Liens d'accessibilité

Plus de 30 morts dans l'accident puis l'explosion d'un camion-citerne au Kenya


La famille des victimes et des passant regardent les dégâts de la voiture laprès l'explosion d'un camion-citerne à Naivasha,à l'ouest de Nairobi, Kenya, le 11 décembre 2016.

Plus de 30 personnes ont péri dans l'accident d'un camion-citerne qui a percuté d'autres véhicules puis explosé samedi soir aux abords de la ville kényane de Naivasha, au nord-ouest de Nairobi.

"A 5h00 (02h00 GMT), le bilan s'élevait à 33 morts mais les recherches se poursuivent", a indiqué Pius Masai de l'Unité nationale de gestion des catastrophes.

L'accident s'est produit à Karai, sur la route très fréquentée qui relie Nairobi et Nakuru et continue jusqu'à l'Ouganda voisin.

Selon le président kenyan Uhuru Kenyatta, "le camion responsable de l'accident n'aurait pas dû se trouver sur cette route à cette heure là". Selon un communiqué de la présidence, le chef de l'Etat a appelé à une "enquête complète" sur cette "violation tragique" des règles de circulation des poids lourds sur ceratins axes routiers.

D'après la police et des témoins, le camion, qui avait des plaques d'immatriculation ougandaises, roulait vite lorsqu'il est arrivé à un ralentisseur. Le chauffeur a perdu le contrôle et s'est encastré dans d'autres véhicules.

Des témoins ont vu une "boule de feu" embraser des voitures avec des passagers à l'intérieur.

"C'est un accident effroyable. Des gens ont brûlé vif, certains dans leur voiture, d'autres alors qu'ils tentaient de s'enfuir", a déclaré un agent de police.

George Rono était au volant lorsqu'il a vu l'accident. "Nous avons vu ce qui se passait, c'est ce qui nous a sauvés", a-t-il dit. "Nous avons entendu les voitures klaxonner toutes en même temps, puis une énorme explosion suivie par des flammes. A ce moment-là, j'ai fait une embardée et j'ai sauté hors de ma voiture quand le feu a commencé à s'étendre. Heureusement il ne nous a pas atteints".

Le passager de M. Rono, qui n'a pas souhaité donner son nom, a décrit un "incendie si intense qu'on n'a pas pu s'en approcher avant que les pompiers ne l'éteignent. Tous les véhicules autour de nous étaient en feu".

Certains rescapés ont été soignés sur place par des civils et la Croix-Rouge, d'autres ont été transportés vers des hôpitaux. Les cadavres des victimes ont été déposés dans des sacs mortuaires puis chargés à l'arrière de pick-ups.

"C'était comme un film d'horreur", a réagi Jane Muthoni qui tient un magasin situé à proximité du lieu de l'accident. Elle s'est précipitée pour aider à sortir les personnes emprisonnées dans les voitures en feu.

"Ça va me hanter pendant un bout de temps d'avoir vu cet énorme incendie où brûlaient des gens. En plus, j'ai vu des morts encore assis dans leur véhicule", a-t-elle raconté.

Cette route ultra-fréquentée est connue pour être un point noir en matière de sécurité routière. En 2009, 122 personnes avaient été tuées dans l'explosion d'un camion d'essence alors qu'elles s'étaient massées autour d'un véhicule accidenté près de Molo (150 km au nord-ouest de Nairobi) pour recueillir du carburant.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG