Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

Rejet des recours des deux opérateurs contestant le choix du français Suez au Sénégal

Le groupe responsable de la gestion de l'eau et des déchets, Jean-Louis Chaussade, président de Suez Environnement, a pris la parole le 12 mars 2015.

Les recours déposés par les deux opérateurs contestant l'attribution au français Suez du contrat provisoire pour la distribution de l'eau au Sénégal ont été rejetés par le ministère de l'Hydraulique.

La Sénégalaise des eaux (SDE), opérateur local depuis 1996, et Véolia CGE avaient le 26 octobre saisi le ministère de l'Hydraulique dans deux "recours gracieux" distincts, après l'attribution à Suez du contrat provisoire pour fournir pendant 15 ans de l'eau dans les zones urbaines et péri-urbaines au Sénégal.

"On leur donné (mercredi soir) les raisons qui font que leurs offres ont été rejetées. Libre à eux maintenant de faire un recours contentieux" devant l'Agence de régulation des marchés publiques (ARMP), a affirmé le responsable du ministère de l'Hydraulique.

La SDE "prend acte de cette décision qui ouvre la voie à présent à un recours contentieux auprès de l'ARMP", a indiqué jeudi à l'AFP une source dans cette société dont le contrat pour la distribution de l'eau au Sénégal expire le 31 décembre de cette année. Un recours devant l'ARMP peut ensuite éventuellement être suivi d'une saisine de la justice.

Si l'offre de Suez était moins intéressante financièrement, elle était "économiquement plus avantageuse" que celles de ses deux concurrents, avait le 24 octobre justifié auprès de l'AFP le directeur de l'administration générale et de l'équipement du ministère de l'Hydraulique, Mamadou Dioukhané, au lendemain de la révélation du choix de Suez.

"Il fallait une cohérence entre le compte d'exploitation prévisionnel, la technologie proposée et le fonctionnement de l'entreprise. L'offre financière seulement ne fait pas la différence. Le choix est basé sur une combinaison des offres techniques et financières", avait-il expliqué.

Pour l'offre financière, Suez a proposé 298,5 francs CFA (0,45 euro) le mètre cube, contre 286,9 francs CFA (0,44 euro) pour la SDE et 366,3 francs CFA (0,56 euro) pour Veolia CGE, selon une source proche du dossier.

La SDE est une entreprise, dont l'actionnaire majoritaire est le groupe franco-africain Eranove, aux côtés de 42,2% d'actionnaires sénégalais.

Avec AFP

Toutes les actualités

"Trafic d’êtres humains": Serigne Mbacke dément les accusations

"Trafic d’êtres humains": Serigne Mbacke dément les accusations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Arrestations de 43 fidèles d'un chef religieux sénégalais pour "trafic d'êtres humains"

La police a déployé un dispositif sécuritaire impressionnant au centre-ville de Dakar, empêchant ainsi une marche appelée par l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, à Dakar, Sénégal, 25 juillet 2017. (VOA/Seydina Aba Gueye)

La gendarmerie sénégalaise a annoncé l'arrestation de 43 personnes pour notamment "traite d'êtres humains" dans des centres d'éducation créés par un influent chef religieux dans la région de Dakar où des individus étaient "victimes de séquestration et de maltraitances", des affirmations démenties lundi par l'entourage du chef religieux.

Ces arrestations ont eu lieu lors d'opérations menées du 26 au 28 novembre par la gendarmerie dans ces centres tenus par des disciples de Serigne Modou Kara Mbacké, selon la gendarmerie qui les a rendues publiques dans un communiqué dimanche soir.

Serigne Modou Kara Mbacké est un chef religieux membre de l'influente confrérie musulmane des mourides et dirigeant d'un parti politique. Il a mis en place à travers le pays des "centres de redressement" ciblant notamment des jeunes en perdition.

Les enquêtes de la gendarmerie ont permis de démanteler "un réseau de vol de scooters, de trafic de chanvre indien et de traite d'êtres humains" dans ces centres.

Plus de 370 pensionnaires de ces centres de rééducation, dans plusieurs quartiers de Dakar et de sa banlieue, ont été libérés.

Ils vivaient "dans des conditions sanitaires déplorables. Souffrant visiblement de maladies et de malnutrition sévère, les stigmates des sévices corporels sont visibles sur les corps des victimes, dont certains semblent avoir perdu la raison", a poursuivi la gendarmerie.

"Les témoignages des victimes font état de plusieurs décès durant ces deux dernières années, dont le dernier remonte à trois jours. L'enquête se poursuit sous la direction du Procureur de la République, précisément pour les faits d'association de malfaiteurs, vol en réunion en temps de nuit, trafic de drogue, traite de personnes et complicité", selon le communiqué.

Le service de communication de Serigne Modou Kara Mbacké a démenti ces accusations.

"La gendarmerie n'a trouvé de la drogue dans aucun des centres de redressement" qui accueillent plutôt "des victimes de la drogue, des jeunes repris de justice et des déficients mentaux", dans un communiqué lundi.

En raison des "résultats satisfaisants" dans ces centres, le nombre de pensionnaires a augmenté et causé une "promiscuité du cadre de vie" due au "manque de moyens", s'est justifié le service de communication de Serigne Modou Kara Mbacké.

Il appelle l'Etat, au lieu de les "sanctionner", à accompagner ces structures qui "ont réussi là où des structures officielles n'ont pas de solutions malgré leur budget à coup de milliards".

Macky Sall craint l’éventualité d’une seconde vague de Covid-19

Macky Sall craint l’éventualité d’une seconde vague de Covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:43 0:00

La peinture pour lutter contre les violences faites aux femmes

La peinture pour lutter contre les violences faites aux femmes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:48 0:00

Le succès du coronavirus au Sénégal divise les experts

Le succès du coronavirus au Sénégal divise les experts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:41 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG