Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

La Russie menace l'UE de prolonger d'un an et demi son embargo alimentaire

Les "mesures de rétorsion" de la Russie interdisent depuis août 2014 l'importation de la plupart des produits alimentaires des pays occidentaux, principalement de l'UE, qui sanctionnent la Russie pour l'annexion de la Crimée et son soutien aux séparatistes de l'Est de l'Ukraine.

Cet embargo est responsable d'un important manque à gagner pour les agriculteurs européens.

La Russie a menacé vendredi l'Union européenne (UE), qui se prépare à de difficiles discussions sur la reconduction de ses sanctions contre Moscou, de prolonger jusqu'à la fin 2017 son embargo alimentaire.

Bien que Berlin ait évoqué la possibilité d'une levée "graduelle" des sanctions et que le Premier ministre grec Alexis Tsipras ait une nouvelle fois critiqué leur "cercle vicieux" avant de recevoir Vladimir Poutine, Bruxelles et Moscou ne cachent pas s'attendre à leur renouvellement, qui serait logiquement suivi d'une réaction russe.

"J'ai ordonné que soient préparées des propositions en vue d'une prolongation des mesures de rétorsion non pas pour un an mais jusqu'à la fin 2017", a déclaré le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, cité par les agences russes.

Ces "mesures de rétorsion" interdisent depuis août 2014 l'importation de la plupart des produits alimentaires des pays occidentaux, principalement de l'UE, qui sanctionnent la Russie pour l'annexion de la Crimée et son soutien aux séparatistes de l'Est de l'Ukraine.

Prolongé une première fois pour un an l'été dernier, cet embargo expire au mois d'août et n'a rien arrangé à la crise agricole qui frappe l'UE. Un rapport interne du gouvernement russe, révélé récemment par l'agence TASS, évalue à 9,3 milliards d'euros les pertes pour les pays visés par l'embargo.

Sa prolongation pour un an et demi d'un coup doit aider le secteur agricole russe, qui craint un brusque retour de la concurrence européenne, à bénéficier "d'un horizon plus lointain pour planifier ses investissements", selon M. Medvedev.

Le ministre de l'Agriculture Alexandre Tkatchev a confirmé que le décret en ce sens était déjà en cours de préparation.

Cet avertissement intervient alors que les pays de l'Union européenne doivent discuter en juin d'une éventuelle prolongation de leurs sanctions contre Moscou, qui touchent les banques, les secteurs de la défense et de l'énergie et expirent en juillet. Jusqu'à présent ces mesures ont été reconduites tous les six mois.

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a déclaré la semaine dernière qu'elle s'attendait à une nouvelle prolongation.

Bruxelles lie la levée des sanctions à l'application des accords de Minsk de février 2015, signés entre l'Ukraine et la Russie avec médiation française et allemande, visant à ramener la paix dans l'Est de l'Ukraine où le conflit a fait près de 9.300 morts en deux ans.

Même si les combats ont perdu en intensité, les négociations achoppent notamment sur la question de la tenue d'élections locales dans la zone contrôlée par les rebelles prorusses.

Vendredi, le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a dit espérer des progrès d'ici fin juin, qui permettraient de "réduire graduellement les sanctions". Cette semaine, il avait reconnu "une résistance" dans l'UE quant à une prolongation et qu'il serait "plus difficile que l'année dernière de trouver une position commune".

- Scepticisme -

Un vote unanime est nécessaire pour reconduire les sanctions. Si les pays baltes ou la Pologne, inquiets de la crise ukrainienne, poussent dans cette direction, certains pays se montrent plus sceptiques.

Solidaire pour l'instant de la position de Bruxelles, le Premier ministre grec Alexis Tsipras s'est de nouveau élevé vendredi, avant de recevoir Vladimir Poutine, contre le "cercle vicieux" des sanctions, de la militarisation et de la rhétorique remontant à la Guerre froide, dans une interview à l'agence russe Ria Novosti.

Malgré ces divisions apparentes, le ministre de l'Economie Alexeï Oulioukaïev a jugé cette semaine "la probabilité d'une levée des sanctions est plus faible que celle d'un maintien".

Les sanctions occidentales, auxquelles s'est ajouté l'effondrement des prix des hydrocarbures, ont plongé la Russie dans sa plus longue récession depuis l'arrivée au Kremlin de Vladimir Poutine en 2000. L'embargo alimentaire a provoqué de son côté une flambée des prix en Russie.

A long terme, les autorités russes espèrent que l'embargo favorisera le développement du secteur agricole national à qui elles versent d'importantes subventions. Mais les représentants du secteur s'inquiètent du manque de visibilité vu le caractère géopolitique de l'embargo.

En cas de levée de l'embargo, les producteurs de fromages "ne seront pas compétitifs", a prévenu cette semaine le président de l'Union russe des producteurs laitiers, Andreï Danilenko.

Avec AFP

Toutes les actualités

Coronavirus : plus de 20.000 cas déclarés en Amérique latine

Un voyageur, portant un masque pour éviter le coronavirus, arrive à l'aéroport international de Guarulhos à Guarulhos, État de Sao Paulo, Brésil, le 27 février 2020. (Photo: REUTERS / Amanda Perobelli)

L'Amérique latine et les Caraïbes ont franchi mercredi la barre des 20.000 cas déclarés de Covid-19, selon un décompte établi par l'AFP à partir des informations fournies par les gouvernements et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

A 16H30 GMT mercredi, le nombre de cas déclarés était de 20.081 et le nombre de morts s'élevait à 537.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière.

L'Amérique latine et les Caraïbes avaient franchi la barre des 10.000 cas confirmés de Covid-19 le 27 mars. Ce chiffre a donc doublé en cinq jours.


A titre de comparaison, en Espagne et en Italie, deux des pays les plus touchés par la pandémie de coronavirus, les cas doublaient la semaine dernière tous les deux ou trois jours et doublent désormais tous les trois ou quatre jours.

Le premier cas en Amérique latine avait été enregistré le 26 février au Brésil, un pays de 210 millions d'habitants. Le géant sud-américain est désormais le pays le plus touché, avec 5.717 cas dont 201 décès.

L'Amérique latine et les Caraïbes ont franchi mercredi la barre des 20.000 cas déclarés de Covid-19, selon un décompte établi par l'AFP à partir des informations fournies par les gouvernements et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

A 16H30 GMT mercredi, le nombre de cas déclarés était de 20.081 et le nombre de morts s'élevait à 537.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière.

L'Amérique latine et les Caraïbes avaient franchi la barre des 10.000 cas confirmés de Covid-19 le 27 mars. Ce chiffre a donc doublé en cinq jours.

A titre de comparaison, en Espagne et en Italie, deux des pays les plus touchés par la pandémie de coronavirus, les cas doublaient la semaine dernière tous les deux ou trois jours et doublent désormais tous les trois ou quatre jours.

Le premier cas en Amérique latine avait été enregistré le 26 février au Brésil, un pays de 210 millions d'habitants. Le géant sud-américain est désormais le pays le plus touché, avec 5.717 cas dont 201 décès

ll est suivi par l'Equateur (2.748, 93) et la République dominicaine (1.284, 57). Viennent ensuite le Mexique (1.215, 29), le Panama (1.181, 30), tandis que l'Argentine enregistre 1.054 contamination et 27 décès.

Des mesures de confinement obligatoire ont ainsi été mises en place dans de très nombreux pays latino-américains, notamment au Pérou, au Venezuela, en Argentine, en Colombie, en Bolivie, au Salvador et au Panama. Des couvre-feux aux horaires étendus ont également été décrétés dans plusieurs pays.

Les frontières sont fermées dans la quasi-totalité de la région.

Dans le monde, la pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 45.719 morts depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi à 19H00 GMT.

L'OMS a alerté sur la progression "quasi-exponentielle" de la pandémie, alors que le nombre de décès a plus que doublé en une semaine.

Le coronavirus a fait au moins 43.000 morts et plus de 870.000 dans le monde

Le coronavirus a fait au moins 43.000 morts et plus de 870.000 dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:22 0:00

Coronavirus: le G20 viendra en aide aux pays pauvres

Coronavirus: le G20 viendra en aide aux pays pauvres
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Distanciation sociale: les experts ont répondu aux questions du public

Distanciation sociale: les experts ont répondu aux questions du public
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Le bilan de la pandémie de nouveau coronavirus s'est de nouveau alourdi

Le bilan de la pandémie de nouveau coronavirus s'est de nouveau alourdi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:19 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG