Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Renouvellement de la mission de l'ONU avec une stratégie de sortie


Le Conseil de sécurité de l'ONU le 26 février 2019.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a renouvelé jeudi à l'unanimité pour un an sa petite mission d'accompagnement du processus électoral en Guinée-Bissau, avec une stratégie de sortie d'ici fin 2020 de ce pays longtemps instable.

Des élections législatives, initialement prévues en novembre, sont fixées au 10 mars. Elles doivent permettre de mettre fin à la crise que traverse le pays depuis l'éviction en août 2015, par le président José Mario Vaz, du Premier ministre Domingos Simoes Pereira, chef du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), auquel M. Vaz appartient également.

La résolution adoptée prévoit la fermeture à terme de la mission appelée Binugbis après une vingtaine d'années de présence de l'ONU. Elle impose "une réduction progressive de ses effectifs et le transfert des tâches" notamment au Bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (Unowas) et aux partenaires internationaux, "le processus devant être achevé au plus tard le 31 décembre 2020".

La mission actuelle de l'ONU compte une centaine de membres civils.

A partir de juin 2019, la Binugbis deviendra "une mission politique spéciale organisée plus simplement, chargée d'une fonction de bons offices et dirigée par un représentant spécial ayant rang de sous-secrétaire général", précise le texte qui prévoit une nouvelle hiérarchie du travail de l'ONU pour coller au plus près au processus électoral.

D'ici fin 2020, l'ONU entend aussi accompagner un processus de réformes pour doter le pays "d'institutions impartiales, transparentes, responsables et compétentes dans les domaines de la sécurité et de l'état de droit".

Kacou Houadja Léon Adom, ambassadeur ivoirien à l'ONU dont le pays a rédigé la résolution, a lancé "un appel au Conseil de sécurité à continuer de soutenir la Guinée-Bissau" à l'avenir. "Le Conseil s'est abstenu d'imposer un calendrier strict afin de laisser de la flexibilité en fonction de l'évolution sur le terrain", a-t-il estimé.

Le scrutin législatif devrait être suivi par une élection présidentielle. Ce processus électoral pourrait ouvrir la voie à une levée des sanctions internationales imposées à ce pays depuis 2012 à la suite d'un coup d'Etat militaire.

XS
SM
MD
LG