Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Près de 100 escrocs sur internet arrêtés en 2018 en Côte d'Ivoire

Jeunes Ivoiriens dans un cyber café d' Abidjan. (archives)

Près de cent "brouteurs", escrocs sur internet, ont été interpellées en 2018 en Côte d'Ivoire, pays réputé pour ses arnaqueurs sur le web, a annoncé mardi l'instance ivoirienne de régulation de la téléphonie.

"En 2018, 89 brouteurs ont été interpellés, après 2.860 plaintes, dont 73 ont été déférés devant la justice pour escroquerie sur le net", selon les chiffres de la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (PLCC) de la police nationale cités lors d'une conférence de presse par l'Autorité de régulation des télécommunications de Côte d'Ivoire (ARTCI).

La cyberfraude a également causé un préjudice de 5,5 milliards de FCFA (environ 8 millions d'euros) dont 98% des victimes résident en Côte d'Ivoire. Quelque 92% des fraudeurs sont des hommes, âgés en moyenne de 24 ans ayant connu une scolarité difficile ou déscolarisés autour de la classe de 3e. Un total de 339 comptes ont été supprimés ou récupérés, selon la police.

La Côte d'Ivoire, connue pour l'habileté de ses cybercriminels, a mis en place des outils contre la cybercriminalité, dans le cadre d'une collaboration étroite entre l'ARTCI et la police nationale qui donne "depuis plus de huit ans, des résultats encourageants et perceptibles".

"Même si beaucoup reste encore à faire pour assainir et rendre plus sûr notre cyberenvironnement, il est bien de saluer les avancées colossales que nous avons réalisées durant ces dernières années, avec notamment la restauration progressive de l'image de marque de notre pays sur les marchés et places numériques mondiales", s'est félicité le directeur l'ARTCI, Bilé Diéméléou.

La Côte d'Ivoire jouait les premiers rôles dans cette activité criminelle qui a terni l'image du pays. En 2013, la cyberfraude a coûté de 26 milliards de FCFA (39,6 millions d'euros) à la Côte d'Ivoire, selon les derniers chiffres officiels.

Les "brouteurs" d'Abidjan tirent leur nom de ruminants ne craignant pas de manger l'herbe hors de leur zone. Eux aussi vont chercher leurs victimes ailleurs, notamment en Europe où ils abusent de la crédulité de certans internautes.

Les transactions financières via le mobile money en Côte d'Ivoire ont atteint 6.300 milliards de francs CFA (9,6 milliards d'euros) en 2018, contre 4.500 milliards en 2016 (6,8 milliards d'euros). Soit un volume journalier de 15 milliards de francs CFA (près de 23 millions d'euros).

La téléphonie mobile représente 8% du PIB ivoirien et le secteur est l'un des plus gros employeurs du pays, première puissance économique d'Afrique de l'Ouest francophone.

Début 2018, le marché de la téléphonie mobile comptait 32 millions de clients.

Le groupe français Orange, le sud-africain MTN et le groupe ivoiro-saoudien Atlantique Télécom sont actuellement les trois opérateurs de téléphonie mobile sur le marché ivoirien.

Toutes les actualités

Laurent Gbagbo et Guillaume Soro rayés de la liste des électeurs ivoiriens

Un agent électoral appose le sceau sur le bulletin d’un électeur qui vient de voter lors des législatives à Abidjan, Côte d’Ivoire, 18 décembre 2016. REUTERS/Thierry Gouegnon

Plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales, sauf l'ancien président Laurent Gbagbo. Guillaume Soro n'apparait pas non plus.

En Côte d'Ivoire, plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales, pour participer à l’élection présidentielle d'octobre. C’est ce qu’a annoncé mardi le président de la Commission électorale.

La révision des listes menée du 10 juin au 5 juillet a permis "l’inscription de 904.956 nouveaux électeurs, ce qui porte le total d'électeurs inscrits à 7,5 millions", a expliqué Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, le président de la Commission électorale indépendante.

Selon lui, ces chiffres sont quasi-définitifs, mais peuvent encore évoluer légèrement à l'issue de la période de contentieux, qui permet aux électeurs de contester une inscription ou une absence d'inscription.

Les partisans de l'ancien président Laurent Gbagbo protestent contre son absence des listes électorales. Aussi Guillaume Soro, ancien président de l’assemblée nationale ne figure pas sur la liste. M. Coulibaly-Kuibiert a expliqué que toute personne condamnée pour un délit ou un crime à une privation de ses droits civiques est rayée des listes révisées.

Le président de la CEI relève un "bond quantitatif" dans la révision de 2020. Celle de 2018 n'avait permis d'enrôler que 277.000 nouveaux électeurs. En 2019, il n'y avait pas eu de révision, bien qu'elle doive être menée chaque année selon la loi.

Les scrutins municipaux et régionaux de 2018 avaient été marqués par des violences et des fraudes.

La liste électorale ivoirienne s'élargit à 904.956 nouveaux électeurs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00


La liste électorale ivoirienne s'élargit à 904.956 nouveaux électeurs

La liste électorale ivoirienne s'élargit à 904.956 nouveaux électeurs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Un nouveau gouvernement ivoirien sans grand changement

Un nouveau gouvernement ivoirien sans grand changement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Le nouveau gouvernement ivoirien reconduit l'essentiel des ministres

Hamed Bakayoko, Premier ministre de Côte d'Ivoire, le 13 janvier 2016. REUTERS/Joe Penney

En Côte d’Ivoire le président Alassane Ouattara a nommé un nouveau gouvernement sans grand changement, à trois mois de la présidentielle et quelques jours après la nomination d'Hamed Bakayoko comme Premier ministre.

L'essentiel des ministres de la précédente équipe conservent leurs portefeuilles. Le Premier ministre Hamed Bakayoko conserve le ministère de la Défense qu'il occupe depuis 2017.

Il a été désigné le 30 juillet chef du gouvernement pour remplacer Amadou Gon Coulibaly, dont le décès a bouleverse la donne politique a trois mois de la presidentielle. Alassane Ouattra, qui avait renoncé à briguer un troisième mandat, est désormais pressé par son parti de se présenter, mais a différé sa décision.

Le seul changement concerne deux ministres délégués auprès du Premier ministre dans le précédent gouvernement sont promus ministres de plein exercice, avec les mêmes portefeuilles. Moussa Sanogo devient donc ministre du Budget, chargé du portefeuille de l'Etat, et Emmanuel Esmel Essis, ministre la Promotion de l'Investissement privé.

"Les autres ministres et secrétaires d’Etat sont maintenus dans leurs fonctions respectives", a annoncé le secrétaire général de la présidence, Patrick Achi, promu de son côté au titre de ministre d'Etat, donnant lecture du communiqué présidentiel.

Le jeu politique en Côte d'Ivoire a été bouleversé par le décès inattendu le 8 juillet d'Amadou Gon Coulibaly.

Au pouvoir depuis 2011, Alassane Ouattra, qui avait renoncé à briguer un troisième mandat, est désormais pressé par son parti de se présenter, mais a différé ces derniers jours sa décision.

Dimanche, l'ex-ministre Albert Mabri Toikeusse, 58 ans, ancien allié du président Ouattara, s'est déclaré candidat. Pascal Affi N'Guessan, 67 ans, qui dirige une aile du FPI, s'est lui aussi déclaré candidat. L'ex-président Henri Konan Bédié, 86 ans, a été désigné candidat du PDCI, ancien allié du président Ouattara, devenu le principal mouvement d'opposition.

L'opposant Pascal Affi N'Guessan, 67 ans, ancien proche du président ivoirien déchu Laurent Gbagbo, s'est lui aussi déclaré candidat . Il affirme vouloir "fermer la sanglante parenthèse" des crises politico-militaires des deux dernières décennies en Côte d'Ivoire.

L'ex-président Henri Konan Bédié, 86 ans, qui a dirigé le pays entre 1993 et 1999, a été désigné le 27 juillet avec 99,7% des voix candidat de son Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), ancien allié du président Ouattara, devenu le principal mouvement d'opposition.

La présidentielle s'annonce tendue en Côte d'Ivoire, dix ans après la crise post-électorale qui avait fait plus de 3.000 morts.

Pascal Affi N'Guessan: "la réunification du FPI est en cours"

Pascal Affi N'Guessan: "la réunification du FPI est en cours"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:04 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG