Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Quatre choses à savoir avant les élections législatives en Russie

Le Parlement russe à Moscou, la Russie, 6 juillet 2012.

Les Russes se rendent aux urnes dimanche pour des législatives qui n'ont pas déchaîné les passions dans le pays malgré la crise économique qui a durement frappé la population et la dégradation sans précédant des relations avec les Occidentaux.

Vladimir Poutine, fort d'une popularité record, et son parti Russie Unie, peuvent envisager le scrutin sereinement, assurés d'une victoire qui doit permettre de préparer la probable candidature pour un 4e mandat du président russe en 2018.

Un scrutin sans passion

Près de 110 millions d'électeurs sont appelés à voter lors d'un scrutin qui doit permettre le renouvellement des 450 députés de la Douma d'Etat, actuellement dominée par le parti du pouvoir, Russie Unie.

Plus de 6.500 candidats issus de 14 partis sont en compétition, avec la moitié des députés pour la première fois élue au scrutin majoritaire.

Les électeurs devront également renouveler certains parlements régionaux et élire leurs gouverneurs. A ce titre, le président tchétchène Ramzan Kadyrov devra pour la première fois faire face aux électeurs depuis sa nomination à ce poste par le Kremlin en 2007.

Il s'agira également des premières élections législatives pour les habitants de la Crimée, péninsule ukrainienne annexée suite à une prise de contrôle par les troupes russes début 2014 avant un référendum pour son rattachement à la Russie non reconnu par Kiev et par les Occidentaux.

Si le "retour" de la Crimée avait soulevé une vague d'euphorie au sein d'une partie de la population, cette période semble désormais révolue, malgré la forte popularité du président.

Globalement et malgré l'importance du scrutin, la campagne électorale n'a suscité que peu d'engouement.

Les premières estimations des résultats du scrutin seront disponibles à partir de 21H00 (18H00 GMT) dès la clôture des bureaux de vote.

Crise, guerre et sanctions

Ce scrutin se déroule pourtant dans un contexte exceptionnel: mise en difficulté par la chute du prix des hydrocarbures, qui représente une part importante de ses revenus budgétaires, et par les sanctions occidentales décrétées à la suite de la crise ukrainienne, la Russie a plongé fin 2014 dans une crise monétaire, suivie de la plus longue récession pour le pays depuis l'arrivée sur le devant de la scène de Vladimir Poutine en 1999.

Cette crise, qui a effacé selon les experts tous les progrès économiques accomplis pendant une décennie, a frappé durement le pouvoir d'achat des Russes et notamment des modestes retraités et fonctionnaires dont M. Poutine avait promis d'augmenter le niveau de vie.

Au delà du contexte économique, il s'agit de la première consultation à l'échelle nationale depuis l'annexion de la Crimée, le déclenchement du conflit dans l'Est séparatiste de l'Ukraine et la pire dégradation dans les relations avec les Occidentaux depuis la fin de la Guerre froide.

Elle intervient par ailleurs après près d'un an d'une intervention militaire inédite qui a fait de la Russie le maître du jeu dans le conflit syrien.

L'opposition libérale en lambeaux

L'opposition libérale, qui a cette fois eu l'occasion de présenter beaucoup plus de candidats que lors du scrutin précédent en 2011 et de diffuser ses clips de campagne à la télévision, se garde toutefois d'être optimiste.

Face à l'immense machine du pouvoir et l'hostilité de la télévision publique, les opposants peinent à susciter l'enthousiasme des électeurs, davantage tentés de voter pour les candidats "du pouvoir en place" ou par l'abstention.

Ils avancent surtout en ordre dispersé: rongée par les querelles internes, l'opposition libérale a une nouvelle fois échoué à présenter une liste commune.

Présidentielle 2018 en ligne de mire

Les élections représentent pour le pouvoir un dernier test avant la présidentielle de 2018, en vue de laquelle le Kremlin s'est d'ores et déjà mis en ordre de bataille.

Mi-août, Vladimir Poutine a remplacé le chef de son administration, un poste stratégique, par un ancien diplomate réputé loyal et indépendant des clans gravitant autour du chef de l'Etat.

Les institutions n'ont pas échappé non plus à un grand coup de balai avec le remplacement pêle-mêle de gouverneurs de régions, ministres impopulaires ou représentants de diverses administrations.

M. Poutine, qui a appelé ses concitoyens à voter "pour la Russie" lors de ce scrutin, n'a pas pour l'heure annoncé s'il se présenterait pour un 4e mandat qui pourrait le conduire à battre le record de longévité de Leonid Brejnev à la tête du pays. Mais personne ne voit pour l'heure comment il pourrait en être autrement.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le tableau de Banksy parodiant les Nymphéas de Monet adjugé à 7,6 millions de livres

Une assistante de gallerie pose le tableau Nympheas de Claude Monet lors d'une photo-call pour la vente d'art à la maison de ventes Sotheby's à Londres le 18 juin 2014. REUTERS / Neil Hall

"Show me the Monet", le tableau de l'artiste urbain britannique Banksy parodiant les Nymphéas de Claude Monet, a été vendu mercredi à Londres 7,6 millions de livres (8,5 millions d'euros), a annoncé la maison d'enchères Sotheby's.

"Cinq collectionneurs déterminés" se sont disputés pendant près de neuf minutes d'enchères en ligne l'oeuvre, initialement estimée entre 3 et 5 millions de livres, avant que l'un deux ne la remporte pour 7,6 millions. C'est "le second plus haut prix jamais atteint" par une œuvre de Banksy dans des enchères.

Ce tableau datant de 2005 reprend l'une des célèbres œuvres du peintre impressionniste français montrant un pont japonais au dessus d'un bassin en fleurs, dans lequel trempent désormais aussi des plots de signalisation orange et un vieux caddy.

"Banksy met ici en lumière le mépris de la société pour l'environnement face aux excès gaspilleurs du consumérisme", a estimé dans un communiqué Alex Branczik, responsable européen de l'art contemporain chez Sotheby’s, qui voit en l'artiste originaire de Bristol un "visionnaire".

"Show me the Monet" fait partie d'une série de tableaux intitulée "Crude Oils" ("Peintures à l'huile vulgaires"), dans laquelle l'artiste s'est amusé à détourner de grands classiques de la peinture.

On y trouve ainsi une version des "Tournesols" de Van Gogh aux fleurs fanées, la Marilyn Monroe d'Andy Warhol détournée en Kate Moss ou encore le "Nighthawks" d'Edward Hopper où un homme en caleçon aux couleurs du drapeau britannique a caillassé la vitre du célèbre bar.

"Show me the Monet" n'a pas réussi à battre le record établi en 2019 par "Le Parlement des singes", qui s'était arraché à 9,9 millions de livres (11,1 millions d'euros) lors d'une précédente vente aux enchères à Sotheby's, pulvérisant l'estimation initiale de 1,5 à deux millions de livres (entre 1,7 et 2,25 millions d'euros).

Le pianiste américain Keith Jarrett, handicapé par des AVC, ne donnera plus de concerts

Pianiste à l'oeuvre.

Le pianiste américain de jazz Keith Jarrett ne pourra sans doute plus jamais se produire en concert, partiellement paralysé par deux AVC, explique-t-il dans un entretien publié mercredi par le New York Times.

"Mon côté gauche est toujours en partie paralysé", explique, pour la première fois, le musicien de 75 ans, après deux accidents vasculaires cérébraux intervenus en février et mai 2018.

"On me dit que le maximum que je pourrais récupérer de ma main gauche, c'est la capacité de tenir un verre", se désole-t-il.

Depuis, il ne s'est mis que de rares fois au piano, jouant de la main droite uniquement.

"Je ne sais pas à quoi est censé ressembler mon avenir", a-t-il confié au New York Times. "Je ne me considère pas comme un pianiste aujourd'hui."

Légende du jazz, Keith Jarrett a été à l'avant-garde du mouvement dès le début des années 60, et a collaboré avec des artistes de référence comme Miles Davis, Art Blakey ou Jack DeJohnette.

Son travail autour de l'improvisation l'a mené jusqu'à donner des concerts solo totalement improvisés, qui ont largement contribué à sa réputation de virtuose génial.

"J'ai le sentiment que je suis le John Coltrane des pianistes", a-t-il dit au New York Times, se plaçant au niveau du monstre du saxophone.

Ce qui sera peut-être le dernier concert de Keith Jarrett remonte à février 2017, au Carnegie Hall de New York.

S'il a enregistré plusieurs albums en studio, le natif d'Allentown (Pennsylvanie) est surtout connu pour ses concerts, son jeu au son limpide et ses mimiques, notamment sa tête exagérément penchée sur le piano.

"Aujourd'hui, je ne peux même pas en parler", dit-il au sujet de la possible fin de sa carrière scénique.

Le confinement et la distanciation sociale affectent le mental

Le confinement et la distanciation sociale affectent le mental
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Le Vatican soutient les unions civiles entre personnes de même sexe

Le pape François arrive à la salle Paul VI pour son audience générale hebdomadaire, se tenant à distance des fidèles en raison de la maladie du coronavirus, au Vatican, le 21 octobre 2020. (Reuters)

Le pape François a approuvé les unions civiles entre personnes de même sexe pour la première fois en tant que souverain pontife.

C’était lors d’une interview dans le cadre d’un documentaire intitulé "Francesco" (François en italien), qui a été présenté en première au Festival du film de Rome mercredi.

Le documentaire touche sur les questions qui lui tiennent le plus à cœur, notamment l'environnement, la pauvreté, la migration, l'inégalité raciale et de revenus, et la discrimination.

"Les homosexuels ont le droit d'être dans une famille. Ce sont des enfants de Dieu", a déclaré le pape François. "Ce qu'il nous faut, c'est une loi sur l'union civile ; de cette façon, ils sont légalement couverts", a-t-il ajouté.

Alors qu'il était archevêque de Buenos Aires, en Argentine, le pape actuel avait soutenu les unions civiles pour les couples homosexuels comme une alternative aux mariages entre personnes du même sexe.

Cependant, il ne s'était jamais prononcé publiquement en faveur des unions civiles en tant que pape.

Les autorités américaines ont lancé des poursuites contre Google

Les autorités américaines ont lancé des poursuites contre Google
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG