Liens d'accessibilité

Raila Odinga, inusable opposant kényan, joue son va-tout

  • VOA Afrique

Raila Odinga, leader de l’opposition au milieu d’une en foule en liesse après la décision de la cour suprême a Nairobi, Kenya, 1er septembre 2017.

L'opposant Raila Odinga, 72 ans, inusable vétéran de la politique kényane, a décidé de ne pas participer à l'élection présidentielle de jeudi, après avoir obtenu l'invalidation de la réélection de son rival, le président sortant Uhuru Kenyatta, lors du scrutin du 8 août.

Souvent défait, toujours incontournable, celui que ses partisans appellent affectueusement "Baba", "papa" en kiswahili, estime que les conditions d'une élection libre ne sont pas réunies.

Plutôt que de participer à cette "imposture", il dit préférer poursuivre son combat pour la démocratie au Kenya, nouvel épisode d'une carrière d'opposant qui l'aura mené derrière les barreaux pendant plusieurs années.

Personnage ambivalent et difficile à cerner, l'ex-Premier ministre d'un gouvernement d'union nationale entre 2008 et 2013 demeure une énigme pour beaucoup de ses concitoyens: réformateur social dont le pays a besoin pour les uns, populiste prompt à instrumentaliser les jalousies entre communautés pour les autres.

Ses partisans soulignent également à quel point le ralliement du leader politique de l'ethnie luo, une des plus importantes du pays, fut crucial dans la victoire à la présidentielle de 2002 d'un représentant de l'élite économique et politique kikuyu, Mwai Kibaki.

Ce dernier, à la tête d'une large coalition, avait défait un autre kikuyu, un certain Uhuru Kenyatta, fils du père de l'Indépendance du pays Jomo Kenyatta et dauphin désigné de l'ancien homme fort Daniel arap Moi, dont le régime autoritaire (1979 - 2002) est synonyme d'une des périodes les plus sombres de l'histoire du pays.

Rivalité dynastique

Ainsi s'écrit un nouveau chapitre de la longue rivalité politique entre les Odinga et Kenyatta, "une folle compétition dynastique qui rend tout le monde irrationnel", selon Murithi Mutiga, du centre d'analyse International Crisis Group (ICG).

Le père de Raila, Jaramogi Oginga Odinga, occupa brièvement le poste de vice-président. Mais il fut surtout le grand perdant de la lutte post-indépendance pour le pouvoir, au profit du premier chef d'État Jomo Kenyatta.

Dès le début de son engagement en politique au début des années 80, Odinga fait preuve d'une ténacité qui ne l'a jamais quitté: il paye son opposition au régime de parti unique en vigueur au Kenya jusqu'en 1992 par près de huit ans de détention sans procès, dans les années 80 et jusqu'en 1991.

Sa défaite au premier tour en 2013 face à Uhuru Kenyatta devait sonner la fin de sa carrière politique, après ses deux premiers échecs de 1997 et 2007.

Mais le madré Odinga demeure le leader le plus charismatique et le plus populaire de l'opposition kényane et il réussit à convaincre son camp qu'il était, cette année encore, le mieux placé pour le faire gagner.

Dès la proclamation le 11 août dernier de la victoire de M. Kenyatta avec plus de 54% des voix, M. Odinga dénonce une "mascarade" électorale, comme il l'avait fait en 2007 et en 2013.

En 2007, il crie à la fraude massive lorsque son adversaire Mwai Kibaki est déclaré vainqueur. Le Kenya plonge alors dans les pires violences politico-ethniques depuis son indépendance du Royaume-Uni en 1963, faisant plus de 1.100 morts et 600.000 déplacés.

Le mystérieux

Il faudra une pression maximale de la communauté internationale pour trouver un compromis et faire d'Odinga le Premier ministre du gouvernement d'union nationale.

Plus que tout observateur de la vie politique kényane, c'est sans aucun doute sa propre communauté Luo, dans l'ouest du Kenya, qui a le mieux décrit Odinga en le surnommant "Agwambo", "le mystérieux", un qualificatif collant parfaitement à cet homme au parcours semé de contradictions.

Quand Raila Odinga lit un discours préparé à l'avance, il butte sur les mots, se trompe dans les chiffres. Mettez-le sur un podium sans notes à la main, il multiplie les bons mots en kiswahili, séduit la foule et aligne des arguments qui font mouche.

Ses détracteurs l'ont souvent épinglé comme "socialiste", lui qui a fait ses études d'ingénieur à Leipzig, en Allemagne de l'Est communiste et qui a prénommé Fidel son fils aîné - décédé en 2015 - en hommage au révolutionnaire cubain Fidel Castro.

Lui-même se présente comme un social-démocrate soucieux de rééquilibrer la répartition des richesses dans un pays profondément inégalitaire.

Il est dans les faits à la tête d'un solide patrimoine, fruit de sa carrière politique et d'homme d'affaires, dans le secteur de l'éthanol et du pétrole. Son passage au poste de Premier ministre a par ailleurs confirmé qu'il n'avait aucune aversion pour l'économie de marché.

Marié, père de quatre enfants (Fidel, Rosemary, Raila Junior et Winnie), Odinga a été élevé dans un milieu anglican, s'est détourné de la religion dans sa jeunesse, avant de rejoindre une église évangéliste en 2009.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG