Liens d'accessibilité

Un réseau quasi industriel de trafic d'être humains jugé en Hongrie


Homme a les mains menottées lors d’un procès au tribunal de Szeged, dans le sud de Budapest, Hongrie, 15 juin 2017.

Jugé depuis mercredi en Hongrie pour la mort de 71 migrants dans un camion frigorifique en 2015, l'Afghan Samsoor L. avait développé un réseau quasi industriel de trafic d'êtres humains vers l'ouest de l'Europe, au mépris de la vie humaine.

Des dizaines de véhicules, des complices dans plusieurs pays, une logistique bien rodée: cet homme de 30 ans au visage fin est accusé d'avoir organisé le convoyage d'au moins 1.106 migrants à qui il était demandé de 1.000 à 1.500 euros chacun pour passer en Autriche et en Allemagne, selon le parquet.

Arrivé illégalement en 2013 en Hongrie, dont il avait fait un de ses centres opérationnels, ce fort en langues pratiquant l'anglais, l'arabe, le pachtoune, le serbe et le hongrois avait commencé son activité modestement, en février 2015.

A cette époque, il est repéré par les autorités alors qu'il essaie de faire passer en Italie, avec l'aide de deux Slovaques, cinq migrants afghans.

Son activité prend de l'essor quand un Tunisien lui propose d'organiser des "transports réguliers" entre la Hongrie et l'Allemagne, pour 1.000 euros par personne, a rappelé le ministère public au premier jour d'un procès fleuve où Samsoor L. comparaît aux côtés de neuf complices.

C'est en juillet 2015, alors que la pression migratoire monte en puissance à la faveur des conflits en Syrie, en Irak et en Afghanistan, que son réseau se structure de façon professionnelle, de la Serbie à l'Allemagne.

Epaulé par un Bulgare rencontré cinq ans plus tôt, dont il fait son adjoint, Samsoor L. met en place un strict organigramme avec des responsables distincts pour les finances, la main-d'oeuvre, la logistique et l'achat de véhicules, dont il exigeait qu'ils soient tous en règle.

- Nombreuses alertes -

Tout en bas de l'échelle figurent les chauffeurs, bulgares dans leur majorité. Payés de 500 à 2.000 euros le voyage, ils sont les plus exposés en cas de contrôle et battus s'ils renâclent. Plusieurs sont arrêtés par la police allemande dans la région de Passau, dont deux avec 26 et 36 migrants à bord.

Car le réseau, qui dispose de voitures éclaireuses et suiveuses, se dote de véhicules de plus en plus grands.

Et les migrants --parmi lesquels des femmes et des enfants-- y sont entassés dans des conditions toujours plus impitoyables, sans pause pour faire leurs besoins et presque sans oxygène. Le réseau a ainsi transporté jusqu'à 81 personnes dans 17 mètres carrés, selon l'accusation, qui souligne "les souffrances physiques et psychiques" infligées.

Les alertes se multiplient: des passagers font des malaises; au cours de l'été 2015, une femme décède d'asphyxie.

Mais cela ne fait pas changer le mode opératoire de Samsoor L. Au contraire, il opte pour des camions frigorifiques, jugés plus discrets.

Jusqu'au drame du 26 août 2015. Entassés dans 14 mètres carrés, 71 migrants succombent dans le compartiment hermétiquement fermé.

Alerté par ses hommes que les migrants suffoquent et crient pour qu'on leur donne de l'air, Samsoor L. interdit formellement que soit entrouvert le compartiment frigorifique.

"Qu'il les laisse plutôt mourir. C'est un ordre", intime-t-il à son adjoint, qui lui demande quelles consignes donner au chauffeur.

Et le lendemain, il organise un nouveau transport dans des conditions similaires, dont les 67 passagers ont eu la vie sauve uniquement grâce à leur réflexe de défoncer la porte du compartiment.

Selon l'accusation, le trafic de Samsoor L. lui a rapporté au moins 300.000 euros. Sur un écriteau brandi à l'audience, il a assuré en pachtoune n'être "ni un assassin, ni un oppresseur".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG