Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Procès Bouaké: Villepin renvoie les errements sur les autres ministères

L'ancien Premier ministre français Dominique de Villepin arrive pour assister à un service religieux pour l'ancien président français Jacques Chirac à l'église Saint-Sulpice à Paris le 30 septembre 2019.

"Pas concerné, pas informé". Au procès du bombardement qui a tué neuf soldats français en Côte d'Ivoire en 2004, Dominique de Villepin, alors ministre de l'Intérieur, a renvoyé sur ses collègues de la Défense et des Affaires étrangères la responsabilité des errements de l'enquête.

Mouvements lents, tignasse poivre et sel hirsute, Jean Balan, l'avocat de nombreuses familles de victimes, se lève et apostrophe l'ancien Premier ministre, port altier, cheveux argents et costume bleu cintré.

"C’est formidable, vous avez donné un cour magistral", lui dit l'avocat. "J’étais un peu comme un étudiant qui écoute son professeur, bouche bée".

Dans la salle, personne ne le contredit. M. de Villepin a livré à la cour d'assises de Paris un témoignage fluide et complet pendant deux heures, répondant à chaque question sans la moindre hésitation.

Mais son brio n'impressionne pas Me Balan, dont le travail sur le dossier depuis quinze ans n'est pas étranger à la tenue de ce procès atypique où trois accusés - un pilote bélarusse et deux officiers ivoiriens - sont jugé en absence car introuvables.

Mais l'avocat sait aussi qu'il a peu de prise sur lui dans cette affaire où le ministère de l'Intérieur n'est, sur le papier, pas en première ligne.

C'est précisément la ligne de défense de M. de Villepin, qui précise dès le départ qu'il n'a été "ni présent, ni associé, ni informé" des grandes décisions du dossier franco-ivoirien, géré selon lui par le "triangle Elysée-Défense-Affaires étrangères".

"Autres responsabilités"

Il se lance dans un exposé fluide sur la crise ivoirienne, l'un des dossiers les plus chauds de son mandat au Quai d'Orsay (2002-2003). Pour éclairer la cour, précise-t-il aussitôt, pas pour "assumer une culpabilité ou des responsabilités qui passent par d'autres".

A la barre, il rappelle le contexte très politique de cette affaire où les parties civiles et leurs avocats accusent Paris de ne pas en avoir fait assez, peut-être par intérêt diplomatique, pour retrouver les auteurs du bombardement.

Il souligne que la France reste à l'époque très marquée par le génocide de 1994 au Rwanda et veut avant toute éviter une guerre civile en Côte d'Ivoire. Et que le bombardement de Bouaké a été ordonné par des "extrémistes" gravitant autour du président ivoirien Laurent Gbagbo.

Sans vouloir parler de "raison d'Etat", le ministre livre une clé qui peut expliquer ensuite les hésitations de la France dans cette affaire.

"Notre seul interlocuteur possible au sud du pays", divisé en deux à l'époque, "c'est Laurent Gbagbo". "Est-ce que lancer une action judiciaire immédiate (...) ne prendrait pas le risque d'enflammer les choses" ? "C'est une question qui se pose", dit Dominique de Villepin.

L'ancien ministre aborde ensuite l'épisode togolais, au coeur des débats.

"Réponse assumée"

Le 16 novembre 2004, dix jours après le bombardement, le Togo arrête huit mercenaires bélarusses soupçonnés d'être impliqués et propose à la France de les lui livrer. Parmi eux figure Yury Sushkin, l'un des trois accusés, qui sera ensuite identifié comme l'auteur du bombardement.

L'un des policiers de l'ambassade française, Claude Taxis, rattaché au service du coopération du ministère de M. de Villepin, est prévenu par les Togolais. Il envoie alors un fax au ministère en fin de matinée, mais personne ne lui répond. Après quelques heures, il finit par appeler le ministère qui lui répond, à sa grande surprise, de "ne pas s'en occuper".

Curieusement, ses collègues de la Défense et de la DGSE recevront les mêmes instructions, et l'ambassadeur de France n'aura lui non plus aucune réponse à son télégramme sur le sujet.

M. Taxis "a reçu la réponse claire qu’il ne devait pas suivre cette affaire puisque le ministère de l'Intérieur est en charge de l'intérieur, pas de l'extérieur", répond froidement M. de Villepin.

L'ancien ministre ajoute que s'il avait été informé de la proposition togolaise, il en "aurait alerté l'Elysée". Et conclut en renvoyant une fois de plus vers les Affaires étrangères et la Défense: "L'information a été transmise à deux ministère et a été traitée. On peut ne pas aimer la réponse, mais elle a été faite et assumée".

Convoquée à la barre dans l'après-midi, Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense à l'époque, aura l'occasion de lui répondre.

Toutes les actualités

"Lire c’est bon, lire c’est bien", une campagne d'incitation à la lecture

"Lire c’est bon, lire c’est bien", une campagne d'incitation à la lecture
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:57 0:00

Le Premier ministre ivoirien Patrick Achi admis dans un hôpital à Paris

Patrick Achi s'exprime lors de l'annonce du nouveau gouvernement ivoirien au palais présidentiel à Abidjan, en Côte d'Ivoire, le 10 juillet 2018.

Le Premier ministre ivoirien Patrick Achi a été admis à l'hôpital à Paris, a-t-on appris de deux sources proches du No.2 de l'exécutif de la Côte d'Ivoire.

M. Achi, 65 ans, suit des examens médicaux pour une "fatigue intense" subie depuis sa nomination au mois de mars. Il est devenu chef du gouvernement suite au décès de l'ancien Premier ministre Hamed Bakayoko.

M. Bakayoko lui-même était décédé environ huit mois seulement après la mort de son prédécesseur Amadou Gon Coulibaly.

Proche confident du président ivoirien Alassane Ouattara, M. Achi était déjà

Il s'était déjà rendu en France pour des raisons de santé la semaine dernière, mais avait dû rentrer en Côte d'Ivoire pour participer aux discussions sur les problèmes d’électricité, ont indiqué les sources.

Revenu à Paris mardi, il subira des examens médicaux et devrait ensuite observer un repos de plusieurs jours avant de rentrer.

Le ministre ivoirien de la Défense en visite de travail au Faso

Le ministre ivoirien de la Défense en visite de travail au Faso
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

La ville reprend peu à peu à Grand-Bassam

La ville reprend peu à peu à Grand-Bassam
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

VOA60 Afrique du 7 mai 2021

VOA60 Afrique du 7 mai 2021
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG