Liens d'accessibilité

Un responsable anti-Haftar échappe à un attentat à Benghazi

  • VOA Afrique

Des bâtiments détruit dans le quartier de Sabri, à Benghazi, en Libye, le 15 août 2017.

Le vice-ministre de l'Intérieur du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, a échappé dimanche à une tentative d'assassinat à Benghazi (est), une zone contrôlée par le controversé maréchal Khalifa Haftar, selon le GNA.

Faraj Kaïm n'a pas été blessé par l'explosion au passage de son convoi d'une bombe artisanale, a indiqué le GNA dans un communiqué.

"Il est en bonne santé", a déclaré le chef du GNA Fayez al-Sarraj cité par le communiqué.

De 2014 à 2016, M. Kaïm, originaire de l'est libyen, a combattu dans les rangs de l'autoproclamée Armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Haftar, avant de faire défection.

Dans un geste de défi, le chef du GNA avait nommé cet été M. Kaïm comme vice-ministre de l'Intérieur chargé de la région orientale contrôlée par les forces loyales à Haftar. Cette nomination avait reçu le soutien de sa puissante tribu de l'est du pays, les Al-Awaguir.

Le général Haftar avait réagi en interdisant "toute activité des responsables du GNA dans les zones (...) contrôlées" par l'ANL.

Deux autorités se disputent le pouvoir en Libye, plongée dans le chaos depuis la révolte populaire qui a mis fin au régime de Mouammar Kadhafi en 2011: d'un côté le GNA basé à Tripoli et, de l'autre, un parlement élu et un gouvernement parallèle qui exercent leur pouvoir dans l'est du pays avec le soutien du maréchal Haftar.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG