Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Présidentielle à Sao Tomé : victoire dès le 1er tour du candidat du parti au pouvoir

Presidente da República Manuel Pinto da Costa (E) e Primeiro-ministro Patrice Trovoada (D).

Le candidat du parti au pouvoir Evaristo Carvalho a remporté dimanche dès le premier tour l'élection présidentielle à Sao Tomé et Principe avec 50,1% des voix devant le président sortant Manuel Pinto da Costa, a annoncé la commission électorale nationale (CEN) dans la nuit de dimanche à lundi.

M. Carvalho, candidat soutenu par le parti du Premier ministre Patrice Trovoada, a obtenu 50,1% des voix (34.629) contre 24,8% (17.121) pour M. Pinto da Costa et 24,8% (16.638) pour la troisième candidate, Maria das Neves, selon la CEN.

Cette victoire permet au charismatique Premier ministre Patrice Trovoada de gagner son pari : mettre fin au partage du pouvoir et gouverner avec un président de son parti, l'Action démocratique indépendante (ADI), vainqueur des élections législatives en 2014. Comme dans l'ancienne colonie portugaise, le président arbitre mais ne gouverne pas dans ce petit pays indépendant depuis 1975.

"Nous voulons commencer une nouvelle étape de stabilité, de travail et de progrès pour le peuple de Sao Tomé ", a commenté dans la nuit le Premier ministre, fils de l'ex-président Miguel Trovoada.

Le scrutin marque la défaite et sans doute la fin de la carrière du président sortant, Manuel Pinto da Costa, 79 ans dans quelques jours, qui postulait pour un nouveau mandat de cinq ans.

Manuel Pinto da Costa, premier président pendant 15 ans après l'indépendance en 1975 sous l'étiquette à l'époque du Mouvement de libération de Sao Tomé et Principe (MLSTP), avait alors arrimé son pays au bloc soviétique, avec un régime de parti unique, avant de se convertir à la démocratie dans les années 90.

Les élections se sont déroulées dans la "sérénité" selon les observateurs de l'Union africaine (UA) conduits par l'ancien président du Mozambique, Armando Guebuza.

Au total 111.222 électeurs étaient appelés aux urnes, et la participation a atteint plus de 60%, d'après la commission électorale.

Le gouvernement et le prochain président devront relever le défi du développement dans ce pays de quelque 195.000 habitants dont les deux tiers sous le seuil de pauvreté, et qui dépend à 90% de l'aide internationale.

Le pays ne manque pas d'atouts : une paix civile qui le distingue d'autres pays d'Afrique centrale, une position stratégique au coeur du golfe de Guinée, un potentiel touristique et pétrolier, une production de cacao et de café reconnue dans le monde entier, une croissance de l'ordre de 4% par an depuis 2012 et une inflation en forte baisse.

Avec AFP

Toutes les actualités

2 civils et 4 miliciens tués à Beni, un centre de triage d'Ebola pillé

Le centre de traitement Ebola à Beni en RDC le 16 juillet 2019.

Deux civils et quatre miliciens ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans une offensive pour chasser des membres présumés du groupe armé musulman ougandais Forces démocratiques alliées (ADF), dans l'est de la RDC, a-t-on appris de sources militaire et administrative.

"Dans l'offensive dans le nuit de dimanche à lundi menée par l'armée contre les ADF à Magboko, quatre ADF ont été tués", a déclaré à l'AFP le major Mak Hazukay, porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu.

"Dans la localité de Mayimoya située à 15 km de Magboko, un autre groupe d'ADF a malheureusement tué deux civils dans une attaque dans le nuit de dimanche à lundi. Ces ADF ont aussi enlevé trois personnes au cours de leur incursion à Mayimoya", a ajouté M. Kibwana, indiquant que "le calme est revenu après la panique".

Par ailleurs, à Bashu, près de Butembo, des inconnus ont saccagé un centre de santé chargé du triage des cas d'Ebola. "Ils ont également pillé des médicaments", a déclaré à l'AFP Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni (nord-Kivu).

Miliciens musulmans ougandais présents dans l'est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la mission de l'ONU, la Monusco, d'être responsables des massacres des civils dans la région de Beni, ayant fait plus de mille morts depuis octobre 2014.

Selon un rapport du Groupe d'étude sur le Congo (GEC) de l'Université de New York, les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces tueries, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

Dans l'est congolais, plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs depuis plus de deux décennies.

Des prédicateurs luttent contre le jihadisme

Des prédicateurs luttent contre le jihadisme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:02 0:00

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:36 0:00

Gouvernement et opposition en désaccord sur l'application des mesures du FMI

Gouvernement et opposition en désaccord sur l'application des mesures du FMI
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG