Liens d'accessibilité

Résolution sur les colonies: Israël donnera à Trump les preuves du rôle des Etats-Unis


L’ambassadeur israélien Ron Dermer devant le congrès américain le 11 juin 2014.

L'ambassadeur israélien aux Etats-Unis Ron Dermer a indiqué lundi que les preuves du rôle actif des Américains en amont de l'adoption vendredi d'une résolution défavorable à Israël seraient remises à l'administration Trump, qui entre en fonction le 20 janvier.

Avant même l'adoption de cette résolution par le Conseil de sécurité, rendue possible par une abstention, inédite depuis 1979, des Etats-Unis, des responsables israéliens accusaient l'administration de Barack Obama d'avoir contribué au projet de texte déposé par l'Egypte dans un premier temps, et d'avoir des preuves de cette intervention.

M. Dermer, dans un entretien à CNN lundi, a réaffirmé qu'Israël "détient des preuves irréfutables". "Nous les présenterons à la nouvelle administration et s'ils veulent la partager avec le peuple américain, ils pourront le faire", a-t-il ajouté, affirmant que les Etats-Unis "ont orchestré cette attaque en bande".

Les Etats-Unis se sont abstenus alors qu'ils avaient jusque-là toujours soutenu Israël sur ce dossier extrêmement sensible. Les 14 autres membres du Conseil de sécurité ont eux voté en faveur de ce texte.

"Nous sommes extrêmement déçus par cette décision" américaine, a relevé M. Dermer.

"Les Palestiniens essaient de livrer une guerre diplomatique et juridique contre Israël. Ils ne veulent pas négocier la paix avec nous, raison pour laquelle ils ont évité toute négociation pendant huit ans", a-t-il fait valoir. "Ce que cette résolution vient de faire, c'est donner aux Palestiniens des munitions dans leur guerre diplomatique et juridique contre Israël".

Selon lui, "ce qu'il se passe actuellement avec l'administration (de Barack Obama) concernant la politique avec Israël, c'est comme un train fou, et on pourrait bien voir d'autres résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU contre Israël avant le 20 janvier".

"Si les gens ont pensé que cette résolution allait faire capituler Israël et le faire mettre à genou, ils se sont sérieusement trompés", a lancé l'ambassadeur, affirmant que son pays serait "plus grand que jamais et nous répliquerons à cette action de la communauté internationale".

Evoquant la convocation dimanche au ministère israélien des Affaires étrangères des représentants des 14 pays ayant voté pour la résolution, et de l'ambassadeur américain Daniel Shapiro par le Premier ministre Benjamin Netanyuahu, M. Dermer a prévenu que "ce n'est que le début" des représailles annoncées.

En revanche, il a dit ne pas s'attendre à ce qu'Israël quitte les Nations unies, espérant que l'administration Trump "va mener un examen complet des politiques à l'ONU".

Avec AFP.

XS
SM
MD
LG