Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Quarante personnes mortes noyées à Dakar depuis juillet


Forte affluence à la plage de Yoff BCEAO, à Dakar, le 5 août 2018. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Au Sénégal, les sapeurs-pompiers ont annoncé que 40 personnes sont mortes noyées à Dakar, sur les plages interdites à la baignade mais qui connaissent une fréquentation accrue en cette période de chaleur estivale.

La moyenne d’âge des victimes est de 16 ans. Le plus jeune à 7 ans et les plus âgés 23 ans. Des chiffres effarants qui n’empêchent pas les plages d’accueillir de plus en plus de monde. Cependant, l’Etat est appelé à prendre plus de mesure pour sécuriser les plages sénégalaises.

Reportage de Seydina Aba Gueye, correspondant à Dakar pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:12 0:00

La plage de BCEAO est toujours aussi fréquentée par les baigneurs malgré les nombreux cas de noyade dénombrés ces dernières semaines. Cependant, les habitués sont conscients du danger.

Rokhaya Koffi fréquente régulièrement la plage de la BCEAO, et pense "qu’il y a un problème de prévention".

>> Lire aussi : Mort d'un enfant dans des inondations au Cameroun

"J’ai l’impression que les plages ne sont pas suffisamment bien surveillées", explique-t-il. "Je pense qu’il y a un besoin de recrutement et une politique de prévention notamment en été sur certaines plages parce que les noyades interviennent là où il y a moins de maîtres-nageurs et moins de surveillants".

La responsabilité des autorités est fortement engagée d’après les exploitants des plages.

Adama Sow, plagiste, à Dakar, le 5 août 2018. (VOA/Seydina Aba Gueye)
Adama Sow, plagiste, à Dakar, le 5 août 2018. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Adama Sow, plagiste à Yoff BCEAO affirme que "peu importe les conditions, une plage doit avoir un minimum de sécurité et ce volet sécuritaire a été négligé".

"Je dirais qu’il y a une responsabilité étatique de laisser les gens sur la plage sans amener assez de maitres-nageurs, des bouées de sauvetage et tous les matériels qui seraient indispensables pour sauver des gens", soutient-il.

Beaucoup de baigneurs ne savent pas nager, ce qui favorise les cas de noyade.

Moustapha Diene et les sauveteurs, à Dakar, le 5 août 2018. (VOA/Seydina Aba Gueye)
Moustapha Diene et les sauveteurs, à Dakar, le 5 août 2018. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Moustapha Diène, chef de secteur des maitres-nageurs et sauveteurs rappelle que "il faut que les parents amènent leurs enfants pour qu’ils apprennent à nager".

Pour faire face aux nombreux cas de noyades sur les plages, les baigneurs, riverains et exploitants demandent aux autorités de mettre en place des mesures de prévention majeures.

De son côté, la protection civile a lancé une campagne de sensibilisation à l’endroit des baigneurs afin de réduire les noyades.

XS
SM
MD
LG