Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

Nouveau gouvernement resserré et plus féminin au Sénégal

Le président Macky Sall et le Premier ministre Dionne, à Dakar, le 8 avril 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Le président sénégalais Macky Sall a formé, pour entamer son second mandat, un gouvernement composé de 35 membres, contre 39 au sein de l'équipe précédente, et d'un nombre légèrement accru de femmes.

Reconduit samedi, le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, avait été chargé de constituer une équipe "resserrée" et "recentrée sur les missions essentielles de l'Etat".

A l'issue de consultations avec le président Macky Sall ayant débuté en début d'après-midi, le chef du gouvernement a annoncé que le nouveau gouvernement serait composé de 32 ministres et trois secrétaires d'Etat, contre 39 ministres et ministres-délégués dans le gouvernement sortant.

Macky Sall a nommé ses nouveaux ministres
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:49 0:00

M. Dionne a expliqué devant la presse que le nombre de ministres, plus élevé que celui auquel s'attendaient les observateurs, s'expliquait notamment par la volonté que chacune des 14 régions du pays soit représentée par au moins un ministre.

​Il a aussi souligné que les femmes, qui représentaient environ 20% du précédent exécutif, constitueraient dorénavant un quart des ministres, "ce qui est beaucoup", a-t-il estimé. Il a par ailleurs indiqué que la moyenne d'âge des membres de son gouvernement était en baisse, même si, sur les 35 membres du nouveau gouvernement, 19 étaient déjà ministres dans l'équipe sortante.

Le Premier ministre a également souligné que le gouvernement serait "arrimé aux priorités" du chef de l'Etat, réélu pour cinq ans le 24 février, avec des portefeuilles dédiés à l'économie sociale et solidaire, à l'économie numérique, à la formation professionnelle ou encore à la jeunesse.

En reconduisant samedi son chef de gouvernement, Macky Sall, qui entend accélérer son Plan Sénégal Emergent (PSE) lors de son second mandat, lui a confié la tâche de se préparer à la suppression de son propre poste de Premier ministre.

Le président Macky Sall et le Premier ministre Dionne, à Dakar, le 8 avril 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)
Le président Macky Sall et le Premier ministre Dionne, à Dakar, le 8 avril 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)

M. Dionne devra à cet effet présenter une proposition de révision de la Constitution à l'Assemblée nationale, où le parti du président, l'APR, dispose d'une confortable majorité. A l'issue de cette transition, Mahammed Dionne restera le bras droit de Macky Sall en tant que secrétaire général de la présidence de la République.

Ancien ministre de l'Economie et des Finances, Amadou Ba obtient le portefeuille prestigieux mais moins influent de ministre des Affaires étrangères. Le poste de ministre de la Justice revient à un avocat d'affaires et militant de l'APR, Malick Sall.

Parmi les autres portefeuilles les plus importants, celui des Forces armées est confié à Sidiki Kaba, l'Intérieur à Aly Ngouille Ndiaye et les Finances à Abdoulaye Daouda Diallo.

Celui, stratégique, du Pétrole et des Energies revient à Mamadou Makhtar Cissé, ex-ministre du Budget qui a ensuite redressé la compagnie d'électricité nationale Senelec, faisant chuter le nombre de coupures d'électricité.

Renforcement des ministères économiques

L'une des réformes majeures concerne le département de l'économie et des finances. Maintenant il y aura un ministère des finances et du budget et un autre ministère chargé de l'économie, du plan et de la coopération.

"C'est une réforme qui était attendue par un certain nombre d'initiés, c'est une réflexion qui a été mené en amont et je pense que ça va dans la bonne direction", confie Abdou Khafor Touré, expert spécialisé dans le secteur public. "C'est ce qui se fait aujourd'hui dans les très grandes démocraties. On a un ministre, Amadou Hott, qui est un expert, qui vient de la banque africaine de développement et je pense que c'est extrêmement important d'avoir ce genre de profil pour s'occuper de l'économie de manière générale, de la politique économique, de la planification et aussi de la coopération."

Reconduit au poste de ministre du Travail et du dialogue social, Samby Sy s'inscrit dans la continuité pour l'apaisement du climat social.

"Les problèmes ont été désamorcé parce que les engagements pris ont commencé à être déroulé", a-t-il déclaré. "Il y a un ensemble de mesures et d'engagements qui avaient été pris et évidemment dans les faits, cela se traduit par des résultats concrets que nos interlocuteurs peuvent apprécier."

Toutes les actualités

Une tragédie s'abat sur la communauté sénégalaise de Denver, au Colorado

Une tragédie s'abat sur la communauté sénégalaise de Denver, au Colorado
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Des milliers de Libanais d'origine sont sous le coup de la tragédie qui a frappé Beyrouth

Des milliers de Libanais d'origine sont sous le coup de la tragédie qui a frappé Beyrouth
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Victimes d'actes de violence, les médias sénégalais demandent plus de sécurité

Les organisations de presse se sont mobilisées suite à ces violences contre les acteurs des médias, à Dakar, le 5 août 2020. (VOA/Seydina Aba Gueye)

En 2019, des journalistes avait subi une attaque à Tambacounda à la suite de violences meurtrières impliquant des membres du PUR. Ces derniers ont été condamnés à des peines allant de 3 mois à 15 ans de réclusion criminelle.

Une attaque contre les locaux du quotidien "Les Échos" à Dakar a remis au goût du jour les violences contre les médias et incité les associations de la presse à la mobilisation. Souvent victimes de menaces et quelques fois d'attaques verbales ou physiques, les journalistes comptent mettre fin à ces persécutions provenant des milieux politiques, religieux et coutumiers.

Lundi 3 août 2020, le quotidien "Les échos" avait mis à sa Une la contamination au Covid-19 et l'hospitalisation de Serigne Moustapha Sy, guide moral de la puissante association religieuse des moustarchidines et président du Parti de l'unité et du Rassemblement (PUR). Une information qui a déchaîné ses disciples qui sortent un communiqué menaçant le journal.

Une attaque contre les locaux du quotidien sénégalais "Les Échos"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:53 0:00


Le quotidien "Les Échos" est par la suite victime d'une violente attaque comme le relate le rédacteur en chef Mbaye Thiandoum. "Des gens ont débarqué au niveau du journal et ils se sont mis à attaquer notre matériel qu’ils ont complètement bousillé. Ils ont cassé pas moins de 8 ordinateurs et la télévision", ce dernier ajoute que les auteurs de l'attaque "se sont réclamés à leur arrivée comme des disciples de Serigne Moustapha Sy" avant de commettre le forfait.

Au lendemain de cette énième attaque contre les médias, la Coordination des associations de presse (CAP) s'est mobilisée pour mettre les autorités face à leurs responsabilités et réclamer plus de sécurité face à ces actes qui secouent l'un des piliers de la démocratie sénégalaise.


Pour les acteurs des médias, cet "acte de terreur lâche visiblement planifié et coordonné" appelle une condamnation de tout patriote soucieux du devenir démocratique du pays. La CAP en appelle à la responsabilité du gouvernement de la République du Sénégal afin que la "sécurité des journalistes" soit une "réalité institutionnelle" d’abord avec le "parachèvement des textes réglementaires qui sont toujours en souffrance dans les arcanes du pouvoir".

Au-delà de la saisine des autorités, le Syndicat des Professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (Synpics) estime que c'est un combat que la presse doit mener avec fermeté sur tous les fronts possibles. Le Secrétaire Général du Synpics, Bamba Kassé, se dit surpris et déçu mais déterminé à mener ce combat.

"Nous pensions que le Sénégal avait dépassé ces périodes noires où on pointait du doigt la presse et où on essayait de la faire taire. Malheureusement cet acte nous renseigne que ce n’est pas encore le cas", s'insurge-t-il.

Pour lui, le rôle du syndicat est de "marquer sa solidarité mais aussi d’accompagner le média en question" dans toutes les actions judiciaires qu'il va entamer.

Le quotidien "Les Échos" a déposé une plainte et la section de recherches de la gendarmerie a d'ores et déjà procédé à l'arrestation de 6 personnes soupçonnées d'être impliquées dans l'attaque.

Comment maintenir les enfants en forme, malgré la pandémie ?

Comment maintenir les enfants en forme, malgré la pandémie ?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

La communauté libanaise d'Afrique secouée par la tragédie de Beyrouth

La communauté libanaise d'Afrique secouée par la tragédie de Beyrouth
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG