Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Rencontre envisagée entre les présidents israélien et palestinien à Bruxelles

Martin Schultz, président du Parlement européen, le 1er juillet 2014

Le président du Parlement européen Martin Schulz a annoncé qu'il espérait organiser une brève rencontre entre le président israélien Reuven Rivlin et son homologue palestinien Mahmoud Abbas mercredi en fin de journée à Bruxelles.

"Si nous arrivons à les faire se croiser dans l'enceinte du Parlement européen, je pense qu'ils ne partiront pas en courant, donc je ferai de mon mieux pour les faire se croiser", a déclaré M. Schulz lors d'un point de presse à Bruxelles.

"Je peux vous assurer que je ne partirai pas en courant", a rebondi, debout à ses côtés, M. Rivlin, qui venait de s'adresser aux eurodéputés.

Mais "le progrès diplomatique que je souhaite dépend un peu des plannings des deux" responsables, a expliqué M. Schulz, se disant dans l'incapacité de prédire si le président de l'Autorité palestinienne atterrira à temps pour rencontrer M. Rivlin, qui doit dîner au Parlement européen.

Ce serait la première rencontre entre MM. Abbas et Rivlin depuis que ce dernier est devenu le chef de l'Etat israélien, en juillet 2014.

Figure populaire et haute en couleur, "Ruby" (diminutif de Reuven) Rivlin fait partie de l'aile la plus à droite du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et il est un partisan déclaré du "Grand Israël", hostile à la création d'un Etat palestinien.

Il se trouve à Bruxelles pour une visite de quatre jours, qui se terminera jeudi, alors que Mahmoud Abbas rend lui aussi visite aux dirigeants européens mercredi et jeudi.

L'UE, qui fait partie du Quartet pour le Proche-Orient avec l'ONU, les Etats-Unis et la Russie, essaie de faire repartir les négociations de paix, au point mort depuis plus de deux ans.

Ces visites interviennent alors que le Quartet doit rendre prochainement un rapport de recommandations pour tenter de faire repartir ces négociations, et que la France s'active pour que les deux parties se reparlent dans le cadre d'une conférence internationale avant la fin de l'année.

Devant le Parlement européen, M. Rivlin a dénoncé les "erreurs fondamentales" de l'initiative française. "Revenir à des négociations pour le simple plaisir de négocier ne nous rapproche pas de la solution tant attendue" au conflit, a-t-il lancé.

"Ce n'est pas une tâche facile pour moi de (...) dire qu'aujourd'hui un accord de paix permanent entre nous et les Palestiniens ne peut être trouvé", a-t-il ajouté.

Avec AFP

Toutes les actualités

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:28 0:00

Niger: les ravisseurs de l'otage américain demandent une rançon

Les forces spéciales nigérianes participent à un exercice de sauvetage des otages à la fin de l'exercice Flintlock à Mao, au Tchad, samedi, avec l'appui de l'armée américaine et ses partenaires occidentaux. (Photo AP / Jerome Delay)

Les ravisseurs de l’Américain Philip Walton, enlevé dans le nuit de lundi à mardi à Massalata au Niger, près de la frontière avec le Nigeria, ont exigé mercredi une "rançon" contre sa libération, selon le préfet de la zone.  

"Les ravisseurs ont appelé le père sur son téléphone pour réclamer une rançon", a expliqué Ibrahim Abba Lélé, préfet de Birni NKonni (dont Massalata est voisine), sans préciser le montant demandé.

Dans un communiqué lu sur la radio nationale, le ministère de l’Intérieur a indiqué que les ravisseurs avaient "fouillé le domicile à la recherche de l’argent" et avaient ensuite fui "en direction de la zone frontalière".

"Les forces de défense et de sécurité de la zone ont conduit des opérations de ratissage et des renforts ont été déployés", souligne le communiqué qui indique que "toutes les dispositions sont prises, en collaboration avec les services de sécurité américains et nigérians en vue de retrouver l’intéressé".

Philip Walton était installé à Massalata avec sa femme et un enfant depuis deux ans, selon son père Bruce Walton qui habite Birni Nkonni et vit au Niger depuis près de 30 ans.

Un porte-parole du Département d'Etat américain à Washington a confirmé mardi qu'un "citoyen américain avait été enlevé au Niger".

Le Sahel est régulièrement le théâtre d'enlèvements d'Occidentaux par des groupes jihadistes.

Début octobre au Mali, la Française Sophie Pétronin et deux otages italiens ont été libérés, mais plusieurs restent détenus au Sahel. Parmi eux, l'humanitaire américain Jeffery Woodke enlevé au Niger en octobre 2016 à Abalak, à environ 200 km au nord de Birni Nkonni.

Toutefois la zone dans laquelle Philip Walton a été enlevé est loin du rayon d'action habituel des groupes jihadistes. C'est une zone de contrebande et de banditisme actifs, grâce à la porosité de la frontière entre le Niger et le Nigeria.

En août, six humanitaires français et deux Nigériens avaient été assassinés à 60 km à l'ouest de Niamey dans la réserve naturelle de Kouré, une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).

Le Niger est en proie à des attaques jihadistes récurrentes qui ont fait des centaines de morts.

Les Américains disposent de deux bases de drones à Agadez et Dirkou, au nord du Niger. Leurs appareils survolent le Sahel en permanence et sont un soutien important à la force française antijihadiste Barkhane.

En 2017, quatre soldats américains des Forces spéciales et cinq militaires nigériens avaient été tués dans une embuscade à Tongo Tongo, près du Mali, dans le sud-ouest du Niger. Cette attaque avait été revendiquée par l'Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) alors qu'officiellement les USA ne disposaient pas de troupes en opération au sol.

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala au poste de directrice générale de l'OMC

La ministre des finances du Nigeria, Ngozi Okonjo-Iweala, lors d'un entretien avec Reuters dans son bureau de la capitale Abuja, le 24 août 2012.

L'ancienne ministre des finances du Nigeria, Ngozi Okonjo Iweala, a marqué l'histoire mercredi en devenant la première femme et la première personne originaire d’Afrique à être recommandée pour le poste de directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Il revient désormais aux délégués des pays membres de confirmer officiellement la recommandation du panel de sélection. Une réunion à cet effet devrait avoir lieu "dans les prochains jours", précise la même source.

Mais selon l'agence de presse Bloomberg, le négociateur en chef du commerce de Washington, Robert Lighthizer, soutient plutôt la candidate de la Corée du Sud, la diplomate Yoo Myung-hee.

Économiste de formation, Mme Okonjo Iweala, 66 ans, avait autrefois occupé le poste de numéro 2 à la Banque mondiale. Elle a également siégé aux conseils d’administration de Twitter et de GAVI, l’Alliance mondiale pour les vaccins, après avoir occupé des postes de haute responsabilité au sein du gouvernement fédéral du Nigeria sous les administrations des présidents Olusegun Obasanjo et Goodluck Jonathan.

Le poste de patron de l'OMC est devenu vacant lorsque son tout dernier directeur général, le Brésilien Roberto Azevêdo, a annoncé de manière inattendue qu'il démissionnait à la fin du mois d'août.

Au total, huit candidatures ont été soumises, dont trois issues de pays africains : le diplomate égyptien Abdel-Hamid Mamdouh, la ministre Amina Mohamed du Kenya et Mme Okonjo Iweala. Après plusieurs rounds de vote par les délégués des pays membres, il ne restait plus que deux candidates : Ngozi Okonjo Iweala et la diplomate sud-coréenne Yoo Myung-hee.

En début de semaine, le Financial Times avait rapporté que la candidate nigériane avait obtenu le soutien de l’Union européenne, en plus de celui du bloc africain à l’OMC.

La colère gronde contre la France dans certains pays musulmans

La colère gronde contre la France dans certains pays musulmans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:43 0:00

D'Abraham Lincoln à Donald Trump: le parti républicain en bref

D'Abraham Lincoln à Donald Trump: le parti républicain en bref
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG