Liens d'accessibilité

Plus de 260 cadavres de jihadistes récupérés dans les rues de Syrte, en Libye


Un combattant des forces libyennes et un membre de l'ONU courent pour se protéger avec un autre combattant tout en portant sur son dos un homme lors de la bataille contre le groupe État islamique à Syrte, Libye, le 31 juillet 2016.

Plus de 260 cadavres de jihadistes ont été récupérés en deux jours dans les rues et les bâtiments de Syrte après la reprise de ce bastion libyen du groupe Etat islamique (EI) par les forces progouvernementales, ont annoncé ces dernières jeudi.

Les opérations "de ratissage et de nettoyage" se poursuivaient dans la ville portuaire du nord de la Libye trois jours après l'annonce, lundi, de la "victoire" sur les jihadistes par les forces du gouvernement d'union nationale (GNA).

"266 cadavres de jihadistes" ont été récupérés mardi et mercredi "dans les rues ou dans les maisons de différents quartiers de Syrte", ont précisé ces forces dans un communiqué.

Les combattants de l'EI ont probablement été tués au cours des ultimes combats menés dans le dernier quartier où ils étaient retranchés depuis des mois face à l'offensive des forces loyales au GNA.

Les jihadistes ont défendu leur principal fief en dehors de Syrie et d'Irak avec acharnement, en utilisant des tactiques de guérilla urbaine (voitures piégées, engins explosifs...).

"Nous avons recensé pas moins de 2.500 morts parmi les (membres) de l'EI depuis le début de l'opération" pour reconquérir Syrte lancée le 12 mai, a indiqué jeudi à l'AFP un responsable sécuritaire des forces pro-GNA à Misrata, une ville entre Syrte et Tripoli.

Les combats ont été meurtriers aussi pour les forces pro-GNA, composées en partie de miliciens de Misrata, avec près de 700 morts et 3.000 blessés.

Le chef du gouvernement d'union, Fayez al-Sarraj, a réuni mercredi les principaux commandants et chefs des opérations ayant combattu à Syrte afin de "préparer les cérémonies pour la proclamation de la libération de Syrte", a indiqué jeudi l'agence de presse libyenne LANA.

Cette libération "sera proclamée officiellement" "après le 'nettoyage' (de la ville) et le rétablissement de la sécurité", notamment dans le quartier d'al-Giza al-Bahriya, où s'étaient retranchés les derniers jihadistes, a-t-elle précisé.

L'EI s'était emparée de Syrte en juin 2015 en profitant de l'absence d'Etat en Libye, plongée dans le chaos depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG