Liens d'accessibilité

Presque 200 millions d'euros en prêts pour le train régional de Dakar


Le président François Hollande et son homologue sénégalais Macky Sall lors de son arrivée à l'Élysée, le 20 décembre 2016.

Le gouvernement français va débloquer près de 200 millions d'euros de prêts pour financer le train express régional de Dakar, un "projet phare", priorité de la visite en France du président sénégalais Macky Sall.

"La France est le premier partenaire du Sénégal", a souligné en conférence de presse M. Sall, après la signature des protocoles de prêts du Trésor et de l'Agence française de développement (AFD) à la présidence française.

"Ce partenariat porte le symbole de la modernité avec le projet phare de ligne de train express régional", a ajouté le président sénégalais.

En tout, la France apportera, avec des prêts du Trésor à taux de marché et de l'Agence française de développement, à taux bonifiés, un financement de 195 millions d'euros.

Ce train express régional, qui doit entrer en service fin 2018, vise à désengorger Dakar, une agglomération de quelque 3 millions d'habitants - près du quart de la population nationale - confrontée à des embouteillages au quotidien.

"La France est le seul pays, en dehors des banques de développement, qui accompagne le Sénégal pour un tel projet", a précisé M. Sall.

Le gouvernement sénégalais a commandé à Alstom 15 trains Coradia polyvalents bi-mode - diesel et électrique - de quatre voitures chacun, capables de transporter 400 passagers à 160 km/h. Le montant du contrat n'a pas été précisé.

La construction de la voie ferrée a été attribuée à un consortium détenu à 45% par Eiffage, aux côtés des entreprises turque Yapi Merkezi et sénégalaise CSE. Le montant du contrat s'élève à 373,5 millions d'euros, soit 245 milliards de francs CFA.

Cette somme s'ajoute aux 225 millions d'euros (148 milliards de francs CFA) qui seront versés à Engie et Thales pour la signalisation ferroviaire, l'alimentation électrique et les systèmes de communication.

La SNCF et la RATP ont elles aussi signé mardi avec le Sénégal un accord pour l'exploitation et la maintenance du réseau.

Le projet prévoit la construction de 14 stations pour relier Dakar à l'aéroport, distant de 55 km.

La mise en service de l'aéroport Blaise Diagne, plusieurs fois reportée, est quant à elle prévue pour décembre 2017.

Par ailleurs, M. Sall s'est félicité du "retour des +majors+" du pétrole au Sénégal. Le géant français Total a signé un accord avec Dakar pour l'exploration de pétrole en offshore profond.

"Si Total veut explorer notre bassin sédimentaire (...) je pense que c'est très positif pour le Sénégal", s'est-il réjoui.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG