Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Plusieurs dizaines de morts dans des attaques dans le centre du Nigeria


Des policiers en train de contrôler des véhicules à la Haute Cour fédérale d'Abuja, au Nigeria, le 21 octobre 2021.

Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées par des hommes armés dans des attaques contre des villages dans le centre du Nigeria, dernières violences imputées à des bandes criminelles, ont déclaré mardi plusieurs sources locales.

Ces attaques menées dimanche, parmi les pires depuis le début de l'année, ainsi qu'un récent assaut d'envergure contre un train dans l'Etat voisin de Kaduna illustrent l'insécurité croissante dans le nord-ouest et le centre du pays le plus peuplé d'Afrique.

Dimanche, des hommes armés ont attaqué quatre villages dans l'Etat du Plateau, tuant plus de 100 personnes, ont affirmé deux responsables locaux et un commandant d'un groupe d'autodéfense.

Les forces de sécurité et les autorités locales ont confirmé les violences sans toutefois donner de bilan des victimes.

"Beaucoup de personnes ont été tuées et leurs maisons détruites", a déclaré dans un communiqué le gouverneur de l'Etat du Plateau, Simon Bako Lalong.

A Jos, la radio pour lutter contre les violences faites aux femmes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:02 0:00

Un responsable local, Malam Usman Abdula, a déclaré de son côté que les corps de 54 personnes ont été retrouvés à Kukawa, ainsi que ceux de 16 membres d'un groupe d'autodéfense à Shuwaka et ceux de 30 villageois à Gyambahu. Il a par ailleurs déclaré que quatre autres personnes ont été retrouvées mortes dans d'autres villages.

"Les gens sont toujours à la recherche de leurs proches", a-t-il assuré.

Le commandant d'un groupe d'autodéfense, Bala Yahaya, a quant a lui affirmé à l'AFP que 107 corps avaient été retrouvés, dont ceux de 16 membres de son groupe.

Un autre responsable local a évoqué le même bilan.

Selon des résidents, de nombreux enterrements ont été organisés lundi pour les victimes des attaques.

Le commandant Ishaku Takwa, porte-parole d'une unité militaire, a déclaré lundi que beaucoup de villages avaient été saccagés mais que le nombre de victimes était encore en cours de vérification.

Vidéo d'otages

Le nord-ouest et le centre du Nigeria sont depuis des années le théâtre de conflits entre pasteurs nomades majoritairement musulmans et cultivateurs chrétiens, au sujet du contrôle de l'eau et des terres.

Avec les changements climatiques, les conflits se sont multipliés, et différentes communautés ont mobilisé des groupes armés pour assurer leur protection.

Certains se sont tournés vers des activités criminelles.

Ces "bandits" se livrent à des enlèvements de masse dans les écoles, pillent les villages et tuent ceux qui résistent ou ceux dont les familles ne peuvent pas payer les rançons.

Et leurs attaques se multiplient malgré les opérations militaires visant à les chasser de leurs cachettes dans la forêt.

Des hommes armés ont lancé fin mars une attaque d'envergure contre un train qui reliait la capitale Abuja et Kaduna, ville du nord-ouest, tuant au moins huit personnes et enlevant un nombre indéterminé de passagers.

Les ravisseurs ont ensuite publié plusieurs vidéos des otages, l'une d'elles montrant une vingtaine de personnes assises dans une région forestière, encerclées par des hommes lourdement armés.

Les forces de sécurité du Nigeria peinent à faire face à une insécurité généralisée, notamment dans le nord-est, en proie à une insurrection jihadiste vieille de 12 ans, où sévissent Boko Haram et l'Etat islamique.

Ce conflit a fait plus de 40.000 morts et 2 millions de déplacés.

XS
SM
MD
LG