Liens d'accessibilité

Quatre agriculteurs abattus par Boko Haram dans le nord-est du Nigéria

  • VOA Afrique

Des graffitis sur le mur d'une rue de Bama, dans l'État de Borno au Nigeria décrivent Boko Haram comme d'un "diable", le 31 août 2016.

Des jihadistes du groupe Boko Haram ont tué quatre personnes en ouvrant le feu sur un groupe de paysans dans l'Etat du Borno, dans le nord-est du Nigéria.

Les insurgés, circulant à moto, ont tiré lundi sur des agriculteurs travaillant dans leurs champs, dans le village de Ngawo Fato Bulamari, près de la capitale du Borno, Maiduguri, épicentre de l'insurrection de Boko Haram.

"Quatre personnes ont été tuées et de nombreux autres sont portées disparues. Nous pensons qu'ils se sont enfuis dans les bois pour échapper aux tirs", a déclaré à l'AFP Babakura Kolo, membre d'une milice luttant contre le groupe islamiste.

La fusillade a été confirmée par un chef milicien, Ibrahim Liman, qui a précisé qu'au moins l'un des cultivateurs disparus était plus tard retourné au village.

La semaine dernière, un agriculteur avait été abattu et quatre autres enlevés par Boko Haram près de la ville de Konduga, à 38 km de Maiduguri. Les victimes faisaient partie d'un groupe de 20 villageois qui s'étaient rendus sur leurs champs malgré les mises en garde de militaires sur les conditions de sécurité.

La rébellion de Boko Haram, qui dure depuis huit ans, a provoqué la mort de quelque 20.000 personnes, le déplacement de 2,6 millions d'autres et une terrible crise humanitaire.

Selon l'ONU, près de deux millions de personnes souffrent de malnutrition aiguë et 6,9 millions ont besoin d'une assistance humanitaire dans le nord-est du Nigeria.

Cette situation a contraint de nombreux déplacés à rentrer moissonner leurs champs dans les zones reprises par les forces de sécurité, en dépit de la possibilité d'attaques sporadiques du groupe islamiste.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG