Liens d'accessibilité

Présidentielle française: le candidat de droite Fillon face à de nouvelles révélations

  • VOA Afrique

Francois Fillon et sa femme Penelope, lors d'un meeting électoral, Paris, le 29 janvier 2017.

A moins de trois mois de la présidentielle française, le candidat de droite François Fillon cherche à relancer une campagne plombée par des soupçons d'emplois fictifs de ses proches mais il doit faire face à de nouvelles révélations.

L'hebdomadaire d'investigation Le Canard Enchaîné, qui a lancé l'affaire du "Penelopegate" il y a deux semaines, publie en effet mercredi de nouveaux éléments. Penelope Fillon, l'épouse de l'ancien Premier ministre, a touché en 2002 16.000 euros d'indemnités de licenciement et, en 2013, 29.000 euros de primes payées par l'Assemblée nationale, affirme-t-il.

François Fillon a réagi avec un communiqué sur "les mensonges du Canard enchaîné", affirmant que les nouveaux "éléments publiés (...) ne sauraient en rien constituer une information nouvelle et comportent des erreurs manifestes".

Il réfute notamment la somme de 29.000 euros de novembre 2013, affirmant que son épouse a alors reçu 7.754 euros, "comprenant les congés payés". Pour lui, le journal "confond certainement" avec ses émoluments de 29.565 euros perçus en août 2007, après cinq ans de collaboration avec Marc Joulaud, suppléant de M. Fillon.

La Canard enchaîné a rétorqué que "la principale critique de François Fillon porte sur la date (...). Même s'il y avait une imprécision, qu'est-ce que ça change" ?

La justice a ouvert une enquête pour jauger la réalité du travail effectué pendant 15 ans par Penelope Fillon en tant qu'assistante parlementaire de son mari sur plusieurs périodes (1988-1990, 1998-2002, 2012-2013) ainsi que de Marc Joulaud (2002-2007).

Selon le Canard enchaîné, les enquêteurs n'ont toujours pas trouvé de preuve de son travail.

Après deux semaines de tourmente qui lui ont fait perdre son statut de favori de la course, François Fillon a tenu mardi matin une réunion avec des parlementaires de son camp avant un déplacement dans le nord-est de la France.

Il n'y a "pas de plan B" mais "juste un plan A comme Attaque", a-t-il martelé devant des troupes parfois déboussolées à l'approche du scrutin présidentiel des 23 avril et 7 mai.

Il livre sa "vérité" dans une "lettre aux Français" publiée mercredi dans le quotidien régional Ouest-France. Il y dit comprendre "le trouble" ressenti par les Français mais réaffirme que "tout est légal", dans ses activités, celle de son épouse et de ses enfants.

"Que ceux qui donnent des leçons de démocratie se plient au même exercice de transparence !", demande l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012).

François Fillon avait défendu lundi la "légalité" des emplois de son épouse Penelope et de deux de leurs enfants, lors d'une conférence de presse suivie par plus de 2 millions de téléspectateurs et internautes.

Il avait reconnu que ces pratiques choquaient aujourd'hui et présenté ses "excuses" pour avoir embauché des membres de sa famille comme assistants parlementaires.

Troisième dans les sondages

Alors que des voix se sont élevées dans son propre camp ces derniers jours pour évoquer une candidature alternative, ses plus proches soutiens ont fait bloc après la conférence de presse.

"Le socle a tenu" et "on est reparti en campagne", a assuré Christian Jacob, chef de file des députés de son parti, Les Républicains.

Il "a prouvé qu'il était vraiment le patron" et "qu'il n'y avait pas de plan B", a affirmé mardi Bruno Retailleau, son coordinateur de campagne.

Cependant, selon un sondage publié mardi, les deux tiers des Français (65%) n'ont pas été convaincus par ses explications. 35% estiment qu'il doit néanmoins maintenir sa candidature à la présidentielle.

"Maintenant, c'est le 23 avril que ça se passe. La question, ce n'est pas de savoir si les politiques sont convaincus, la question, c'est les Français", a souligné Nathalie Kosciusko-Morizet, députée et candidate malheureuse à la primaire de la droite en novembre.

Jusque-là favori des sondages pour l'élection, François Fillon a dévissé dans les intentions de vote après l'éclatement de l'affaire. Un sondage Opinionway publié mardi l'a donné troisième avec 20%, derrière la cheffe de file de l'extrême droite Marine Le Pen (25%) et l'ancien ministre de l'Economie du président socialiste François Hollande, Emmanuel Macron (23%).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG