Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Seuls deux partis proches du pouvoir participent aux élections législatives


Les militants venus soutenir les ténors de l'opposition lors de leur rencontre avec la commission de la Cédéao, le 5 mars 2019. (VOA/Ginette Fleure Adandé)

Au Bénin, à moins d'un changement de dernière minute, deux partis proches du pouvoir sont les seuls autorisés à participer aux législatives du 28 avril. C'est une décision de la Cena, la commission électorale nationale autonome qui a reçu sept dossiers de candidatures.

La surprise était totale mardi à Cotonou à la fin de la déclaration de Emmanuel Tiando, président de la Cena. Aucun parti de l’opposition n’a été retenu.

Pour Joël Allagbé du PRD, l'un des partis dont le dossier n'a pas été validé, il n'est pas question que les élections aient lieu sans son parti.

Seuls deux partis proches du pouvoir participent aux élections législatives
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:02 0:00

"Nous n'avons pas encore eu la notification de la Cena et nous ne nous inquiétons même pas. Je voudrais simplement demander à nos militants de se calmer. Il n'y aura pas d'élections sans le Parti du Renouveau Démocratique".

Seuls le bloc républicain et l'union progressiste, tous deux proches de la mouvance présidentielle, sont retenus pour les élections. Les autres peuvent déposer leur recours devant la cour constitutionnelle en vue d'être rétablis. L'union sociale libérale (USL) se désole de ce qu'elle considère un coup porté à la démocratie béninoise.

"Nous sommes désormais au Bénin dans un cadre où les élections législatives sont prévues et ce sont deux partis créés par le président de la République qui vont selon la Cena concourir. Donc 83 sièges qui seront partagés entre le bloc républicain et l'union progressiste. ous prenons acte et le bureau national de l'USL se réunira très vite pour avoir une position beaucoup plus officielle", estime Gérard Gomez, porte-parole de l'USL.

Le camp présidentiel se frotte les mains tout en exprimant un certain regret pour ceux dont les dossiers ont été rejetés.

"Ce sont des irrégularités de force qui ne pardonnent pas. Ce n'est pas avec la joie dans le coeur que j'accueille cette nouvelle. Je ne l'ai d'ailleurs pas accueilli. J'aurais bien souhaité que tout le monde prenne part aux élections. La fête aurait été plus belle. Je compatis vraiment".

Un détachement sécuritaire pour contenir la foule, le 5 mars 2019. (VOA/Ginette Fleure Adandé)
Un détachement sécuritaire pour contenir la foule, le 5 mars 2019. (VOA/Ginette Fleure Adandé)

Pendant ce temps, la commission de la Cédéao poursuit sa mission. Elle dit avoir reçu la promesse des autorités béninoises d'organiser les élections crédibles. L'autre nouvelle est venue tard dans la soirée mardi. Patrice Talon reçoit aujourd'hui toute la classe politique.

La classe politique espèrent qu’il en sortira quelque chose de sa rencontre avec le président Patrice Talon jeudi.

XS
SM
MD
LG