Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Signes de compromis européen avant le sommet sur le plan de relance

Le chef de l'exécutif de l'Union européenne, Jean-Claude Juncker, prononce son discours sur l'état de l'Union au Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France, 14 septembre 2016.

Les Pays-Bas et l'Autriche ont signalé lundi leur volonté de trouver un compromis sur le vaste plan européen d'aides financières face à la crise du coronavirus, appelé à être discuté lors d'un sommet des dirigeants de l'UE prévu à la mi-juillet.

Ces deux pays font partie d'un groupe de quatre Etats européens surnommés les "frugaux", avec la Suède et le Danemark, qui se sont montrés jusqu'ici très réservés à l'égard de ce projet de 750 milliards d'euros, soutenu en revanche activement par la France et l'Allemagne.

"Nous allons discuter de ce plan la semaine prochaine et je crois qu'il est très important qu'il voie le jour", a déclaré le chef du gouvernement néerlandais Mark Rutte dans la soirée à Berlin avant une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union européenne.

Toutefois, M. Rutte a ajouté qu'il était "aussi important qu'un tel Fonds soit mis en œuvre en même temps que des réformes" dans les pays qui en profitent, "afin que tous les Etats membres de l'Union européenne soient forts et qu'en cas de nouveau coup dur, un tel Fonds ne soit pas nécessaire".

Son homologue autrichien, le chancelier Sebastian Kurz, a également envoyé des signaux d'apaisement à l'approche du sommet européen, programmé les 17 et 18 juillet.

"Nous voulons trouver un compromis (...) Je serais content qu'il y ait une solution rapide", a déclaré le conservateur devant une commission parlementaire.

Il a toutefois souligné que "les différences des points de vue" entre Etats étaient encore importantes. L'Autriche souhaite privilégier un programme de prêts sous conditions plutôt que de subventions et insiste pour que toute aide soit assortie de critères tels que la protection du climat, la volonté de réforme ou l'Etat de droit.

"Assouplissement"

La définition et l'existence même de ces critères continuent de donner lieu à des divergences, a souligné le chancelier, qui table sur la tenue d'un deuxième sommet avant la pause estivale.

La question du contrôle des fonds du plan de soutien et des réformes à mener en contrepartie des aides apparaît de plus en plus comme une des options de compromis possibles.

"Il est possible que le contrôle de l'utilisation des aides financières puisse permettre de construire une passerelle que ces pays seront prêts à emprunter", a résumé lundi un des responsables du camp conservateur de la chancelière allemande, Alexander Dobrindt.

"Je suis assez certain que ceux que l'on appelle les quatre +frugaux+ ne vont pas et ne veulent pas ignorer" la nécessité de relancer la croissance en Europe, a dit ce dirigeant du parti conservateur bavarois CSU à l'agence de presse DPA.

Pour le quotidien conservateur allemand FAZ à paraître vendredi, "le chef du gouvernement néerlandais se retrouve isolé à une semaine du sommet européen" sur le plan de relance européen car Sebastian Kurz, jusqu'ici son allié dans le rejet des "subventions financées par l'endettement", a "assoupli sa position jeudi".

Et "les deux derniers pays du groupe des quatre frugaux, le Danemark et la Suède, ne devraient pas s'opposer à l'appel d'Angela Merkel à trouver un accord rapidement", juge-t-il.

"Je pense que nous sommes tous d'accord pour dire que nous voulons que l'Europe soit à nouveau forte", a du reste souligné la chancelière allemande jeudi soir.

Ce plan doit bénéficier avant tout aux pays comme l'Italie et l'Espagne, les plus touchés par la crise du Covid-19.

Toutes les actualités

A Berlin, les femmes répliquent au manspreading

Illustration du métro U-Bahn peint à l'entrée de la station Unter den Linden lors de sa construction à Berlin, 29 décembre 2014.

Dans un métro berlinois bondé, un homme s'étale sur deux places, sans gêne. Face à lui, deux femmes écartent soudainement les jambes comme lui dévoilant sur leur pantalon une inscription indignée: "Stop manspreading!"

Militantes féministes, Elena Buscaino et Mina Bonakdar entendent sensibiliser les usagers des transports publics à "l'étalement masculin", cette façon -pour un homme- de s'assoir en prenant ses aises, sans considération pour ses voisins, souvent des voisines.

Plus largement, les performances de ces deux Berlinoises mêlant humour et provocation questionnent les enjeux de domination et le partage de l'espace urbain entre les genres.

"Il est parfaitement possible de s'assoir confortablement dans les transports sans prendre deux places en écartant les jambes", explique Mina Bonakdar, 25 ans.

Avec son amie Elena, comme elle étudiante en design, elle a créé le collectif "Riot Pant Project" qui transforme des pantalons d'occasion en support de revendications, pour encourager les femmes et personnes LGBTQ à se réapproprier l'espace public.

Cet arme vestimentaire ne révèle son message politique caché -"Stop mansreading!", "Give us space" ("Donnez-nous de l'espace") ou "Toxic masculinity"- qu'en imitant l'attitude de son vis-à-vis: cuisses ouvertes exhibant le slogan collé en lettres capitales dans l'entrejambe.

"Ce n'est que par l'imitation que l'interlocuteur comprend l'effet que produit son comportement", estime Elena Buscaino.

Phénomène ancien

Cependant, reconnaît la jeune femme, "très peu changent leur posture sur l'instant". "Ils sont souvent étonnés que des femmes puissent se tenir ainsi face à eux", poursuit l'activiste qui espère surtout donner matière à réfléchir.

Pour Mina Bonakdar, le simple fait de porter ce pantalon permet aux femmes de "se sentir plus fortes et gagner en confiance".

Si elle peut pour certains paraître anecdotique, la problématique du "manspreading" existe quasiment depuis l'apparition des transports collectifs.

"Asseyez-vous avec vos membres près du corps et ne décrivez pas un angle de 45 degrés avec vos jambes, ce qui reviendrait à occuper la place de deux personnes", prévenait dès 1836 le Times of London dans un article consacré à la bienséance dans l'autobus, explique dans "History of the Bakerloo Line" Clive D.W. Feather, spécialiste du métro londonien.

Le terme s'est popularisé en 2013 lorsque des utilisatrices du métro new-yorkais ont publié, sur les réseaux sociaux, des photos de voyageurs prenant leurs aises et de leurs voisines recroquevillées.

Selon une étude de 2016 de l'Hunter College de New York, 26% des usagers masculins du métro de la ville abusent de cette pratique contre moins de 5% des femmes.

La métropole américaine a été l'une des premières au monde à tenter de freiner ce comportement. En 2014, son gestionnaire des transports (MTA) avait collé des autocollants dans les wagons avec pour message: "mec, arrête de t'étaler s'il te plaît".

Montrer une domination

Depuis, des campagnes similaires sont apparues en Corée du Sud, au Japon ou à Istanbul. A Madrid depuis 2017, les usagers du bus s'exposent même à une amende s'ils sont pris en flagrant délit "d'étalement masculin".

Sur internet, le sujet est rapidement inflammable, certains hommes justifiant leur posture par leur spécificité anatomique. Un argument qu'aucune étude scientifique n'a pu jusqu'à présent confirmer.

C'est plutôt "une question de répartition des genres" au sein de la société, affirme Bettina Hannover, psychologue et professeure à l'Université libre de Berlin.

"Les hommes (...) montrent leur domination par leur position assise, analyse-t-elle. Les femmes sont censées prendre moins de place et surtout se comporter de manière décente".

La compagnie des transports berlinois BVG assure que les plaintes sont néanmoins trop peu nombreuses pour justifier une campagne séparée, "pour le moment".

Le Botswana et la Zambie veulent relancer leurs secteurs miniers

Le Botswana et la Zambie veulent relancer leurs secteurs miniers
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:37 0:00

Le prince Harry dénonce la presse britannique

Le prince Harry et son épouse américaine, Meghan Markle le 24 février 2019.

La pression de la presse britannique "détruisait ma santé mentale", a affirmé le prince Harry pour expliquer sa décision de se mettre en retrait de la famille royale, lors d'un entretien diffusé jeudi soir à la télévision américaine.

"C'était une période très difficile. Nous savons tous comment la presse britannique peut se comporter, cela détruisait ma santé mentale, c'était nocif", a dit le duc de Sussex au présentateur du "Late Late show", James Corden, lors de cette interview filmée à bord d'un bus à impériale à Los Angeles.

"J'ai donc fait ce que tout époux ou père aurait fait (...), je devais mettre ma famille à l'abri", a expliqué le petit-fils de la reine Elizabeth II d'Angleterre.

Quant à sa décision de quitter ses fonctions au sein de la monarchie début 2020 et de s'installer aux Etats-Unis avec son épouse américaine, Meghan Markle, "cela n'a jamais été un départ, c'était un pas en arrière plutôt qu'un retrait", a-t-il dit.

Le prince Harry, 36 ans, sixième dans l'ordre de succession à la couronne britannique, a dénoncé à de multiples reprises la pression des médias sur son couple et en a fait la raison principale de sa mise en retrait de la famille royale, effective depuis avril 2020.

Le palais de Buckingham a annoncé la semaine dernière que le couple allait perdre ses derniers titres, notamment les titres militaires du prince auxquels il est très attaché. Meghan Markle, ancienne actrice, perdra ses patronages caritatifs.

Harry et Meghan, avec leur fils Archie, vivent dans une luxueuse villa près de Los Angeles, et ont déjà signé des contrats avec les plateformes Netflix et Spotify.

"Qu'importe la décision que j'ai prise, ma vie est dédiée au service public", a assuré Harry, 36 ans, qui oeuvre pour des causes humanitaires à travers une fondation, Archewell.

Tout en critiquant les médias, le couple les utilise régulièrement pour faire passer ses messages: Meghan, 39 ans, a ainsi annoncé récemment dans le New York Times qu'elle avait fait une fausse couche en juillet.

Le couple a alimenté la chronique en annonçant le jour de la Saint-Valentin qu'il attendait un deuxième enfant.

Meghan et Harry doivent aussi s'expliquer sur leur décision de se mettre en retrait dans un long entretien avec la star de l'interview confession Oprah Winfrey, qui sera diffusé le 7 mars à la télévision américaine.

Lors de l'entretien avec James Corden, Harry évoque également la série télévisée à succès de Netflix "The Crown", qui revient sur le règne d'Elizabeth II.

"C'est de la fiction, vaguement basée sur la vérité. Bien sûr, ce n'est pas complètement fidèle" à la réalité, dit-il. "Mais je me sens bien plus à l'aise avec +The Crown+ qu'avec les histoires écrites (dans la presse) sur ma famille, ma femme, ou moi".

Des questions sur l’efficacité et la sûreté des vaccins anti-covid

Des questions sur l’efficacité et la sûreté des vaccins anti-covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:56 0:00

L'ambassadeur tué en RDC "a été trahi" par un proche, selon sa femme

Les carabiniers transportent le cercueil de l'ambassadeur italien Luca Attanasio dans la Basilique de Sainte Marie des Anges et des Martyrs à Rome, le 25 février 2021.

Selon le quotidien italien Il Messaggero, l'ambassadeur Luca Attanasio a été trahi par une personne proche de la famille.

C'est ce qui ressort d'une interview accordée par la veuve de l'ambassadeur tué lundi dans une embuscade en République démocratique du Congo (RDC).

Luca Attanasio, 43 ans, circulait dans la province du Nord-Kivu (est), près de la frontière avec le Rwanda, à bord d'un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) lorsque celui-ci a été pris dans une embuscade.

L'ambassadeur, son garde du corps italien, le carabinier Vittorio Iacovacci, 30 ans, et un chauffeur congolais du PAM, Mustafa Baguma Milambo, 56 ans, ont été tués par balles.

Pour sa veuve, Zakia Seddiki, "Luca a été trahi par quelqu'un qui nous est proche, proche de notre famille". "Quelqu'un qui connaissait ses déplacements a parlé, l'a vendu et l'a trahi", a-t-elle ajouté, sans plus de précisions.

Les circonstances de la fusillade devront être éclaircies par les enquêtes du PAM et de l'ONU à qui le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, a demandé "le plus rapidement possible, des réponses claires et exhaustives".

Le parquet de Rome, où se trouve le siège mondial du PAM, a ouvert de son côté une enquête pour "séquestration de personnes à des fins terroristes", selon la presse italienne.

Les autorités congolaises accusent les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), installées dans l'est de la RDC. Mais dans un entretien accordé à VOA Afrique, un porte-parole des FDLR, Cure Ngoma, a nié toute implication dans cette attaque. Il s'est dit prêt à témoigner, tout en réclamant une enquête internationale et impartiale.

Selon les autorités congolaises et italiennes, l'attaque s'est produite à quelques kilomètres de la commune de Kiwanja, où Luca Attanasio et des fonctionnaires du PAM devaient visiter une école.

Selon le journal La Stampa, Luca Attanasio, arrivé en RDC en 2017, avait demandé l'année suivante au ministère italien des Affaires étrangères une escorte de quatre carabiniers, comme celle dont bénéficiait son prédécesseur, au lieu des deux alors en poste. Après une mission d'inspection en RDC, le ministère a refusé sa demande, écrit le quotidien.

Le PAM et le ministère italien des Affaires étrangères n'avaient pas immédiatement répondu vendredi aux sollicitations de l'AFP.

Après des funérailles d'Etat organisées jeudi à Rome, Luca Attanasio devait être inhumé samedi dans sa ville de Limbiate, près de Milan (nord).

Mort de l'ambassadeur Attanasio: les FDLR rejettent toute responsabilité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG