord vers le centre et le sud du Mali, puis au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires ayant fait des centaines de morts.

Toutes les actualités

Coup d'Etat au Faso: à Bamako, un sentiment d'effet miroir

Coup d'Etat au Faso: à Bamako, un sentiment d'effet miroir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Soldats ivoiriens détenus au Mali: la Cédéao rentre bredouille de Bamako

Soldats ivoiriens détenus au Mali: la Cédéao rentre bredouille de Bamako
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Mission de haut niveau de la Cédéao à Bamako, sans Faure Gnassingbe et Macky Sall

Mission de haut niveau de la Cédéao à Bamako, sans Faure Gnassingbe et Macky Sall
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Sanctions contre la Guinée : Bamako "outré" par la Cédéao

Sanctions contre la Guinée : Bamako "outré" par la Cédéao
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:39 0:00

La junte au pouvoir au Mali se dit "outrée" par les sanctions infligées au voisin guinéen, également gouverné par des militaires, des mesures imposées par la Cédéao, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest. Au même moment, une mission de la Cédéao arrivait à Bamako.

Soldats ivoiriens: arrivée à Bamako d'une mission de médiation de la Cédéao

Le président gambien Adama Barrow s'est rendu au Mali ce jeudi 29 septembre 2022.

Une mission de haut niveau dépêchée par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) est arrivée jeudi au Mali pour tenter de dénouer avec la junte au pouvoir la crise diplomatique avec la Côte d'Ivoire, ont rapporté les correspondants de l'AFP.

Le président gambien Adama Barrow, puis son homologue ghanéen Nana Akufo-Addo sont arrivés séparément en milieu de journée à l'aéroport de Bamako et ont pris la route de la présidence malienne.

Initialement annoncé, le chef de l'Etat togolais Faure Gnassingbé s'est fait représenter par son ministre des Affaires étrangères. Ce dernier, Robert Dussey, a confirmé sa présence à Bamako dans un message à un correspondant de l'AFP.

La mission est censée repartir jeudi après-midi.

Elle a été mandatée par les dirigeants des Etats membres de la Cédéao réunis en sommet le 22 septembre pour essayer de trouver une issue à la crise entre le Mali et la Côte d'Ivoire.

Bamako et Abidjan sont en pleine querelle diplomatique sur le sort de 46 soldats ivoiriens arrêtés le 10 juillet à leur arrivée au Mali.

Ces soldats devaient, selon Abidjan et l'ONU, participer à la sécurité du contingent allemand des Casques bleus au Mali. Mais Bamako a dit les considérer comme des "mercenaires" venus attenter à la sûreté de l'Etat.

La junte malienne, au pouvoir depuis 2020, a prévenu avant de recevoir la mission qu'elle ne se laisserait pas imposer une solution.

"Nous allons les écouter. Nous avons dit depuis le début que tout ce que le Mali veut, c'est chercher les voies et moyens pour trouver un terrain d’attente entre le Mali et la Côte d'Ivoire. Mais si c'est pour imposer des décisions au Mali, cela ne passera pas", a déclaré en début de semaine le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop.

Voir plus

XS
SM
MD
LG