Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Sévère charge américaine contre les atteintes à la liberté d'expression en Turquie

Le vice-président américain Joe Biden a dénoncé les atteintes à la liberté d'expression en Turquie en reprochant sèchement au régime islamo-conservateur du président Recep Tayyip Erdogan de ne pas montrer "l'exemple" sur ce front.

Le vice-président américain Joe Biden a dénoncé vendredi les atteintes à la liberté d'expression en Turquie en reprochant sèchement au régime islamo-conservateur du président Recep Tayyip Erdogan de ne pas montrer "l'exemple" sur ce front.

Au premier jour d'une visite à Istanbul, M. Biden a profité d'une rencontre avec un groupe d'intellectuels et de journalistes proches de l'opposition pour ajouter sa voix à ceux qui, en Turquie comme dans les capitales étrangères, s'inquiètent d'une dérive autoritaire de l'homme fort du pays.

"Quand les médias sont intimidés ou les journalistes emprisonnés pour des publications critiques (...) et que plus de 1.000 universitaires sont accusés de trahison simplement pour signer une pétition, ce n'est pas un bon exemple à donner", a-t-il lancé.

"Nous voulons que la Turquie montre un exemple fort, pour toute la région, de ce que signifie une démocratie active", a-t-il insisté.

Entre autres reproches, le vice-président américain a critiqué les poursuites engagées contre un gros millier d'intellectuels turcs qui ont signé la semaine dernière une pétition dénonçant des "massacres" commis par l'armée contre les civils pendant ses opérations contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est du pays.

Ce texte a rendu furieux M. Erdogan, qui ne rate plus une occasion de menacer les pétitionnaires, à qui il a promis de "payer le prix" de leur "trahison".

Vendredi encore, il a saisi le prétexte de l'explosion, attribuée au PKK, d'un engin dans une cour d'école de Diyarbakir, la grande ville à majorité kurde de Turquie, pour étriller ces "soi-disant universitaires".

"Ils se sont rangés du côté de ceux qui ont lancé cette attaque odieuse contre des écoliers", a lancé M. Erdogan devant la presse.

Des poursuites judiciaires ont été lancées contre ces intellectuels, notamment pour "propagande terroriste", "insulte aux institutions et à la République turque".

- Journalistes emprisonnés -

Une vingtaine d'entre eux ont été brièvement placés en garde à vue, suscitant un vif émoi en Turquie comme à l'étranger. Bruxelles, qui essaie d'obtenir d'Ankara sa coopération dans la crise des migrants, a notamment dénoncé un "climat d'intimidation" jugé "extrêmement préoccupant".

"Si vous n'avez pas la possibilité d'exprimer votre opinion et de critiquer une politique, d'offrir une alternative sans craindre l'intimidation et la punition, alors votre pays est privé d'opportunités", a renchéri le vice-président américain vendredi.

M. Biden s'est aussi ému de la détention de deux journalistes du quotidien Cumhuriyet, bête noire du régime turc, écroués depuis près de deux mois pour "espionnage".

La justice turque reproche à Can Dündar et Erdem Gül d'avoir diffusé une vidéo de l'interception, en janvier 2014 à la frontière syrienne, de camions appartenant aux services secrets turcs (MIT) et transportant des armes destinées à des rebelles islamistes syriens. M. Erdogan avait là aussi dénoncé une "trahison".

M. Biden s'est entretenu avec l'épouse et le fils de M. Dündar. "Il m'a dit que j'avais un père très courageux et que je devais en être fier", a déclaré le fils, Ege Dündar, à l'issue de la rencontre, cité par l'agence de presse Cihan.

La Turquie pointe à la 149e place, sur 180, au classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF, juste devant la Russie (152e).

Le vice-président américain doit rencontrer samedi M. Erdogan et son Premier ministre Ahmet Davutoglu pour des entretiens largement consacrés à la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) et la guerre en Syrie.

La Turquie a longtemps été accusée de complaisance pour les rebelles radicaux en guerre contre le régime de Damas. En 2014, M. Biden, déjà, avait publiquement suggéré qu'Ankara armait ces groupe. M. Erdogan avait vivement réagi et obtenu ses excuses.

Le gouvernement turc a rejoint l'été dernier la coalition antijihadiste. Mais le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a toutefois estimé jeudi qu'elle pouvait "faire davantage" pour lutter contre les combattants de l'EI.

Vendredi, M. Biden s'est recueilli sur le site de l'attentat suicide, attribué par Ankara aux jihadistes, qui a tué 10 touristes allemands à Istanbul.

Avec AFP

Toutes les actualités

L'industrie aérienne envisage des réductions d'effectifs dans les 12 mois

Le logo de l'Association du transport aérien international (IATA), au salon international du tourisme ITB à Berlin, Allemagne, le 7 mars 2018. REUTERS / Fabrizio Bensch - UP1EE370TU52S

La plupart des compagnies aériennes envisage des réductions d'effectifs dans les douze mois à venir en raison d'une reprise du trafic aérien freinée par les incertitudes liées au Covid-19, selon un sondage publié mercredi par l'Association internationale du transport aérien (Iata).

"La majorité (55%) des responsables des compagnies aériennes interrogés s'attendent à devoir réduire leurs effectifs au cours des 12 mois à venir" en raison d'un trafic qui va rester faible à court terme, a indiqué l'Iata dans un communiqué.

Cette déclaration est le résultat d'un questionnaire sur la confiance des dirigeants de compagnies que l'organisation a envoyé à plus de 300 compagnies aériennes partout dans le monde.

45% des dirigeants ont indiqué avoir déjà réduit leurs effectifs en raison de l'impact de la crise du Covid-19 sur le secteur du transport aérien.

57% d'entre eux s'attendent à un recul de leur rentabilité au cours des 12 prochains mois et pensent que les prix des billets pourraient baisser en raison de la faible reprise de la demande. 19% misent sur une augmentation progressive des tarifs une fois que l'équilibre entre l'offre et la demande sera retrouvé.

L'Iata, qui regroupe 290 compagnies aériennes, table sur un retour du trafic aérien d'avant-crise en 2024 et estime à 63% la chute du trafic en 2020 par rapport à 2019 avec un manque à gagner de 419 milliards de dollars pour le secteur, en raison de la crise du coronavirus.

L'Asie Pacifique et l'Europe devraient être les premières à retrouver un trafic au niveau de celui de 2019 alors que l'Amérique du Nord et l'Amérique latine devraient connaître un retour à la normale plus lent qu'ailleurs, selon l'Iata.

Le secteur du transport aérien a été frappé de plein fouet par la crise du coronavirus avec la quasi-totalité des flottes d'avions clouée au sol et la suppression de dizaines de milliers d'emplois.

L'américaine United a annoncé qu'elle pourrait congédier jusqu'à 36.000 salariés. American Airlines a évoqué le chiffre de 25.000 suppressions.

L'allemande Lufthansa veut supprimer 22.000 emplois, Air Canada 20.000, British Airways 12.000, Air France-KLM jusqu'à 12.500, l'australienne Qantas 6.000, le scandinave SAS 5.000, le britannique EasyJet 4.500.

LATAM, la compagnie la plus importante d'Amérique latine, a annoncé la suppression de 2.700 emplois et est placée, comme la colombienne Avianca, sous la protection de la loi américaine sur les faillites.

En dépôt de bilan, le géant australien Virgin Australia est en passe d'être racheté par une société américaine et a annoncé mercredi qu'il allait fermer l'une de ses filiales et supprimer 3.000 postes.

La britannique Virgin Atlantic a déposé le bilan aux Etats-Unis et a déjà annoncé la suppression de 3.000 emplois.

Industrie aérienne africaine: “des faillites à partir de mai-juin”, selon l’expert Abderhamane Barthé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:07:07 0:00

Les points de contrôle à New York pour faire appliquer la quarantaine covid-19

Des gens sont assis devant le Metropolitan Museum of Art le samedi 2 mai 2020 à New York, en respectant la distanciation sociale afin de prévenir la propagation du coronavirus. (Photo AP / Ron Blum)

New York va mettre en place des postes de contrôle aux accès clés de la ville afin de s'assurer que les voyageurs en provenance d'Etats américains très affectés par le coronavirus respectent bien la quarantaine qui leur est imposée, a annoncé le maire de la ville mercredi.

Les visiteurs venus de 35 Etats connaissant une forte recrudescence de l'épidémie, comme les très peuplés Etats de Floride et du Texas, sont actuellement soumis à une quarantaine de deux semaines à leur arrivée à New York.

Afin de tenter de mieux faire respecter cette mesure, le maire Bill de Blasio a annoncé que les forces de l'ordre allaient installer "des points d'enregistrement des voyageurs" au niveau des principaux ponts et tunnels menant à la métropole à partir de jeudi.

Les voyageurs en provenance des Etats problématiques devront alors remplir un formulaire de santé. Celui-ci doit aussi aider les autorités à faire un suivi des contacts en cas d'infection.

Les personnes arrivant dans les aéroports de New York doivent déjà remplir ce formulaire. Quiconque refuse de le faire risque une amende de 2.000 dollars.

"La ville de New York tient bon contre le Covid-19, et les New-Yorkais ont montré une discipline exemplaire", a déclaré M. de Blasio. "Nous n'allons pas laisser cet effort nous filer entre les doigts et nous allons continuer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger la santé et la sécurité des New-Yorkais."

Les individus ne respectant pas la quarantaine imposée risquent une amende de 10.000 dollars.

Plus de 32.000 personnes sont mortes du Covid-19 dans l'Etat de New York, selon l'université Johns Hopkins.

La ville a été l'épicentre de l'épidémie américaine au printemps, mais a ensuite réussi à la maintenir sous contrôle, même lorsque les cas sont repartis à la hausse dans d'autres parties du pays à partir de la fin juin.

Coronavirus: un tiers des Afghans infectés

Coronavirus: un tiers des Afghans infectés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:44 0:00

La communauté libanaise d'Afrique secouée par la tragédie de Beyrouth

La communauté libanaise d'Afrique secouée par la tragédie de Beyrouth
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Beyrouth: avalanche de réactions de solidarité dans le monde

Beyrouth: avalanche de réactions de solidarité dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG